Accéder au contenu principal

L'Europe, c'est aussi ça !

On reproche beaucoup de choses à la construction Européenne et souvent à juste raison. Mais il y a du bon aussi ; vont être débloqués pour les victimes de la tempête Xynthia 35.6 millions d'euros.

Le fond de solidarité de l'union Européenne (FSUE) exprime sa solidarité envers la population d’un État membre victime d’une catastrophe naturelle majeure. Ce Fonds dispose d’un budget annuel d’un milliard d’euros.

Parce que le plus important dans ces catastrophes naturelles est qu'elles ne se renouvellent pas. Il est nécessaire pour beaucoup de communes de construire des infrastructures (coûteuses) pour empêcher l'avancement de la mer.

Ce sont donc ici 35 millions d'euros d'aides Européennes à ajouter aux 3 millions d'aides annoncées par Nicolas Sarkozy au lendemain de la catastrophe, aux 500 000 euros d'aides directes aux plus démunis du conseil général de Vendée, aux 7.5 millions de subventions exceptionnelles pour un plan global de défense contre la mer.

C'est Bernadette Vergnaud, députée européenne (groupe socialiste et démocrate) qui a annoncé que le Parlement européen venait d'adopter ce mardi 14 décembre en séance plénière un amendement budgétaire afin de mobiliser le fond de solidarité de l'UE.

A ne pas confondre avec le FSE, fond social européen. Là aussi, c'est quand même énorme ce qui est fait, et à mon avis pas assez rappelé.
Ce fond constitué (quand même) de 10% du budget total de l'UE permet des politiques conjoncturelles face à la crise pour l'emploi. Cela se traduit par des politiques de formation professionnelle, de reconversion des emplois dans un pays comme la France où les conséquences de la crise ont surtout eu des effets sur les activités industrielles, marchés déjà en crise avant la crise.

Quand la réponse de Nicolas Sarkozy fût de mettre les ouvriers au chômage partiel, l'Europe proposait de former les personnels.
Bien souvent les dispositifs se sont complétés, permettant à ces entreprises de production de passer un cap d'une baisse significative de leur adéquation charge/capacité.

Les dispositifs de formation permettant une formation continue tout au long de sa vie professionnelle restent encore à penser. Ici grâce au FSE, nous avons un outil qui permet en pleine crise de former des personnels qui auraient perdu leurs emplois.


Film de la conférence Le FSE : un partenaire face à la crise
envoyé par FSE_FRANCE. - L'info video en direct.

Un exemple chez Baccarat :


FSE - Baccarat
envoyé par OPCALIA. - L'actualité du moment en vidéo.

La France doit encore se doter d'un tel dispositif de financement, encore faut-il que cela soit une priorité politique de faire.

Wikio

Commentaires

  1. L'Europe est une très bonne chose même si elle ne contente pas tout le monde.

    J'ai connu le Portugal avant son adhésion à l'UE dans les années 75-80 et bien avec l'Europe le Portugal est devenu un pays moderne et dynamique alors qu'avant c'était pas top du tout (notamment les routes, chemins de fer etc...)

    RépondreSupprimer
  2. Oui, alors que les états sont en crise budgétaire, il n'y a qu'en mutualisant nos moyens que nous pourrons encore avancer.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…