Il n'y a pas que Moubarak qui est usé !

Convoquée à Matignon, la secrétaire d'état à la jeunesse a été recadrée pour avoir dit ce qu'elle pensait des évènements en Égypte.

Elle avait déclaré ceci : "Je crois qu'il faut que le président Moubarak parte, je crois qu'après 30 ans de pouvoir il y a quand même une forme d'usure et que la transition démocratique doit aussi toucher l'Égypte"

Partant du principe que le chef de l'état n'avait exprimé de position officielle de cet ordre, un membre du gouvernement ne pourrait exprimer ce qu'il pense. Certes le sujet est diplomatiquement brûlant, mais ce n'est pas parce que le couple exécutif est assourdissant de silence quand il s'agit de colère du peuple, que toute expression est proscrite.

Le recadrage a été soutenu par quelques personnalités de gauche comme Mr Valls et Mélenchon. Promouvoir la transition démocratique n'a pas été du goût de ces agitateurs. Le second s'est même permis de dire que si il était Président de la république et qu'un de ses ministres agissait ainsi, celui-ci prendrait la porte dans les deux secondes. Vive la liberté d'expression, et la démocratie Mr Mélenchon ! Qu'ils s'en aillent tous qu'il disait...

Je soutiens Jeanette Bougrab, parce qu'il n'y a pas de raison suffisante pour excuser un silence qui sera très vite interprété comme de la complaisance pour préserver quelques intérêts commerciaux et militaires.

La parole est au peuple, soutenons les Égyptiens.

Wikio

Commentaires

  1. Surpris du soutien de la Palestine au dictateur egyptien...

    RépondreSupprimer
  2. Oui Moubarak était assez conciliant avec Israël...

    RépondreSupprimer
  3. Alain Minc dit que Madame Bougrab doit apprendre le métier. Tout est dit.

    RépondreSupprimer
  4. @Pensez BiBi,

    Oui, et pourtant depuis, de l'autre coté de l'atlantique, Obama n'hésite plus à appeler à une transition tranquille... La politique de l'autruche en la matière est donc bien une spécificité française, dommage...

    RépondreSupprimer
  5. MAM, qui a avoué être allée en Tunisie peu de temps avant le départ de Ben Ali, ira-t-elle proposer le savoir faire français en matière de maintien de l'ordre en égypte ? Décourvrira-t-on que les intérêts français étaient aussi présents (à droite comme à gauche)en égypte qu'en tunisie ? Vous le saurez en lisant le prochain épisode du soulèvement d'outre méditerrranée... Et le Yémen, on en parle du yémen ?

    RépondreSupprimer
  6. En effet, y a plus d'une dictature dans le monde...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !