Accéder au contenu principal

Pas de soldes à la pompe !

Les prix à la pompe continuent de grimper, et les français sont pris en otage. Ces prix sont-ils justifiés, quels sont les raisons de ces augmentations ? L'état français peut-il y faire quelque chose ?

Oui, les français sont pris en otage. Nous sommes dans l'impossibilité de nous équiper en véhicule propre, les voitures électriques ne sont toujours pas sur le marché. Le secteur automobile, hautement subventionné par l'état depuis la crise de 2008, a aussi sa part de responsabilité.

70% du prix à la pompe est constitué de taxes qui reviennent à l'état ; comment est donc utilisé cet argent ? Nos politiques nous doivent des explications, voilà un impôt indirect basé sur une dépense contrainte. La TIPP flottante était un outil de justice sociale, les budgets alloués à ce système d'amortissement des prix sont-ils perdus, ou ont-ils été alloués à d'autres postes de dépense, impossible aujourd'hui de trouver un début d'explication.

En attendant nous payons ! Nous ferions bien de nous emparer d'un tel sujet, car la situation n'est pas claire du tout.
Lors de la dernière flambée des prix en 2008, le baril de pétrole a culminé à 145 dollars pour un prix moyen à la pompe de 1.44 €. Il est aujourd'hui à 91 dollars pour un même prix à la pompe, aujourd'hui presque supérieur à 1.45€ le litre en moyenne.

L'argument de l'offre et la demande est donc obsolète, nos amis en Inde et en Chine ne sont pas à mettre en cause. Alors qu'en est-il ?

Des explications, Total et ses concurrents pétrolier en trouvent. Il suffit d'expliquer simplement que notre hiver est rude, et que les coûts d'exploitation et d'acheminement du produit sont plus élevés. Ou encore, que c'est de la faute à l'euro faible.

Honnêtement, je me moque de leurs explications, ce que je constate, c'est que nous sommes livrés au dictat du marché, et que notre gouvernement s'en moque profondément. Voilà encore un sujet sur lequel nous reviendrons, le contrôle des prix par l'état un thème de campagne.

Un outil pour connaitre le prix des carburants dans votre région ici.
Les blogueurs en parlent aussi.

Wikio

Commentaires

  1. Je crains que les prix continuent de grimper : le Peak Oil est passé. Or la demande explose.

    -> http://www.voie-militante.com/politique/energie/pic-petrolier-peak-oil-en-2006-aie/

    RépondreSupprimer
  2. Si la demande augmente, et que la production baisse, il faudra donc repenser la fiscalité de cette activité pour éviter que cela ne soit pas les plus fragiles qui en payent le plus les conséquences comme c'est déjà le cas aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  3. Prenons exemple sur l'Espagne : certains supermarchés, en contrepartie des courses faites chez eux, offrent en caisse un bon de réduction pour du carburant (pourtant déjà moins cher qu'en France)

    RépondreSupprimer
  4. Que pouvons nous rajouter à ton billet ? Très juste...

    J'ai fait mon plein hier. J'ai encore mal au fondement...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…