Accéder au contenu principal

Pas de soldes à la pompe !

Les prix à la pompe continuent de grimper, et les français sont pris en otage. Ces prix sont-ils justifiés, quels sont les raisons de ces augmentations ? L'état français peut-il y faire quelque chose ?

Oui, les français sont pris en otage. Nous sommes dans l'impossibilité de nous équiper en véhicule propre, les voitures électriques ne sont toujours pas sur le marché. Le secteur automobile, hautement subventionné par l'état depuis la crise de 2008, a aussi sa part de responsabilité.

70% du prix à la pompe est constitué de taxes qui reviennent à l'état ; comment est donc utilisé cet argent ? Nos politiques nous doivent des explications, voilà un impôt indirect basé sur une dépense contrainte. La TIPP flottante était un outil de justice sociale, les budgets alloués à ce système d'amortissement des prix sont-ils perdus, ou ont-ils été alloués à d'autres postes de dépense, impossible aujourd'hui de trouver un début d'explication.

En attendant nous payons ! Nous ferions bien de nous emparer d'un tel sujet, car la situation n'est pas claire du tout.
Lors de la dernière flambée des prix en 2008, le baril de pétrole a culminé à 145 dollars pour un prix moyen à la pompe de 1.44 €. Il est aujourd'hui à 91 dollars pour un même prix à la pompe, aujourd'hui presque supérieur à 1.45€ le litre en moyenne.

L'argument de l'offre et la demande est donc obsolète, nos amis en Inde et en Chine ne sont pas à mettre en cause. Alors qu'en est-il ?

Des explications, Total et ses concurrents pétrolier en trouvent. Il suffit d'expliquer simplement que notre hiver est rude, et que les coûts d'exploitation et d'acheminement du produit sont plus élevés. Ou encore, que c'est de la faute à l'euro faible.

Honnêtement, je me moque de leurs explications, ce que je constate, c'est que nous sommes livrés au dictat du marché, et que notre gouvernement s'en moque profondément. Voilà encore un sujet sur lequel nous reviendrons, le contrôle des prix par l'état un thème de campagne.

Un outil pour connaitre le prix des carburants dans votre région ici.
Les blogueurs en parlent aussi.

Wikio

Commentaires

  1. Je crains que les prix continuent de grimper : le Peak Oil est passé. Or la demande explose.

    -> http://www.voie-militante.com/politique/energie/pic-petrolier-peak-oil-en-2006-aie/

    RépondreSupprimer
  2. Si la demande augmente, et que la production baisse, il faudra donc repenser la fiscalité de cette activité pour éviter que cela ne soit pas les plus fragiles qui en payent le plus les conséquences comme c'est déjà le cas aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  3. Prenons exemple sur l'Espagne : certains supermarchés, en contrepartie des courses faites chez eux, offrent en caisse un bon de réduction pour du carburant (pourtant déjà moins cher qu'en France)

    RépondreSupprimer
  4. Que pouvons nous rajouter à ton billet ? Très juste...

    J'ai fait mon plein hier. J'ai encore mal au fondement...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…