Accéder au contenu principal

Ras le bol dans l'éducation, oui mais...

"Les mesures prises sous la responsabilité du chef de l'Etat sont par leur ampleur et leurs conséquences d'une telle gravité pour la très grande majorité des citoyennes et citoyens et pour l'avenir de notre pays que la présence de la FSU à ces voeux paraît impossible"
Après la CGT, le PCF et le parti de gauche, c'est donc la FSU, l'Unsa Education et le Sgen-CFDT qui ont décidé de boycotter la cérémonie des vœux présidentiels "au monde de la connaissance et de la culture".

Les réactions sont légitimes, pourquoi participer à une cérémonie protocolaire empreinte d'hypocrisie quand nous dénonçons les réductions budgétaires, la baisse des effectifs et donc des moyens depuis déjà plusieurs années.

L'entreprise de destruction massive de l'emploi dans l'éducation nationale poursuit son chemin. Les inégalités sont croissantes. L'étude Pisa 2009 publiée en Décembre 2010, montre un niveau de nos élèves en France très moyen et très inégalitaire.
Et puisque N.Sarkozy ne sait pas (ne veut pas) financer les politiques publiques, il a fait le choix des suppressions de postes chez nos fonctionnaires. Depuis 2007, c'est 50 000 postes qui ont déjà été supprimés dans l'éducation, ce sont 16 000 de plus qui le seront en 2011.

Dès lors, on comprend mieux l'amertume des représentants du personnel de ce secteur. Une journée de manifestation est organisée ce samedi 22 Janvier.

Mon envie est grande de rappeler ici l'importance de jouer collectif lorsqu'il s'agit de peser sur un gouvernement sourd qui respecte si peu le dialogue social. Alors tant pis si ça ne plait pas à quelques collègues blogueurs de l'éducation nationale, mais les manifestants, les grévistes, les jeunes et moins jeunes ayant participé à la lutte contre la réforme des retraites auront remarqué que dans une grande majorité des cas, il était possible de scolariser nos enfants. Et ce n'était pas dû à l'obligation légale de service minimum, mais bien à une volonté de faire classe quand nous, parents, nous manifestions bien souvent en étant grévistes.

Je ne veux pas confronter les populations, les personnels des transports publics ont réagi de la même façon. Qui se souciait de la réforme du fret à la SNCF, des manifestations de ces personnels il y a tout juste un an ?

Alors je m'interroge aujourd'hui sur leur mode d'action, manifesterons nous ce samedi dans l'indifférence générale ?

Wikio

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…