Accéder au contenu principal

Un gouvernement de répression pour ou contre un gouvernement de répression ?

La France et sa ministre des affaires étrangères sont très critiquées depuis plus d'une semaine dans leur timide accompagnement du soulèvement en Tunisie ; les propos de Michèle Alliot Marie sont tellement mal perçus, qu'elle s'en défend avec le seul moyen qui vaille, à savoir que nous aurions mal compris.

C'est le 11 Janvier que la ministre des affaires étrangères Française propose au régime "dictatorial" de Zine el Abidine Ben Ali son "savoir faire" en matière de maintien de l'ordre et de répression. Depuis c'est une levée de bouclier de toute la classe politique, et à juste raison ! Qui ne se souvient pas de la répression policière sur nos jeunes manifestants lycéens, sur nos salariés en grève lors de la dernière réforme des retraites ? Pour sûr qu'en matière de répression policière, il y a un certain savoir faire en France...

Concernant la Tunisie, non seulement ce gouvernement s'est assis sur toute valeur humaniste en passant sous silence ces évènements, une erreur d'interprétation disent-ils aujourd'hui par la voix de Mr Juppé, mais quelles seront leurs réactions aujourd'hui alors que la population Tunisienne dénonce déjà une récupération politique, et ne se reconnait pas dans le gouvernement nouvellement constitué.

Je me demande si je ne préfère pas qu'ils se taisent... A moins qu'ils plaident enfin pour la démocratie dans ce pays. Car ce qui compte aujourd'hui, c'est que la Tunisie organise de vraies élections libres, sous la surveillance internationale.

Voilà ce que nous aimerions entendre de notre ministre des affaires étrangères en France.

Wikio

Commentaires

  1. "leur timide accompagnement du soulèvement en Tunisie" ?
    Ils n'ont rien accompagné du tout dans cette révolution politique et sociale, ni timidement ni autrement. Au contraire, ils ont carrément tenté de collaborer avec la dictature !
    Attention de ne pas entrer dans leur rhétorique...

    RépondreSupprimer
  2. Tu as raison Selune. Et je suis bien content de te lire ici, à bientôt ;)

    RépondreSupprimer
  3. De vraies élections avec tous les partis et le temps suffisant au débat....

    RépondreSupprimer
  4. MAM quoi qu'elle dise est indéfendable , elle a offert sa collaboration à la dictature en place ..peu importe la forme qu'elle devait prendre .

    C'est déplorable ! tout le long de ces événements , la France a été à coté de la plaque totalement !

    Quand à la suite , en effet , il faut veiller à ce que cette révolution ne soit pas confisquée , non pas par les islamistes ( çà c'est l'excuse de la France qui voit des islamistes partout )...mais par le systéme qui reste tout de même en place ..et il manque de vrais partis d'opposition qui n'ont pas été convié ..

    D'autre part , le peuple commence à se méfier de cette tournure prise , les manifs continuent , pour s'insurger contre la présence trop forte de personnes de l'ancien régime .. d'aileurs 3 membres du gouvernement ( de l'opposition ) viennent de démissionner , suite à cette présence un peu trop nombreuses des ex du régime ..

    Rien n'est terminé ..

    RépondreSupprimer
  5. françois de souche18 janvier 2011 à 19:03

    bonjour,
    c'est quand même surprenant que d'un coup on se rend compte que la Tunisie est une dictature .a savoir ce que l'ont veut dire par dictature car pour moi beaucoup si ce n'est tout les pays sont une dictature a partir du moment ou le gouvernement a la majorité .car le peuple ne votent pas, même dans des démocratie ou ce fait manipuler par des lobbies industriel puissant qui investissent massivement dans des conseillés ,les médias etc ............................élection piège a con ..........
    pour les gouvernements vaut mieux une bonne dictature qui sais faire régner l'ordre ,si l'ont prend l'exemple de l'Irak on se demande s'il n'on pas raison .je trouve quand même marrant que les gents on besoin des médias pour s'offusquer du problèmes de la Tunisie .il suffit d'une plage libre médiatiquement pour que cela soit mis jour si il y avait eu un autre plan médiatique plus important personne n'en aurait parler et vous vous continuerais a aller en Tunisie dans des hôtels de luxe alors que les gents meurent de faim a coté et que cela ne vous aurait pas déranger du tout .alors aller vous offusquer ailleurs car j'en est marre que les gents n'ont que tf1 comme sujet de sursaut morale .....

    RépondreSupprimer
  6. toute parole mal dosée sera prise comme une intervention de l'ancienne puissance coloniale. Du coup l'échelle Européenne et donc l'UE a son atout à jouer pour aider la Tunisie

    RépondreSupprimer
  7. Oui bien vu Romain, plus que la France c'est à l'UE de peser...

    RépondreSupprimer
  8. ça alors, stef, t'as vu, le troll du FN chez toi ! (françois de souche, ça ne te dit rien ?)

    RépondreSupprimer
  9. françois de souche22 janvier 2011 à 22:51

    regardez cette vidéo cela résume tout a propos du gouvernement et de la Tunisie: http://www.fdesouche.com/167493-sarkozy-et-le-%C2%AB-bonheur-personnel-%C2%BB-de-ben-ali

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…