Accéder au contenu principal

DSK, la désinvolture et l'échec.

Le directeur du FMI est reparti aux Etats-Unis, les anti ou pro DSK restent sur leur faim, l’éventuel, potentiel candidat du PS, retourne à son silence jusqu'à la prochaine fois.
Il faut une certaine dose de désinvolture pour oser se présenter au journal de 20 heures, pour finalement nous expliquer qu'il n'a rien à nous dire. Tout juste retiendra t-on sa vision socialiste "l'espoir, l'avenir, l'innovation".

Ok pour le devoir de réserve, mais il ne faudrait pas en abuser non plus. On ne lui demande pas de confirmer qu'il sera candidat à la présidentielle, on ne lui demande pas quel candidat soutiendrait-il si il ne l'était pas. Non simplement et ça serait la moindre des choses vis à vis de l'institution qu'il dirige, de savoir si il irait jusqu'au bout de son mandat.

Parce que la situation n'est pas si incompréhensible qu'il n'y parait. Elle explique la désinvolture de celui qui avant de convaincre l'ensemble des français, devra convaincre d'abord son propre camp.

Il y a trois scénarios possibles :

1- il se déclare candidat à la primaire socialiste, mais souhaite le faire le plus tard possible pour éviter un débat interne, dont on sent bien qu'il sera épineux avec le courant "plus" à gauche d'un Benoit Hamon qui a déjà déclaré préférer soutenir une candidature de M.Aubry.

2- Il ne veut pas rentrer dans le processus des primaires, négocie son avenir et intégrera une équipe gouvernementale en cas de victoire du candidat PS à la fin de son mandat au FMI.

3- Il est candidat à sa succession au FMI.

Les trois scénarios impliquent qu'il se prononce sur le fait qu'il aille au terme de son mandat au FMI. C'est simple, et ne pas y répondre est un affront pour tous. Cela agace beaucoup et même au sein de l'actuelle majorité.

Parce qu'on peut aisément comprendre, que celles et ceux qui vont faire campagne en soutenant Nicolas Sarkozy devront s'adapter en fonction du candidat PS.
Si Martine Aubry est candidate, les débats seront plus clivants, les différences seront plus prononcées. Si c'est DSK, il sera plus facile d'argumenter et de se renvoyer la balle.

Eric Besson l'a bien compris : "Un match Sarkozy/DSK, ce serait une très bonne nouvelle ; j’aime le football […] Si le match a lieu, Nicolas Sarkozy l’emportera" .

Commentaires

  1. Mais c'est ridicule ! Annoncer la poursuite de son mandat au FMI équivaut à annoncer sa candidature. Et en plus, on se fout totalement de ce mandat au FMI.

    Ca n'a rien à voir avec un affront.

    En plus, voir mon billet de ce matin. On a le temps. Pourquoi s'affoler maintenant, en février 2011 alors qu'il y a un planning connu ? Dépôt des candidatures en juillet.

    L'eau coule sous les ponts des états, à nos portes, sont en pleine révolution. Avril 2002 a été précédé du 11 septembre 2001...

    RépondreSupprimer
  2. Crois tu vraiment que DSK a le temps ? lui qui doit encore tout nous dire de ce qu'il ferait si il était présent, et aux responsabilités ?

    Je pense que le boulot qu'il a à faire si vraiment il se présente à la primaire socialiste, est énorme pour convaincre l'appareil du PS de marcher pour lui.

    DSK est en dehors du parti, plus il attend, plus il fait perdre son camp.

    RépondreSupprimer
  3. Dsk contre Dsk

    Vous n’en reviendrez pas si je vous disais que moi non plus, je n’en reviens pas !
    DSK a eu un entretien mystique avec le Président… je l’ai enregistré quelque part dans mon i-phone :
    Où ça ? Ah… le voici !
    Lors de son passage à Paris, dans les longs couloirs de l’Elysée… DSK a eu une drôle d’impression… l’impression qu’il y avait quelqu’un derrière lui…
    Cela ne lui arrive jamais…Parce qu’il n’est jamais seul…mais toujours en bonne compagnie…
    Il se retourne… et puis constate :
    Qu’il n’y a personne, vraiment personne…
    Il a eu la présence d’esprit d’en faire part au Président qui le rassura comme il a rassuré les mexicains...
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/dsk-contre-dsqui/

    RépondreSupprimer
  4. Je suis assez d'accord avec Nicolas, ton billet est un peu dans le procés gratuit. DSK ne peut pas se déclarer pour le moment.

    Quand à la comparaison avec Sarkozy (cf photo) elle peut faire plaisir aux-plus-à-gauche-que-moi-tu-meurt mais elle manque de sens.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…