Le Pen, Melenchon, Joly, Besancenot, DSK, et nous

Alors qu'il est évident que certains "seconds couteaux" de la vie politique permettent de faire les gros titres, sont plus vendeurs, les principaux leaders ne s'étant pas encore déclarés, les forces en présence ne reflètent pas le paysage politique de la campagne de 2012. Aussi, l'essentiel se tient souvent dans quelques petites phrases savamment distillées, qui se perdent dans le flot de l'information, sur lesquelles il est intéressant de revenir.

Il y a d'abord eu cette charge de Christian Jacob, patron des députés UMP qui estime que Dominique Strauss-Kahn ne représente pas :"l'image de la France, l'image de la France rurale, l'image de la France des terroirs et des territoires, celle qu'on aime bien, celle à laquelle je suis attaché". La riposte du PS ne s'est pas faite attendre, ils ont fait bloc pour défendre leur poulain. Même Fillon a recadré Jacob en dénonçant "des propos indignes d'un parlementaire".

Et vous remarquerez quelle est la teneur du propos justement, une phrase qui aurait pu être tenue par la nationaliste Marine Le Pen.
La candidate du FN justement était confrontée dans un show Tv à Jean luc Melenchon. Certains se sont lancés dans des commentaires tendant à mettre en évidence que l'un sortait gagnant par rapport à l'autre, je pense au contraire qu'ils ont été tous deux sur leurs habituelles postures politiques. Ce duel attendu, qui a fait jaser le temps d'une journée, ne nous apprend rien de plus.

Non, l'information est ailleurs. Olivier Besancenot, en congrès du NPA ce Week-end, a rejeté un rapprochement avec le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon pour cause de trop grande proximité, à ses yeux, de l'ancien ministre avec le Parti socialiste, dont il est issu. Une troisième candidature de Besancenot à la Présidentielle est donc plus que jamais envisagée.

Une autre petite phrase, assez intéressante pour qu'on s'y attarde, est celle qu'a tenu Eva Joly, probable candidate pour Europe écologie les verts à la prochaine Présidentielle. Invitée du grand jury sur RTL ce week-end, elle s'est dite prête à appeler à voter pour Dominique Strauss-Kahn, s'il était en lice face à Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle de 2012. "C'est l'objectif numéro 1: battre Nicolas Sarkozy en 2012. Si c'est Dominique Strauss-Kahn qui est le mieux placé pour faire cela, et si nos objectifs écologiques sont pris en considération dans le pacte que nous passerions entre le 1er et le deuxième tour (...) j'appellerai à voter pour lui"

Nous sommes bien lancés dans une sorte de pré-campagne électorale où ce ne sont pas les candidats des partis dominants qui pèsent, mais les "petits candidats" qui dessinent avant l'heure le résultat final.

Wikio

Commentaires

  1. Bernard Marie, le père de Michèle Alliot-Marie, a donné, mardi soir sur Europe 1, une autre version que celle de sa fille concernant le choix leur destination de vacances.

    Celles-ci étaient initialement en Dordogne mais le mauvais temps l'aurait incité à contacter son ami Aziz Miled, «chez qui nous étions déjà allés». L'homme d'affaire leur aurait proposé de séjourner dans son hôtel de Tabarka.

    «C’est à ma demande que Monsieur Miled a organisé notre séjour ensemble dans un hôtel», a précisé Bernard Marie.

    Leur hôte aurait mis son avion à leur disposition pour leur éviter «deux heures et demie de voiture en pleine nuit».

    Le père de MAM ne voit pas pourquoi sa fille et son gendre «auraient pris la route alors que Monsieur Miled mettait son avion à notre disposition pour nous amener là-bas».

    http://www.leparisien.fr/politique/contrat-et-sejour-en-tunisie-mam-et-son-pere-sur-la-defensive-15-02-2011-1317059.php

    Ce n'est pas du tout ce qu'avait expliqué Michèle Alliot-Marie devant les députés.

    Voici la déclaration de Michèle Alliot-Marie à l'Assemblée Nationale, mercredi 2 février, quand elle répond au député Olivier Dussopt :

    «Arrivant après Noël à Tunis, un ami (NDLR : Aziz Miled) qui allait à Tabarka, lieu final de destination avec son avion, m'a effectivement proposé de voyager avec lui, puisqu’il avait des places, plutôt que de faire les deux heures de voiture. Il n'a, à aucun moment, mis son avion à ma disposition. Je l'ai accompagné pendant vingt minutes de trajet en avion.»

    http://www.assemblee-nationale.tv/chaines.html

    Alors, qui dit la vérité ?

    Bernard Marie ?

    Ou alors Michèle Alliot-Marie ?

    RépondreSupprimer
  2. les choses ont le temps d'évoluer.... L'intérêt du débat, c'est de voir un homme de gauche attaquer Le Pen, non pas en prenant une posture morale ou moralisante, mais en démontrant que les réponses du FN sont nulles pour améliorer la situation. Cela change des discours PS gnagnan...

    RépondreSupprimer
  3. Faudrait pas lui donner plus d'importance qu'elle n'en mérite, à la candidate du FN, faisons campagne à gauche, il faut maintenant convaincre les français...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !