Accéder au contenu principal

Putain de précarité

Précarité de l'emploi, précarité des salaires, précarité du logement, le fossé social s'aggrave, on écrit chaque jour pour dénoncer ces amers constats, mais rien ne change. Cela finit par donner l'impression qu'un certain dédain s'installe lorsqu'on parle du malheur de nos concitoyens, ou peut être croit-on inconsciemment que l'on exagère des situations pas aussi difficiles qu'il n'y parait. Les chiffres sont pourtant eux bien concrets, incontournables, ils dénotent un certain retour en arrière.

C'est en lisant cet article du Figaro, une fois n'est pas coutume, qu'on apprend l'importance du mal logement en France. Ce journal de droite s'y serait-il intéressé sans la parution du rapport de la fondation abbé Pierre, rien ne le dit, il joue son rôle d'informateur, alors on prend acte.

Mais qui cela dérange t-il aujourd'hui, qui se soucie que le loyer de plus d'1/3 des français soit parfois plus de la moitié de son revenu.

La précarité est à traiter dans son ensemble, comment peut-on payer 800 euros de loyer quand on en gagne à peine 1100. Le problème n'est pas que le manque de logement en volume, mais bien la capacité de chacun à acquérir un logement décent.

Et il faudrait accepter ces faux débats mensongers, culpabilisants, que nos niveaux de vie, nos niveaux de salaire, sont un frein à la compétitivité ? C'est faire preuve de peu de responsabilités, nos hommes et femmes politiques sont coupables d'une mauvaise gestion, par une mauvaise connaissance de notre modèle social. La France s'appauvrit parce qu'elle ne permet plus à ses citoyens de s'épanouir, de simplement fonder une famille, de se loger.

On apprend aujourd'hui que les français se méfient de plus en plus des politiques. Ces Messieurs Dames les apprentis sorciers de la politique, vous réhabiliterez la fonction du Politique quand vous aurez réellement la prétention de répondre aux problèmes de notre pays. N.Sarkozy croit en sa politique, mais se trompe continuellement sur les outils à actionner pour réellement peser.
Logement social, prêt à taux zéro, ne sont que des outils accessoires, le problème est le montant élevé des loyers et les revenus modestes d'une proportion toujours plus importante des Français.

On attend le programme de la gauche pour réduire cette précarité. Nous ne serons pas indulgents.

Wikio

Commentaires

  1. Salut

    Les CDI dans le future, ils seront reservés aux quelques fils de p***s de la droite et leurs femmmes placées dans des grandes boîtes en retour d'une médaille

    Sinon, j'ai essayé de vous contacter pour une autre histoire

    Ce serait génial si vous pouviez me contacter à travers mon profil

    Merci d'avance

    http://londoncalling0033.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  2. Eh oui...Mon loyer plombe le compte en banque tout les mois, ça en est parfois désespérant.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…