Accéder au contenu principal

Un candidat du peuple au Pouvoir

Il était sûr que j'aurai un début de réponse à la question, qu'il pose également à Marc Vasseur, Romain Pigenel, Romain Blachier, Juan, Dagrouik, Yann, Nicolas, Seb Musset, Dedalus, ou encore Juju et Melclalex et je pense pouvoir apporter modestement une contribution au débat proposé par Gabale.

Que faudrait-il faire pour assurer en France une meilleure représentation politique des classes sociales, notamment des classes sociales les plus modestes ?

La question est intéressante car elle pose le problème de la représentativité de nos élus.

Aussi pour envisager des solutions pour améliorer cette représentation, il faut évoquer les raisons de cette mauvaise représentation. Pour résumer ma pensée, il me semble que nous avons les élus que nous méritons. Cette problématique de la représentativité de nos hommes et femmes politiques renvoie au manque de conscience politique chez les français.

J'en avais déjà parlé, en comparant le nombre d'adhérents au sein des partis politiques avec les chiffres d'après guerre. Le constat est là, le militantisme n'est plus en vogue, même le simple fait d'adhérer n'intéresse plus. Est-ce par désillusion ? Ce n'est pas le sujet de ce billet, mais j'y vois un lien avec le manque de représentativité de nos élus.

Et cela a aussi des conséquences sur la qualité de la "politique", puisque certaines catégories ne sont pas représentées, les problèmes de celles-ci sont moins bien compris.

Prenons l'exemple de la Bolivie, du Brésil ou du Venezuela, où ce sont des mouvements ouvriers qui ont su imposer leurs leaders aux autres catégories sociales, cela n'a été possible que par une forte implication de ces populations en particulier.

La campagne électorale de Chavez qui le mène à la victoire, le proclame "fléau de l'oligarchie et héros des pauvres". Evo Morales, issu d'une modeste famille de paysans amérindiens, gagne l'élection Présidentielle de 2005 en Bolivie. Le Président Lula, qui avait une relation qualifiée de fusionnelle avec le peuple Brésilien, montre aussi que les catégories sociales même les plus modestes peuvent être représentées jusque dans les plus hautes fonctions.

Aussi pour répondre à la question de notre camarade Gabale, je dirais qu'il faut avant tout éveiller la conscience politique des citoyens pour susciter les vocations, et ne pas croire en l'homme ou la femme providentielle que nous pourrions attendre longtemps.

Ps : c'est une chaine, alors si ils le veulent bien j'aimerais avoir les avis de Vallenain, DPP, GdeC, Elmone, Homer, Loudl, Dadavidov, El Camino, et l'avis NRV de Mr l'oiseau.


Wikio

Commentaires

  1. Une base essentielle de la conscience
    politique est le syndicalisme dans les entreprises. Vu le mauvais état
    de celles ci, la précarité du salariat,le chômage, le syndicalisme se porte mal ,alors que dans les
    pays nordiques par exemple il fait
    partie du statut du salarié .
    Une situation qui fait les affaires
    de ce pouvoir : " quand il y a une
    grève,on ne s'en aperçoit même pas ".

    RépondreSupprimer
  2. oui j'ai vu cet article de Gabale. Sincèrement je ne sais pas comment un ouvrier ou une ouvière pourrait se frayer un chemin dans ce milieu...

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme,

    Exact, se syndiquer peut être un acte militant, même si on peut être juste adhérent.
    A l'inverse des partis politiques, les organisations syndicales enregistrent plus d'adhésions alors qu'on se méfie plus des engagements non tenus par nos élus en temps de crise...

    Gaël,

    C'est peut être plus difficile en France de se l'imaginer, justement parce que les ouvriers sont de plus en plus apolitiques.
    Il faudrait inverser le phénomène. Tel le débat sur l'identité nationale (inutile) pourquoi pas un débat sur l'éveil politique, chercher à ce que chacun ait une opinion partisane... Les leaders suivront...

    RépondreSupprimer
  4. En Bolivie, au Brésil ou au Vénézuéla, ils avaient testé les autres, droite et social-démocratie avant de porter l'autre gauche... et son candidat issu des classes populaires.

    RépondreSupprimer
  5. En France, le problème est que nous avons essayé les deux aussi, sans avoir de candidat aujourd'hui issu des classes populaires.
    Je ne suis pas sûr que cela soit la solution de tous les maux du pays, l'essentiel étant que les électeurs aient le choix entre de réels programmes qui représenteraient vraiment les attentes...

    RépondreSupprimer
  6. Il me semble intéressant d'explorer une piste qui ne soit pas directement partisane.

    Je n'ai pas les chiffres en tête, mais mise a part aux élections présidentielles ou lors de certains référendums, une partie importante du corps électoral ne se déplace pas pour voter. Sans même tenir compte de ceux qui ne s'inscrivent pas sur les listes électorales...

    Je pense que ce corps abstentionniste arrange beaucoup les affaires de notre classe politique de gouvernement. Qui ne dit mot consent, et chacun de livrer l'interprétation qui l'arrange du score de l'abstention. Les candidats déroulent leur offre sûrs d'étre élus sinon cette fois-ci la prochaine.

    En revanche il est un score dont on ne parle quasiment jamais : le vote blanc!
    Celui-ci n'est jamais valorisé ni par les médias, ni par la classe politique, ni par les institutions.

    Et pourtant il faut reconnaître que ce n'est pas rien (je suis tenté de dire que ce n'est pas neutre) de se déplacer jusqu'au bureau de vote pour glisser un bulletin blanc dans l'urne...

    Je suis certain que si le vote blanc atteignait un jour ne serait-ce que 10% cela ferait un tabac!! Pensez au 45% d'abstentionnistes qui soit disant inquiètent la classe politique.....

    Bref. Cela pour dire que le contrat démocratique n'est plus valable tel quel. On est obligé de choisir entre des offres politiques de gouvernement qui ne se soucient pas réellement du désintérêt du peuple pour la chose politique. Pire! Ce désintérêt l'arrange sans doute.

    Je pense qu'une modification de la loi électorale s'impose. Il faut rendre le vote obligatoire (comme c'est le cas au Brésil pour reprendre un exemple du billet de stef) et en contre-partie donner plus de valeur au vote blanc ou nul. Par exemple en instituant des quorums de votes exprimés pour valider une élection, puis des mandats de durée réduite en cas de plusieurs tours ne réunissant pas le quorum.
    Cela aurait mécaniquement pour effet de rendre cette frange des électeurs insatisfaits intéressante pour la classe politique, qui de ce fait tenterait de lui faire des propositions. On verrait apparaître sur l'échiquier de nouvelles forces politiques, et celles existantes ferait des efforts pour venir chercher les électeurs qui ne s'expriment pas.

    Mon intervention ne va évidemment pas a l'encontre d'idées plus partisanes que j'ai pu lire ici et la. Je propose seulement une piste de réflexion institutionnelle.

    RépondreSupprimer
  7. Ne généralise pas trop. Niveau élus locaux, je siège dans un conseil municipal où il y a de l'avocat d'affaire jusqu'à l'ouvrier métallo en passant par le travailleur social, l'employé de bureau, le prof, l'employée de grand magasin etc...

    ok je relaierais ta chaine.

    RépondreSupprimer
  8. @leclown,

    Oui les quorums et votes obligatoires pourraient être envisagés, mais je ne suis pas sûr que cela changerait la teneur des propositions et résultats.

    Peut être un peu plus dans les élections locales, par contre lors de la dernière Présidentielle, il me semble que la participation était importante, la proportion de votes blancs dérisoire...

    Romain,

    Tu as raison. Je ne pensais pas aux municipales, mais pour le reste...

    Gabale,

    Merci à toi.

    Et Bon Week-end à tous.

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir,
    Ma contribution est en cours de rédaction....
    Diffusion probablement demain en fin de journée...
    Louise

    RépondreSupprimer
  10. je m'y pencherai bien sûr. Merci d'avance et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  11. Voilà qui est fait...attention, c'est long ;-)
    http://bibifa.wordpress.com/2011/02/13/la-reprsentation-politique-des-classes-modestes/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…