Accéder au contenu principal

Ces irresponsables à Gauche

Il y avait le problème de leadership du PS avec des courants qui s'affront(ai)ent, il y a maintenant une gauche qui combat une autre gauche comme si il fallait avant de battre la droite se prouver que l'on ne défend pas les mêmes valeurs, les mêmes idées.
En conséquence la stratégie de conquête de l'électorat est inexistante, pour ne pas dire nulle.

Pour la Présidentielle de 2012 et le peuple de gauche, la stratégie à ce jour se résume en deux scénarios qui n'offrent pas vraiment de perspectives encourageantes. Un comble quand la droite est au plus mal, un manque d'alternative politique qui peut expliquer aussi la montée de l’extrême droite.

1er scénario : DSK est le candidat du PS, il sera combattu par la droite, par une partie du PS et surtout par une bonne partie de la gauche qui considérera qu'avec la candidature de Sarkozy, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Cela aura forcément un effet sur l'électorat.

2ème scénario : j'entendais Rocard sur BFMtv nous expliquer, puisqu'on lui demandait quel candidat il soutiendrait lors des primaires socialistes, qu'il ne se prononcerait que trois mois avant l'élection présidentielle.
Il plaide avec d'autres pour la suppression des primaires, et nous explique que déterminer son candidat trop tôt n'a pas de sens. Les voix s’élèvent pour arrêter le processus des primaires, jugé dangereux face à la montée de M.Le Pen. Une pétition lancée par le député socialiste M.Vauzelle a déjà récolté plus de 17 000 signatures pour la suppression. Cette démarche ne change pas le problème de fond, qu'il y ait des primaires ouvertes ou non, il leur faudra bien déterminer quel est leur candidat.
Sachant que les législatives interviendront juste après la présidentielle, il serait judicieux que chacun trouve sa place dans la nouvelle représentativité de l'Assemblée nationale. C'est ainsi que l'on peut imaginer une alliance entre différentes forces de gauche, autour d'un contrat de gouvernement.

Martine Aubry qui joue la carte du calendrier qu'il lui faudrait absolument respecter, me déçoit de plus en plus.
Si elle fût la bonne candidate au poste de premier secrétaire malgré le fiasco du congrès de Reims, elle est aujourd'hui responsable du manque de dynamisme de son parti. Pourquoi ne s'inspire t-elle pas des idées de chacun : la réforme fiscale de Hollande, la 6ème République de Montebourg, des politiques de l'emploi de Royal ? Simplement parce que ce Parti Socialiste reste sclérosé de l'intérieur. Il lui est toujours impossible d'y faire travailler ensemble les personnalités des différents courants.

Et les membres du PS ne sont pas les seuls responsables.

Qu'il y ait une expression "révolutionnaire" de l’extrême gauche me parait normal dans un pays où de tels soulèvements ont déjà eu lieu. O.Besancenot a sa place dans le paysage politique. Non celui qui me dérange beaucoup ( 5 à 10% d'intentions de vote) est J.L Mélenchon, qui a lancé cette idée qu'il était possible de voir se constituer un "Front de gauche" sans que le parti socialiste n'en soit. Une telle démarche me semble dévastatrice, spécialement dans l'élection présidentielle.

Et j'insiste bien dans l'élection présidentielle ! On peut très bien imaginer un électeur, comme ce fût mon cas, voter pour EELV aux élections Européennes, pour une liste PCF aux municipales. Mais nous faire croire que le premier tour de la Présidentielle est le moyen de jauger les forces en présence est une erreur stratégique pour l'ensemble des acteurs de la gauche.

Un parti de gauche pourrait s'opposer au PS dans le scrutin présidentiel si cette organisation politique avait déjà engendré de nombreuses victoires dans des élections intermédiaires, si électoralement ce parti pèse. Aujourd'hui, ce n'est pas le cas ni pour le PC, ni pour EELV, ni pour Mélenchon.

Pour résumer mon sentiment, je crois qu'il est temps que ces acteurs politiques s'entendent. Il leur faudrait une plateforme d'idées, de points de politique convergente, un programme commun. Nous donnons trop d'importance à la désignation du ou des candidats.



Wikio

Commentaires

  1. Monique vAngerand-Berger12 mars 2011 à 12:30

    Oui, la gauche unie aurait un boulevard devant elle; hélas actuellement, les différents mouvements s'égarent sur des "chemins de campagne", cela me fait bouillir!

    RépondreSupprimer
  2. DSK loin devant, Marine Le Pen au second tour, Sarkozy éliminé.

    Notre sondage CSA place Strauss-Kahn largement en tête du premier tour de la présidentielle. Mais Marine Le Pen fait un score de 22 % en moyenne quels que soient ses adversaires.

    Quant à Nicolas Sarkozy, il serait éliminé du deuxième tour s'il était opposé à DSK.

    Voilà un sondage qui réjouira le PS, et principalement Dominique Strauss-Kahn. Selon l'enquête de l'institut CSA, le directeur général du FMI arriverait largement en tête du premier tour de la présidentielle avec 30 %, loin devant Marine Le Pen (21 %), et surtout Nicolas Sarkozy qui ne serait pas qualifié pour le second tour avec 19 %.

    Une sorte de 21 avril à l'envers. Un scénario cauchemar que certains redoutent à droite. « La rupture est totale entre Sarko et les Français », commente un responsable de la majorité.

    Pourtant, le Président continue à affirmer à ses visiteurs qu'il « est le meilleur rempart contre l'extrême-droite ». Notre sondage a tendance à prouver l'inverse.

    http://www.ladepeche.fr/article/2011/03/12/1033449-DSK-loin-devant-Sarkozy-elimine.html

    RépondreSupprimer
  3. Pas la peine de diaboliser Marine Le Pen
    Parce qu’elle est belle et bien le diable
    Y compris pour celui ou celle qui ne croit pas en Dieu
    De Dieu, on peut en douter
    Mais du Diable il n’y a pas de doute possible
    Le pire c’est qu’elle n’y est pas pour grand-chose
    Ce sont ses ennemis qui plaident pour sa cause
    Qu’est-ce que le diable, que diable ?
    C’est le plus grand commun diviseur
    Qui risque de l’emporter haut la main
    Si on joue avec elle, au plus fin
    Si on ne se mobilise pas du jour au lendemain
    En constituant un front républicain
    Pour venir à bout de nos propres démons
    Qui lui profitent du dehors comme du dedans.

    6 conditions pour lui damer le pion :

    1- Laisser tomber la vieille garde et présenter un nouveau visage, un nouveau langage et un nouvel ancrage à la gauche de la gauche.
    2- Supprimer les primaires à gauche et opter illico presto pour un seul et unique candidat au dessus de tout soupçon.
    3- Opter pour un discours un peu plus tranchant et un peu plus déterminant pour que le peuple de gauche s’y retrouve.
    4- Qu’elle rassemble autour d’elle, les quelques brebis qu’elle a égarées dans les champs ou dans les cités et qui le lui font chèrement payer.
    5- Que la droite cesse de crier au loup et qu’elle se démarque définitivement de toute approche sécuritaire, identitaire, voire suicidaire.
    6- Enfin que les médias qui en raffolent, n’affolent pas les braves gens sous peine de les décomplexer davantage et de banaliser plus que jamais le vote futile.

    Je ne suis pas madame Soleil… mais il faut être bête pour ne pas voir la bête faire irruption petit à petit dans notre vie, dans notre esprit et dans notre pays !
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/front/

    RépondreSupprimer
  4. ça me fait bouillir aussi Monique, restons optimistes il peut encore y avoir certains rapprochements...

    RépondreSupprimer
  5. Et puis, s'il y a divisions à gauche en raison de Melenchon, réjouissons nous de voir la belle division de droite UMP-FN (eh oui, même combat dès lors qu'un guéant déclare qu'il est légitime de ne plus se sentir chez soi en raison de l'immigration).... Et cette division là, entre deux partis aux mêmes doctrines malsaines, elle est bien plus grande car politiquement incorrecte, que les divisions de gauche!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…