Copé candidat 2012 à la place de Sarkozy ?

Hier soir, J-F Copé n'a pas su cacher son amertume, il a ouvertement critiqué la position du premier ministre Fillon sur le débat de la laïcité. Quand la majorité présidentielle vacille, le chef de file du parti UMP met le feu aux poudres. C'est d'autant plus étonnant, qu'il le fait en regrettant que son camp ne pense pas plus "collectivement". Quand les divisions se font jour, ça sent la défaite à droite, comme au bon vieux temps des discordes du PS en 2007.

Est-ce juste une saute d'humeur sans conséquence, ou avons nous eu hier soir le signe d'une dissension toujours plus importante au sein de l'UMP.

Dans un ancien billet, j'exposais déjà la confrontation possible des deux hommes par leurs positionnements au sein même de la majorité. Depuis, les défaites électorales et la baisse de popularité du candidat Sarkozy pour 2012, a redistribué les cartes au sein de l'UMP.

Il y a clairement les Sarkozystes, et les autres. La particularité de Copé, c'est qu'il est Sarkozyste compatible, mais qu'il souhaite surtout représenter "les autres" en se présentant lui-même à la place de Sarkozy. C'est un peu l'histoire du calife à la place du calife.

Déjà, sur ce même débat de la laicité, nous avions appris indirectement après le limogeage d'un conseiller technique de Sarkozy, que la relation Copé-Sarkozy n'était pas franche. Voici ce qu'il en disait :

"Copé ne pense qu’à lui et n’a qu’une seule chose en tête : gagner les élections de 2017 en faisant perdre Sarkozy en 2012"


Depuis, il y a eu la cinglante défaite de l'UMP aux cantonales, et Mr Copé n'est pas acteur du gouvernement. En annonçant sa possible candidature en 2017, il avait déjà crédibilisé l'hypothèse de 2012. Plus proche des tractations de son parti en les dirigeant, les réseaux au sein de l'UMP pourraient voir en lui un meilleur candidat que N.Sarkozy.


Wikio

Commentaires

  1. Il a une belle veste le copé ! Il crie à l'injustice face à l'indiscipline d'un fillon pas bien dans ses pompes qui refuse de suivre la dictature d'un sarko foutu foutant. Il fustige l'action solitaire menée par fillon mais en fait tout autant. Ahh la politique, les vestes, tous gueulent mais tous se ressemblent...

    RépondreSupprimer
  2. Copé pourrait être pire que Sarkozy...

    RépondreSupprimer
  3. Oui, on pensait avoir le pis avec Jacques Chirac. Et là on a un Président qui nous fait regretter le Grand Jacques (curiex non ?).
    Peut-être bien que Jean-François Copé nous fera regretter Nicolas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  4. Reste la possibilité que le candidat de gauche gagne en 2012, auquel cas Copé n'aura de toute façon pas fini de faire parler de lui...

    RépondreSupprimer
  5. @stef : copé ? quelle absurde idée ! non ! Fillon...

    RépondreSupprimer
  6. Pitié non!!!!!!!!!!

    Pas Monsieur Pleutre!!!

    Pas lui!!!!

    Ce triste sire a tout avalisé :
    - Le casse-toi pov'con
    - L'Epad
    -Il est un de ceux qui se fendent la poire lors du "Le problème c'est quand il y en a plusieurs"
    - La visite de Kadhafi
    - etc..

    Tout!!!

    Alors comme alternative à Sarko à l'UMP on repassera!

    Ce pied-tendre n'a aucun courage politique, aucune personalité, se couche depuis toujours devant le chef. Sarko, au moins avait les c...lles de se démarquer officiellement lorsqu'il n'était pas en accord avec Chirac.

    Avec son air de Jésuite sans en être un, il est l'exemple même des élus aplat-ventristes!

    RépondreSupprimer
  7. Christian Estrosi en remet une couche sur Copé.

    Christian Estrosi est en pleine offensive. Loin du ministre ultra-sarkozyste, le maire de Nice est maintenant un élu social, concentré sur le pouvoir d'achat des Français. Et un peu sur Jean-François Copé.

    Le patron de l'UMP attire en ce moment toutes les attaques de Christian Estrosi. Ce dernier critique toute tentative d'imposer au sein de l'UMP une forme de pensée unique qui s'appellerait, dit-il, "le copéisme", dans des déclarations publiées mercredi par le quotidien régional Nice-Matin.

    "Je suis pour que les différences puissent s'exprimer mais je refuse qu'on nous impose une unité ressemblant à une pensée qui s'appelerait le 'copéisme'", indique l'ancien ministre de l'Industrie.

    Christian Estrosi estime que la position de Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, en faveur d'un débat sur la laïcité était de plus en plus minoritaire dans ce parti.

    "Il y a ceux, de plus en plus minoritaires, qui continuent à attendre des débats qui ne sont pas la préoccupation majeure des Français et ceux qui, comme moi, souhaitent que nous soyons dans l'action pour apporter des réponses concrètes au quotidien des Français", souligne-t-il.

    Des réponses, Christian Estrosi en apporte au moins une : on pourrait demander à Total, qui a engrangé des bénéfices considérables, de "baisser les prix à la pompe et soulager le pouvoir d'achat des Français. C'est là un sujet plus concret qu'un débat sur l'islam ou la laïcité".

    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/estrosi-en-remet-une-couche-sur-cope_977738.html

    RépondreSupprimer
  8. Le faux débat
    Seulement voilà, la malheureuse habitait au cœur d’une cité d’immigrés dans le Nord pas de Calais.
    Son enfant est agressé, insulté et raquetté tous les jours. Pour un oui, pour un non, traité de c.franc,
    de français en verlan, maltraité pour son faciès et sa mauvaise adresse… pendant que la mère,
    plus pauvre que jamais, fait du ménage dans les immeubles d’en face pour subvenir à ses besoins.
    Elle n’a jamais porté plainte et fait tout son possible pour y faire face.
    Parce que les menaces sont bien réelles alors que les autorités restent virtuelles.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/03/le-faux-debat/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !