Accéder au contenu principal

2002/2007 à 2012 : Pas de quoi pavoiser !

Fillon fait à son tour la promotion du quinquennat de Nicolas Sarkozy, une façon de justifier par là même son (in)action depuis 2007. Déjà l'Elysée communiquait une sorte de pré-bilan des quatre ans de politiques menées à ce jour. Bulletin d'adhésion adossé à la photo du Président de la République, Nicolas Sarkozy est en campagne. Le chef de file de l'UMP, J-F.Copé, invente les "ambassadeurs du bilan". La machine électorale est mise en marche.

Mais au delà de l'opération de communication, y a t-il vraiment matière à défendre un tel bilan ?

En tout cas les français ne sont pas convaincus. Selon un sondage paru ce jour, 73% des français juge le bilan de Nicolas Sarkozy "mauvais". Ce qui est intéressant dans cette étude, c'est de voir que les réformes faites depuis 2007 sont rejetées parce que jugées inefficaces. Seules quelques mesures séduisent, comme l’allègement des droits de successions ou le grenelle de l'environnement dont on se demande ce qui en ressort. (+ de détails ici)
En tout cas rien qui indique que le bilan de N.Sarkozy soit ressenti positivement. Aucune réforme n'a permis que le bilan économique et social de la France soit meilleur, bien au contraire.

Ils mettront cela sur le compte de la crise, les différents plans de relance, et patati et patata. Mais la mauvaise gestion des comptes sociaux, les budgets en déséquilibre à coup de cadeaux fiscaux, d’allègement de cotisations sociales, etc, ont aussi alourdi considérablement notre dette de plus de deux cent milliards en trois ans.

En Janvier 2011, la dette publique est de 1233 milliards d'euros, 4 milliards de plus qu'en Décembre dernier, on mesure là toute l’inefficacité des politiques économiques et fiscales de la France sur un mois seulement !


Les opérations de communication ne suffisent plus. Les Français semblent abusés, déçus. Ils ont pourtant cru en ce discours volontaire fait de promesses d'un avenir meilleur, d'une Autre Vie, mais les résultats sont bien ternes.

Alors je ne peux pas dresser ce tableau édifiant d'un bilan très négatif de la droite UMP au pouvoir sans évoquer l'alternative possible de la gauche aux responsabilités en 2012. Et force est de constater que nous sommes bien mal barrés au vu de la tournure des évènements. Ce ne sont pas les projets de gauche, le fond des idées, qui dérangent, mais le manque de stratégie électorale pour reconquérir l'électorat.

Parce que si il y a bien des raisons d'être déçu du quinquennat de Sarkozy, rien ne garantit la victoire de la gauche. Pire, les mêmes erreurs semblent se reproduire. Dernier exemple en date, Jean Pierre Chevènement a déclaré aujourd'hui vouloir se présenter à la Présidentielle. En 2002, il fît 5% portant le coup de grâce à la qualification du candidat Jospin pour le premier tour.

On ressent encore beaucoup trop de tensions entre les différentes formations politiques à gauche, il n' y a pas de rassemblement, pas d'unité et aucun leader ne se détache réellement. Les primaires socialiste risquent bien de n’intéresser personne (ou si peu) tant le processus pour poser candidature à la candidature n'en finit pas. Ras le bol !

La droite n'a pas de quoi pavoiser, la gauche non-plus. Dès lors on comprend mieux la jubilation d'une Marine Le Pen.

Wikio

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…