Accéder au contenu principal

Mélenchon-bashing, ou pas.

Je ne passe pas ma journée à twitter et à linker mes camarades pour monter au classement wikio, mais je crois bien qu'avec mon billet du jour j'ai sauvé ma place dans le top 20 à venir. Nicolas jegoun, le number one de ce classement a raison de rappeler qu'un tel billet n'est pas sans nous rappeler le "Ségobashing" que nous avons vécu au lendemain de 2007. Mélenchon prendra t-il la place de l'illustre candidate à la présidentielle, l'année qui va s'écouler nous l'apprendra, mais il est sûr que les réactions de nos militants du web pro-Front de gauche, montrent qu'ils sont sacrément motivés pour défendre les dérives de tonton Jean-luc.

Il n'est pas aujourd'hui question d'une comparaison douteuse dont il a le secret, mais plutôt de ce qui ressemble bien à une stratégie électorale. A savoir que Jean-Luc Mélenchon refuse de participer à un gouvernement de gauche autre que celui qu'il dirigerait lui-même. C'est d'ailleurs étonnant que certains aillent jusqu'à prétendre qu'il n'a rien dit de tel, c'est aussi ce type de réaction qui me fait penser que les militants perdent raison comme ce fût le cas avec S.Royal.

La preuve en vidéo ici : http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/detail/bfmtv-2012-after-rmc-jean-luc-melenchon-1314517/

Comme je m'y suis engagé ce matin, je réponds à chacun d'entre vous et remercie encore une fois Nicolas de m'avoir en partie secondé ce matin ^^. Je vous conseille pour suivre, d'ouvrir la fenêtre des commentaires du billet précédent en lisant celui-ci.

@DPP,

Tu dis que le capitalisme néo-libéral n'est pas réformable, et pourtant il le faudra bien. Pour cela il faudrait sortir des incantations !!

Que nos hommes et femmes politiques prennent leurs responsabilités et fassent enfin de la politique (la vraie).

@Donatien,

…nocif de par sa stratégie électorale… Il faut débattre pour convaincre, et ne pas prétendre que l'on a raison à soi tout seul. D'ailleurs la posture qu'ils s'en aillent tous ne fonctionne pas, les intentions de vote restent minimes.

@ Albatrours,

Pour changer le système il faut être élu, et faire gagner son camp pour peut être faire avancer ses idées. La politique n'est qu'une histoire de compromis, sans quoi on reste minoritaire comme l'est Mélenchon. Le chemin est long avant de prétendre pouvoir représenter toute la gauche.

@ Alin,

Qui dit que le PS vire à droite sinon vous ? Je n'ai pas l'impression que Martine Aubry soit de droite. Beaucoup d'affabulations et de contre vérités dans ce type de propos, limite malhonnêtes…

Autre exemple de malhonnêteté intellectuelle du même type, de la part de Mr Mélenchon : les reproches faits sur la politique menée par DSK en tant que directeur du FMI. Cette politique, est-elle à l'image de ce qu'il aurait fait pour le pays ? C'était le reproche sous forme de questionnement que beaucoup faisaient, mais s'est-on demandé pourquoi dans ce cas n'a-t-il pas fait les 35 heures en Grèce ou au Portugal, lui qui les a quasiment créé avec Aubry ? Ce qui je vous l'accorde aurait été ridicule, comme quoi on dit tout et n'importe quoi, jugeons des faits !

@Alin,

Le traité de Lisbonne ? Encore une incantation pour faire peur ? Je ne vais pas me faire le défenseur de ce machin, même si j'ai voté oui en 2005, et que le mini traité signé en 2007 ne change pas grand-chose… Maintenant, on peut toujours tout critiquer. Là aussi, un cadre juridique ne veut rien dire, ce sont les politiques mises en œuvre qui donnent du sens à l'action politique. Mais peut être que Mélenchon finira en tant que député européen, à changer les choses au sein du PSE qui en a grand besoin. Ou peut être créera t-il le front de gauche européen, qui sait…. Puisqu'il y a déjà un Parti de gauche européen dans lequel travaillent ensemble socialistes et communistes…

@ Les Montagnards,

Je suis d'accord, mais nos convictions ne doivent pas écraser l'adversaire, encore une fois il faut convaincre les français…

@Dadavidov,

Effectivement il n'a pas dit qu'il interdirait d'autres que lui-même… Mais ça n'aide pas au rassemblement. Quel sera son attitude entre les deux tours ?

@Romain,

Je crois qu'on a fait le tour de la question…

@GdeC,

Tu ne devrais pas être surpris. Mélenchon ne fait que récolter ce qu'il sème, regarde encore une fois la vidéo, je n'invente rien.

Maintenant je respecte ton positionnement, c'est une bonne chose que tu ais signé l'appel à l'unité.

@ Denis,

Oui tu as raison, je rectifie le tir, tu gagnes un lien J

@Maurice Lapin,

Oui il y a de la posture à la Besancenot dans tout ça…

@mtislav,

Il n'est pas question de majorité politique sans être rassemblés à gauche, il le dit lui-même !

Maintenant pour faire son beurre, il nous rappelle la vieille alliance d'avec le MODEM que souhaitait Royal… Mais je crois que nous n'en sommes plus là depuis le congrès de Reims. Hamon-Aubry, c'est pas tout a fait la même chose que Peillon-Royal.

Il me semble que le PS d'hier n'est plus celui d'aujourd'hui.

Et pour répondre au dernier commentaire, celui de @Vincent, avec lequel je suis complètement d'accord, je dirais qu'il vaut mieux participer à de petits changements plutôt que de dénoncer ce qui n'a pas (encore) été fait.


Wikio

Commentaires

  1. Si je peux rendre service...

    (j'ai vraiment dit ça, moi ?)

    RépondreSupprimer
  2. Encore merci en tout cas, je m'attends au pire maintenant ^^

    RépondreSupprimer
  3. non mais c'est pas fini vous 2 ;)

    Bon et bien Méluche a dit ce qu'il ferait, il appartient maintenant à ses alliés du PCF de dire ce qu'ils en pensent et je rappelle volontiers mon billet de samedi sur "les gardiens de la révolution" dont Méluche fait partie :

    http://perdre-la-raison.blogspot.com/2011/05/unite-2012-les-gardiens-de-la.html

    RépondreSupprimer
  4. Impression que le bashing, en politique, c'est malheureusement une deuxième nature... (et si c'est pas Mélenchon, ça sera Sarkozy, ou Hollande, ou Bayrou, ou Woerth, ou Royal, ou un autre, alors...)

    Vive la politique...

    RépondreSupprimer
  5. Tu fais bien Melclalex. Après promis j'arrête ^^

    @Falconhill,

    Oui, allez suivant.

    Tu as raison, vive la politique !

    RépondreSupprimer
  6. @stef : en refaisant un billet sur Mlékuche, tu ne fais que confirmer ta bêtise... (Tiens tu devrais en refaire un autre demain, puisque tu vois que cela marche si bien...). En effet, dans ta réponse, tu n'argumentes pas sur le reproche que je te fais de bien mal augurer de l'unité... Quand à comparer Mélenchon à Royal, là, tu pousses... vraiment rien à voir. Je pense que nous sommes beaucoup, au front de gauche, à nous sentir insultés par de tels propos. Ils ne t'honorent pas.

    RépondreSupprimer
  7. @GdeC,

    Oui je pourrais bien y revenir en effet, et pas seulement demain. La campagne risque d'être longue, surtout chez ceux qui ne supportent pas la critique.

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de parcourir tout ça...
    J'en retiens que les uns ont l'ambition programmatique chevillée au corps et veulent consacrer toute leur énergie à convaincre, tandis que les autres, qui certes ne manquent pas d'ambitions, ne mettent au programme de leurs discours que la stratégie, débordent d'énergie pour tenter de convaincre que le militantisme de conviction est une posture tandis que le marketing politique serait la panacée!

    RépondreSupprimer
  9. @mongraindesel,

    Il est vrai que votre commentaire résume assez bien la situation de nos échanges. Mais il faudrait préciser les raisons de l'importance de la stratégie de rassemblement, qui découle surtout du mode de scrutin de l'élection présidentielle.
    Le vote de coeur pouvant être privilégié dans les autres scrutins...

    RépondreSupprimer
  10. Quoique l'on fasse, cela n'a d'importance qu'en regard de son but. Qu'il s'agisse, pour les uns de voter, ou pour d'autres d'être élus, demandons nous pourquoi faire.
    Quel que soit son mode de scrutin, seuls les candidats peuvent avoir l'espoir de gagner une élection.
    Les électeurs de gauche, le dépouillement fait, saurons seulement s'ils ont un peu plus d'espoir.
    Je souhaite que le vote de cœur et de raison face recette à cette prochaine élection présidentielle, pour faire pièce au vote de rage et de haine. Je doute que le vote sage et résigné y est cours.

    Un rassemblement, lorsqu'il advient -chacun étant poussé à y souscrire par l'évidente cohérence qui le fonde- suscite de l'enthousiasme.
    Jamais un assemblage hétéroclite, n'aura la même force.
    Donc il me vient deux questions à propos:

    Le PS d'aujourd'hui, tel que je le vois, de Filoche (Mélenchon est déjà parti) à Valls (Bockel est déjà parti), pourrait-il, s'il n'existait pas déjà, voir le jour dans l'enthousiasme et la ferveur, ou bien ne perdure-t-il, malgré les aigreurs et les rancœurs, du seul fait d'être une institution cotée?
    (Ou comment définir les lignes de partage -dans tous les sens du terme- de rassemblement(s) fondé(s) sur la plus élémentaire honnêteté intellectuelle?)

    Ferez-vous sortir les abstentionnistes de chez eux, pour qu'ils viennent (plutôt) à vous, aux cris de « l'unité, l'unité » quand à l'évidence, à lire ici la plupart d'entre vous, cette incantation généreuse euphémise une injonction courroucée: « Vos gueules! »?
    (Ou, la pire déconvenue pour le PS ne serait-elle pas, plutôt qu'un nouveau «  21 avril », l'émergence d'un fort courant autonome sur sa gauche?)

    RépondreSupprimer
  11. @mongraindesel,

    Pour que son vote de coeur fasse recette, il faut qu'il soit populaire, c'est tout le problème d'une élection.

    Le candidat doit convaincre et rassembler une majorité d'électeurs, c'est toute la difficulté d'un scrutin à deux tours où la multiplicité des candidatures fait automatiquement des déçus.

    C'est pourquoi j'insiste beaucoup sur le mode de scrutin...

    Pour réponde à vos questions sur ce qu'est devenu le PS, je dirais que ce parti est la résultante de débats au fil du temps qui auront fait émerger des courants plus au moins influents en fonction des contextes et époques. Le PS est à l'image de toute la gauche, recentré aujourd'hui sur son aile gauche.

    RépondreSupprimer
  12. Décidément, concevoir la politique telle une action militante, dont l'enjeu est, obstinément, de rappeler l'intérêt commun, de faire évoluer les consciences et les opinions; ou bien, élaborer son positionnement d'après l'opinion telle que définie par la statistique ou les sondages sont deux conceptions si différentes qu'avec les mêmes mots, ce ne sont pas les mêmes choses qui sont dites.
    Ainsi, se rassembler: pour les uns c'est rechercher des lignes de force communes dans les idées de chacun, pour les autres, c'est optimiser des parts de marché, faire recette.
    Ainsi, être populaire consiste, pour les uns à susciter de l'enthousiasme, pour les autres, coller à l'air du temps (quitte à faire évoluer son cœur de cible).
    Ainsi, être de gauche, l'un affirme « oui, la gauche est dirigée par son aile droite social libérale, »*, tandis qu'un autre « Le PS est à l'image de toute la gauche, recentré aujourd'hui sur son aile gauche. ».*

    * = http://www.plumedepresse.net/projet-socialiste-une-parodie-de-democratie-pour-gerard-filoche/
    ** = http://uneautrevie-stef.blogspot.com/2011/05/melenchon-bashing-ou-pas.html?showComment=1306816262375#c1325318363600723468

    Quant au mode de scrutin (insistons, insistons) quel cynisme que le dépeindre tel un piège qui justifie toutes les dérives marketing, puis l'imiter dans les primaires, et sans doute lui conserver la même utilité dans l'avenir.

    RépondreSupprimer
  13. Ce n'est pas du marketing que de vouloir trouver des points de politique convergente. C'est plutôt une nécessité dans le but de travailler ensemble en respectant l'identité de chacun, voilà tout.
    Maintenant vous n'êtes pas obligés d'adhérer...

    RépondreSupprimer
  14. "j'ai sauvé ma place dans le top 20 à venir". Quel intérêt ?

    RépondreSupprimer
  15. Denis,

    Je fais juste un constat, partant du fait que ces deux billets ont fait beaucoup de liens et de retweet... et puis je rebondissais sur le fait que le number one de ce classement avait fait un billet sur le bashing, idée d'introduction à ce billet voilà tout.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…