Accéder au contenu principal

Mélenchon, le populiste joyeux, ou pas

J'aime souvent ce qu'il dit, le fond de ses propositions, mais ce monsieur m'insupporte. Si j'ose aujourd'hui écrire ces quelques lignes contre lui, alors que je respecte beaucoup les militants du parti de gauche, c'est que le cinéma qu'il opère auprès des médias depuis de longs mois maintenant finit par faire des dégâts collatéraux pour toute la gauche, et qu'il faut bien quelques voix pour dire notre désaccord de ces méthodes de voyous.

Oui, des méthodes de voyous. Si il était juste question de rassembler une alternative à gauche, en respectant les autres organisations politiques et les femmes et hommes qui les représentent, je n'aurais rien à redire. Mais les propos désobligeants, les comparaisons douteuses, le manque de respect pour ses anciens camarades du PS, sont autant de coups bas qui m'auront définitivement détourné de cette alternative politique.

Suis-je le seul à réagir ainsi ? Surement pas ! Ce monsieur a largement eu le temps de nous exposer sa startégie et son programme, mais les intentions de vote ne décollent pas. Les ouvriers, dont il se répond, ne se sont pas laissés séduire par les sirènes de l'anti-capitalisme primaire qu'il nous serine à tour de bras.
Taxation des hauts revenus, revenus maximum, taxation des stocks options, des retraites chapeaux etc, cette douce musique n'est pas seulement l'apanage du front de gauche, et les promesses d'une stigmatisation de ces populations ne séduisent pas forcément le petit ouvrier (dont je suis), qui finalement sent bien que la donne est plus compliquée.
L'ouvrier veut surtout qu'on lui garantisse l'emploi et le pouvoir d'achat, que nous puissions élever nos enfants dans de bonnes conditions. Il ne souhaite pas forcément rentrer en guerre contre le système, mais en profiter dans le cadre d'une juste redistribution qu'ils appellent de ses voeux.

Du coup la posture "qu'ils s'en aillent tous" ne fonctionne pas.

Et puis il y a cette communication qui consiste à dire qu'il faudrait, au premier tour de la présidentielle, choisir un candidat en fonction de son positionnement le plus à gauche possible. Autrement dit, plus nos idéaux sont ancrés à gauche, moins nous avons le choix de voter autre chose que Mélenchon.

C'est une fois de plus diviser les gens entre eux, et ça ne fonctionne pas. Non c'est même surement l'inverse qui se prépare, un rassemblement de gauche avec celles et ceux qui souhaiteront réellement travailler ensemble. Des discussions ont déjà commencé entre EELV et le PS sur des points de convergences politiques, et l'élaboration d'un projet de gouvernement commun, pour garantir un peu plus la victoire possible en 2012.

Mr Mélenchon, vous êtes dans l'erreur et vous trompez votre petit monde.

Wikio

Commentaires

  1. Oui, bonne analyse. Le Front de Gauche se plante de positionnement et analyse l'électorat à l'envers.

    Mais quand on discute avec ses gugusses de ce point précis, ils se fâchent et te traite de gros con ou de menteur.

    RépondreSupprimer
  2. L’électorat ne s'y trompe pas en tout cas...

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Je ne suis pas d'accord avec votre article. Vous dites: "les propos désobligeants, les comparaisons douteuses, le manque de respect pour ses anciens camarades du PS". Quels sont ces propos désobigeants? Les comparaisons douteuses? En quoi est-ce qu'il a manqué de respect aux anciens camarades du PS? S'il y a bien un politicien qui ne leur fait pas des attaques basses mais des attaques politiques sur des idées politiques, c'est bien Mélenchon.

    Vous dites encore: "Les ouvriers, dont il se répond, ne se sont pas laissés séduire par les sirènes de l'anti-capitalisme primaire qu'il nous serine à tour de bras. (...) [l'ouvrier]Il ne souhaite pas forcément rentrer en guerre contre le système, mais en profiter dans le cadre d'une juste redistribution qu'ils appellent de ses voeux."

    Là, il faudrait que vous m'expliquiez. L'ouvrier veut une juste redistribution (ce que Mélenchon propose) mais il ne veut pas entre en guerre contre le système? Dites-moi alors comment le système va faire? Du jour au lendemain il va se mettre à redistribuer autrement les richesses, de son gré, par une prise de conscience ou par un humanisme soudain? Ca va se faire dans la négociation, gentiment, d'égal à égal? Comment?

    "Et puis il y a cette communication qui consiste à dire qu'il faudrait, au premier tour de la présidentielle, choisir un candidat en fonction de son positionnement le plus à gauche possible." - il y l'idée que quand il s'agit de la gauche, il vaut mieux avoir un candidat de gauche qui expose des idées de gauche, pour une politique de gauche. Est-ce trop demandé? Est-ce que c'est déraisonnable? Dites-moi comment vous pouvez appliquer des idées de gauche au niveau national alors qu'au niveau supranational vous votez des mesures qui vous interdisent d'appliquer vos idées de gauche?

    Non, pour moi Mélenchon ne se trompe pas, bien au contraire.

    Sincèrement, excusez-nous de vouloir rester à gauche et ne pas glisser à droite. Nous ne lâcherons pas le morceau et l'ouvrier, en supposant qu'il n'a pas ouvert les yeux (rien, mis à part des sondages dirigés, ne montre qu'il n'a pas ouvert les yeux), finira par comprendre qu'il n'y a pas d'autres moyens d'arracher quelque chose au système que par le combat et le positionnement à gauche, s'il s'agit de vouloir voter à gauche. La social-démocratie ne fera pas son affaire.

    RépondreSupprimer
  4. Alin,

    Je suis désolé de m'incruster dans la conversation mais avez vous une idée de la sociologie réelle de l'électorat Front de Gauche. Je connais des électeurs Front de Gauche : ils ne sont pas ouvriers.

    Mais vous niez les seuls indicateurs qui existent (les "sondages dirigés").

    L'électorat ouvrier est parti du PC vers le FN en 1988...

    Et tout ce que vous trouvez à penser c'est qu'il faudrait rééduquer les ouvriers...

    RépondreSupprimer
  5. Mouais... ya pas que le frotn de gauche, à mon avis, quis e trompe de positionnement... :

    http://gauchedecombat.wordpress.com/2011/05/22/du-socialisme-canada-dry/

    Continuons comme ça à nous tirer dans les apttes et tout ira pour le mieux dans le meilleru des mondes possibbles : hors du ps point de salut ?

    RépondreSupprimer
  6. Alin,

    Je prends la peine de vous répondre, mais je me demande si ça vaut vraiment le coup. Votre conclusion est tout ce que je dénonce, celles et ceux qui ne pensent pas comme vous glissent à droite, il faudrait que nous ouvrions les yeux !??

    C'est peut être pour ça que vous avez tant de mal à convaincre, opposer, dénoncer et soulever des questions sans jamais apporter un début de solution...
    Vous n'y arriverez pas ainsi, d'ailleurs l'électorat ne s'y trompe pas avec même pas 8% d'intentions de vote....

    RépondreSupprimer
  7. Je ne pense pas que le Front de gauche soit dans l'erreur. De scrutin en scrutin, il progresse malgré le réflexe très répandu de voter PS et la censure médiatique systématique dont fait l'objet le front de gauche.

    Les dernières cantonales où le front de gauche devient la deuxième force en termes de voix et d'élus en recueillant plus de 11 % des voix est le dernier exemple en date.

    Difficile de faire progresser des idées non dominantes quand le système déverse inlassablement un discours qui parait naturel, celui de l'ordre établi, du marché et de la concurrence, et du chacun pour soi...

    Mais, les derniers événements sociaux et politiques en Espagne prouvent que les choses bougent... La société du précariat commence à réagir contre l'ordre établi.

    Quant aux supposés attaques de Mélenchon contre le PS. Il parle politique. Exclusivement. Il cite des faits. Ça dérange le PS de parler de la Grèce, du Portugal, de l'Espagne, du rôle du FMI de DSK ? Censurons ?

    J'ajoute que Mélenchon ne pratique jamais l'insulte... J'aimerais que tu donnes des exemples de propos désobligeants : ce serait mieux.. Huchon disant que Mélenchon est pire que Le Pen, tu as oublié l'ami ? C'est d'autant plus rigolo de la part d'un type qui traîne des casseroles !

    Quant aux dommages collatéraux : le Front de gauche a fait perdre la gauche ? Des exemples, au moins un...

    Quant aux idées... le PS a repris l'idée du revenu maximum... mais c'est à minima, seulement dans les entreprises publiques : ça ne changera rien... c'est juste de la comm'.

    Je crois que beaucoup à gauche, dont tu sembles faire parti, ne veulent pas d'un débat politique public à la gauche. Candidat unique et parti presque unique seraient donc les conditions sine qua non pour battre Sarkozy ?

    Remplacer Sarkozy par un Papandréou ou Zapatero français ne changera rien... Regarde l'Espagne, regarde ces "indignés" qui ne votent plus... ça ne te fait pas réfléchir ?

    RépondreSupprimer
  8. Sans être adhérent à aucun parti, et brossant un peu tous les ''programmes" de la gauche à la droite, parce que je suis curieux de savoir si je vais donner mon vote, et à QUOI... Mélenchon est aujourd'hui celui qui m'est le plus sympathique, quand il discute sur le 'FOND' et n'est pas contraint à faire le provocateur.

    J'aimerais tellement qu'on arrête un moment de se focaliser sur les individus, et qu'on parle programme, projet, avenir !
    Qu'on oublie le 'QUI' et qu'on parle surtout du 'QUOI' ...
    (DSK? Aubry? Hollande? Sarkozy ? Le Pen ? mais on S'EN FOUT ! c'est quoi leur programme ?)
    Mais non, on personnifie le débat ad nauseam, plutôt que de poser les bonnes questions de fond.
    Et le rôle des médias dans la non-organisation d'un débat démocratique est affligeant.

    Y'a certainement une bonne part de 'bonne gueule' dans un vote, tout le monde n'a pas la même implication politique (et DSK avait une 'bonne gueule")... mais tous ces verbiages sur les 'personnalités' sont du reste à peu près aussi creux que ce billet.

    Donc concrètement, pour ma petite personne en quête d'avis contradictoires, c'est quoi le pb avec le programme du FdG ?(qui a au moins le mérite d'exister)

    RépondreSupprimer
  9. DPP,

    J'ai longuement hésité avant d'écrire ces quelques lignes parce que je voulais éviter ce type d'échange. Mais bon puisque j'ai pris l'habitude d'écrire ce que je pense sur ce blog, je ne me prive pas de le faire pour critiquer le parti de gauche et la personne de Mélenchon, après tout vous ne vous gênez pas pour critiquer à longueur de billet et quasiment quotidiennement le PS et autres.

    Aussi, je pense vraiment que Mélenchon prêche dans le désert et que sa stratégie de conquête de l'électorat n'est pas la bonne, même si comme je l'ai écrit, je suis souvent d'accord avec ce qu'il avance.

    Mais encore une fois, sa façon de faire outrepasse ce que nous pouvons attendre d'un débat normal en politique. Je ne citerai qu'une de ses innombrables dérives verbales, lorsqu'il compara par exemple Aubry à une mante religieuse. Mais ce n'est pas là le principal, même si cela décrédibilise son discours.

    Oui je fais partie de ceux qui pensent que l'on peut militer de l’intérieur pour faire bouger les lignes.
    Exclure une partie de la gauche, voire sa grande majorité en tenant le discours "ils ont tort, nous avons raison" ne fonctionne pas. Encore une fois, ça ne fait que diviser nos forces alors qu'il faudrait se rassembler.

    Ne me parle pas une fois de plus, de la privatisation sous Jospin de France telecom, les erreurs d'hier ne seront pas forcément reproduites demain, rien n'est figé dans le marbre...

    RépondreSupprimer
  10. changer le ps de l’intérieur ? yen a qu'on essayé... on voit le résultat ! Et ce qui ne fonctionne plus, c'est hégémonie du ps sur la gauche. les gens de gauche, quel que soit leur parti, ne s'y reconnaissent plus. Retrouvons nos valeurs communes, plutôt que des partis, et nous en reparlerons.Quand est-ce qu'on romps vraiment avec ce capitalisme qui nous a foutu dedans ? Que je sache, le programme socialiste ne le propose pas, et ça, c'est une divergence de fond, pas d'individu. Je voterai quant à moi pour un candidat qui me proposera autre chose que l'accompagnement de ce libéralisme carnassier, qu’il se nomme Mélenchon ou autre. Pourquoi crois tu, steph, que les socialistes espagnols sont en train de se faire laminer ? Ils ont vendu leur âme au diable,c 'est un fait. Mais tuas le droit de penser ce que tu veux, je ne chercherai pas à te convaincre, libre à toi de continuer à te laisser enfumer par ceux là qui nous racontent les mêmes salades depuis 30 ans...

    RépondreSupprimer
  11. Sont mignons au Front de Gauche mais ils n'arrivent pas se rendre compte qu'ils sont hyperminoritaires...

    Alors ils développent une argumentation contre je ne sais quoi (l'Europe, la mondialisation) sans même se rendre compte qu'ils luttent contre leur propre camp et favorisent Marine Le Pen.

    C'est amusant de la part de gugusses qui ont "l'internationale" comme champ de guerre et qui luttent contre l'internationalisation...

    RépondreSupprimer
  12. Je partage l'avis de GdeC, de Vincent et d'Alin.

    Stef : le passage dont tu fais allusion n'est pas une attaque personnelle mais une allusion à la volonté du PS de rester hégémonique.

    Moi j'aimerai que tu me cites "ses dérives verbales", vraiment... parce que certains ont voulu le réduire à un clown.

    Le parcours de Mélenchon, et d'autres comme moi qui ont quitté le PS avant, prouvent que faire bouger les lignes à l'intérieur du PS est impossible : trop d'élus, et trop de personnes dépendent directement ou indirectement dans leur vie de salarié du PS... et ce dans toutes les fédés mêmes les plus vertueuses. La gauche du parti devient de plus en plus minoritaire.

    Nous n'excluons pas, nous critiquons, nous argumentons... et surtout on ne s'en prend pas aux personnes, ni à leur train de vie.

    Enfin, ta dernière phrase illustre à merveille ce que je critique : ne pas revenir sur le bilan, sur le passé, faire comme si... ni d'ailleurs sur le présent (grèce, espagne, fmi, Lamy...), cacher une certaine réalité... ce qui condamnera probablement le PS à refaire les mêmes erreurs à moins que sur sa gauche une autre force l'en empêche... En en parlant pas, on fige justement les choses dans le marbre.

    Nicolas : tu es plus sectaire que bien des militants encartés du PS que je connais, je te l'assure ! ;--)) Au point, de confondre mondialisation et internationalisme (quelle mauvaise foi !). Etre minoritaires ne signifie pas être dans l'erreur et vice versa... Les résistants étaient aussi ultraminoritaires, non ? Ils avaient tort ? Tu vois, tes arguments n'en sont pas... notamment celui quant au FN.

    Oui le Front de gauche est minoritaire mais il a vocation à devenir majoritaire...

    RépondreSupprimer
  13. DPP,

    J'aimerais bien avoir ta définition du sectarisme...

    RépondreSupprimer
  14. DPP,

    Je ne vais pas commenter les petites phrases, ça ne m’intéresse pas, par contre ton commentaire sur le fait que le PS est de plus en plus minoritaire sur son aile gauche montre notre désaccord quand à l'analyse que nous pouvons faire de l'évolution des courants au sein de ce parti.

    Je m'explique, depuis le congrès de Reims, nous avons assisté surtout à une alliance de circonstance autour de la personne d'Aubry et de Hamon.
    Les alliances voulues par Royal et Peillon avec le Modem n'ont donc pas eu lieu, et depuis la crise nous avons plutôt dans le fond des propositions politiques des idées qui contentent bien plus l'aile gauche.

    Comme quoi, on peut ne pas être d'accord, sans que cela soit à tout jamais ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…