Sortir de la zone Euro, un thème de campagne pour 2012 ?

Qu'on le veuille ou non, la sortie de l'euro sera un thème de campagne. Imposée par la présidente du FN, candidate à la présidence de la République, la sortie de la Zone Euro jugée stupide par les uns, nécessaire pour les autres, a la faveur d'une bonne partie de la population.

Parce qu'il y a effectivement quelque chose de troublant quand on évoque le sujet, les gens fustigent la vie chère à cause de l'euro ; les règles de Bruxelles, nous obligeant à ouvrir le capital de nos entreprises d'état comme la Poste, ont finit de dégoûter la population de la pourtant nécessaire construction européenne.
Le phénomène de contestation prend de l'ampleur dans toute l'Europe, et pourtant très peu d'études et de sondages en parlent.

Aussi, rien d'étonnant d'apprendre que le gouvernement grec soit obligé de démentir une rumeur concernant sa volonté de quitter la zone Euro. L'information venait pourtant du Spiegel online, le site d'information le plus lus en Europe, une fréquentation exceptionnelle, le double du Figaro.fr avec 10 millions de visiteurs uniques chaque mois.

En France, la dernière étude parue sur le sujet a été commentée de façon à dire que les français ne veulent pas sortir de la zone Euro. Les français ne veulent pas abandonner l'euro. Mais quand on regarde de plus près le détail de l'étude [Sur l'échiquier politique, la sortie de la zone euro rencontre l'adhésion auprès de l'extrême gauche (52% des sympathisants de Lutte ouvrière et du Nouveau Parti anticapitaliste y sont favorables) et du Front national (71%). Mais elle a également ses partisans parmi les électeurs du Parti socialiste (24%) et de l'UMP (9%)] je me dis qu'en fonction de la participation, et des candidats, ce thème de campagne pourrait être (malheureusement) porteur.


Wikio

Commentaires

  1. seul le FN (et le POI) évoque la sortie de l'euro...inutile de donner une centralité à ce thème.

    RépondreSupprimer
  2. Il est vrai que Marine Le Pen n'est pas susceptible de se qualifier au second tour de la Présidentielle avec de tels sujets.... Continuons à nous voiler la face.

    RépondreSupprimer
  3. ce n'est pas parce que le fn évoque la sortie de l'euro qu'il faut s'interdire d'y penser...

    L'UE c'est l'Europe de l'oligarchie contre les peuples. Hélas, ces derniers ont tendances à se tourner vers les nationalistes et les fascistes plutôt que du côté des forces progressistes.. Il faut dire que la principale des forces progressistes, en l'occurrence la social-démocratie s'est soumise à l'idéologie néo-libérale...partout en Europe...

    RépondreSupprimer
  4. Stef, permettez-moi de vous dire que je vous croyais plus sérieux !

    faire un billet sur un sondage quelque peu bidon me paraît un peu surprenant.

    Ce sondage Ifop a été réalisé auprès de 1007 personnes. Diable.

    28% des sondés se seraient prononcés pour sortir de l'euro. Soit 281 personnes.

    Expliquez-nous comment parmi ces 281 personnes on peut dénombrer 52% de LO et NPA, 71% de FN, 24% de PS et 9% de l'UMP.
    Moi ça me dépasse!

    Et si vous avez la solution, dites-nous les chiffres exacts qui ne devareint donc pas dépasser 281....

    Bien cordialement,

    jf.

    RépondreSupprimer
  5. Jacques, DPP,

    C'est justement ce que je dénonce, "très peu d'études et sondages en parlent" " En France, la dernière étude parue sur le sujet a été commentée de façon à dire que les français ne veulent pas sortir de la zone Euro", de façon à dire.

    Comme le dit DPP, il n'est pas interdit de s'interroger sur la sortie de la Zone Euro, et c'est d'ailleurs ce que font les français quand ils fustigent la vie chère depuis le passage à l'euro, etc...

    Il y aurait effectivement des avantages à pouvoir dévaluer notre monnaie pour être plus compétitif à l'export, vu notre balance commerciale négative, par exemple.

    Comme je le disais à Romain, il ne faut pas laisser de tels sujets à Marine Le Pen, parce que nous pourrions être étonnés de l’intérêt des français pour un tel sujet.

    RépondreSupprimer
  6. Je ne comprends pas qu'on puisse ainsi balayer d'un revers de la main ce thème. Il est aussi repris par DLR. Je dirais aussi que la manière dont on se moque de ceux qui envisagent de revenir à la monnaie nationale est symptomatique d'un parisianisme de mauvais augure. C'est ainsi que l'on donne des voix au FN, notamment. Il y a un écart de plus en plus considérable entre le paquet qu'on nous a vendu pour adhérer à l'Euro et la perception qu'en ont les citoyens. Vous avez raison de l'évoquer, les sondages sont bidons ! J'aimerais un jour que dans ce pays on puisse débattre des choses sereinement sans qu'il y a ait des anathèmes balancés contre tous ceux qui ne sont pas dans la doxa actuelle. C'est quand même dingue que tous ces politicards se voilent la face et ne puissent sonder l'inquiétude grandissante des concitoyens face à des repères qui changent, au défi relevé par la mondialisation notamment et face à la crise générée par des institutions bancaires dont nous n'avons pas fini d'entendre parler.

    RépondreSupprimer
  7. Vlad,

    Nous sommes d'accord, vous avez bien résumé le fond de ma pensée...

    RépondreSupprimer
  8. Merci de l'avoir initié ! :)

    RépondreSupprimer
  9. @stef

    Tu as raison. Il faut en parler. Cela ne signifie en rien que nous puissions cautionner de telles thèses. Très bonne idée de billet.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !