ATTAC au FMI, en cas de "fair play" de Christine Lagarde

Voilà une démarche qui a peu de chance d'aboutir, puisque le candidat à la candidature au poste de directeur du FMI est nommé par Christine Lagarde, gouverneur française au sein de l'institution. Ce qui montre le besoin de démocratisation de cette institution. Et pourtant notre maitre de conférence en économie qu'est la co-présidente de l'association altermondialiste ATTAC ne manquerait pas de solutions alternatives aux politiques de rigueurs menées jusqu'ici par le FMI, si elle était élue à ce poste.

Elle se nomme Aurélie Trouvé, et aurait un tout autre programme à mettre en oeuvre. Taxer à l'international les transactions financières, désarmer la finance, pour mieux la faire contribuer aux sauvetages des pays en difficulté.

Une candidature qui ne manque pas d'intéret, "Elle est spécialiste des marchés agricoles, actuellement l’un des domaines de prédilection de la spéculation financière internationale. Elle bénéficie du soutien technique et politique du Conseil scientifique d’Attac, qui comporte de nombreux économistes spécialistes des questions financières. Si elle ne bénéficie pas encore du soutien officiel d’États, sa candidature suscitera l’intérêt de tous ceux, gouvernants ou citoyens, qui désirent remettre l’industrie financière à sa place, celle de soutien aux initiatives de l’économie réelle." peut-on lire sur le site d'Attac.

Aurélie Trouvé propose une réorientation fondamentale du FMI, partant du principe que la stabilité financière mondiale est un bien public qui doit être démocratiquement géré par la communauté internationale dans son ensemble. Son programme pour le FMI comporte donc :

- l’arrêt des plans d’austérité, et la mise en place d’une taxe sur les transactions financières et d’une stricte régulation des transactions sur les produits dérivés

- la coordination des politiques économiques au plan international, amenant les pays présentant des déséquilibres excessifs (Chine, Allemagne, Japon du côté des pays excédentaires, États-Unis du côté des pays déficitaires) à se rééquilibrer de façon coordonnée par des ajustements des taux de change ainsi que des politiques budgétaires et salariales actives

- le développement d’une monnaie internationale basée sur un panier des principales devises, comme alternative au dollar

- l’émission de Droits de tirage spéciaux pour aider les pays en difficulté durant la période de réduction des déséquilibres internationaux ou face à des chocs conjoncturels imprévus

- la démocratisation du FMI, par l’élargissement de son Conseil d’administration à tous les pays de la planète et l’intégration du FMI dans le système onusien, avec une voix pour chacun des 187 pays membres du Fonds : il s’agit d’en finir avec le pouvoir exclusif des grandes puissances.

Comme quoi, une autre gestion des crises par le FMI est possible, une alternative économique crédible.


Wikio

Commentaires

  1. Les solutions, comme sa candidature jugée "symbolique" sont totalement censées et "viables", mais pas vraiment dans l'air du temps. Dommage.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !