Accéder au contenu principal

Moscovici - Le manifeste qui pose trop de conditions ?

En général je respecte beaucoup les militants des organisations politiques ou syndicales, quelles qu'elles soient, mais dans la primaire socialiste, on aimerait qu'ils sortent des vielles habitudes, de ces vieilles méthodes d'un autre temps.

J'en riait encore il y a seulement deux jours, je suis désolé aujourd'hui que certains prennent tant au sérieux une telle démarche ; certes c'est la vie normale pour les différents courants au sein d'un même parti que de chercher à peser, mais pour l'électorat ça ressemble plus, vu de l'extérieur, à une belle zizanie, à une querelle de personnes qui ne sont pas d'accord entre elles.

Je veux bien sûr parler de P.Moscovici qui, se justifiant de ne pouvoir choisir entre soutenir Aubry ou Hollande, menaçait de se présenter à la Primaire.

Prenons la conclusion du billet de Romain du blog Varia, ça résume bien, et justifie surtout ce qui pour moi est une stratégie de looser :

"J’espère que le présent billet aura fait toute la lumière sur cette sortie médiatique : il ne s’agit nullement, pour le député du Doubs, de poser un ultimatum dans une logique d’« enjeux de personne », de « calculs politiciens », bref de « narcissisme des petites différences », mais bel et bien de faire peser un « point de repère et un ensemble d’exigences » pour « structurer le débat », avec ce texte véritablement décoiffant et qui fera date – n’en doutons pas. Car comme le dit le proverbe, la fortune sourit aux audacieux."

Avec tout le respect que je dois à Romain, il m'excusera par avance. Se défendre de vouloir créer une logique d'enjeux de personnes, en marquant ses différences pour mieux les vendre à celui qui les acceptera le plus, voilà justement les prémices de la bataille d'égos que nous déplorons au PS depuis tant d'années.

Comme j'ai voulu l'expliquer dans un commentaire que Romain n'a toujours pas souhaité publier à cette heure (il n'est pas possible de s'exprimer librement sur ton blog ?) il ne faudrait pas redonner la déplorable image de la primaire de 2007, et du manque de soutien pour la candidate qui la gagna. Je recopie ici mon commentaire, qui je le reconnais, était un peu offensif. Mais ce n'est qu'un commentaire écrit à 7h du mat, court, un résumé des idées exprimées ici :

" Mouais… sauf que si on peut bien trouver des points de divergences entre chaque représentant d’un courant au sein du PS, ils sont bien tous “penauds” et d’accord entre eux quand il s’agit de s’asseoir autour d’une même table au bureau national, rue de Solferino, durant cinq longues années parce qu’ils ont perdu les élections.

Bref ce que je veux dire, c’est que les primaires c’est bien pour faire un choix, mais il ne devrait pas avoir cette multiplicité des candidatures…. Mosco devrait trouver beaucoup de DSK dans hollande par exemple…. Arrêtons ! Qu’on essaye de préserver ce qui est encore vu comme positif des primaires par l’électorat, et que les outsiders rentrent dans le rang !"

Il vaut mieux parfois un petit commentaire que des longs discours, j'ai juste envie de dire à Pierre Moscovici, arrêtons ! Arrêtons !


Wikio

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…