Accéder au contenu principal

Balance commerciale négative, signe du déclin à la Française.


Si il y a un voyant économique qui devrait être surveillé comme le lait sur le feu, c'est bien le déficit commercial en France qui atteint un nouveau record à la baisse ce mois de Mai.
Si on a pris l'habitude de s’accommoder du reste, je veux parler des conséquences structurelles des mauvais chiffres de notre économie, déficit des comptes sociaux, hausse du chômage, etc, parce que les résultantes de trente ans de politique (disent-ils), nous avons ici, avec l'évolution rapide du déficit commercial, le signe du déclin à la française.

C'est surtout le signe que nos entreprises ne vendent plus à l'étranger.

Le gouvernement ne peut renvoyer la balle à l'opposition sur ce sujet, le problème n'est certes pas nouveau, mais le déficit n'est apparent que depuis dix ans.

Auparavant les grands chantiers d'état masquaient quelques peu un solde positif déjà faible. Aujourd'hui, si en plus l'état n'est plus un "bon client", les entreprises sous perfusion (historiquement) ralentissent leur activité.

La France n’a plus connu de balance commerciale positive depuis… 2002, c’est-à-dire depuis l’arrivée au pouvoir de l’UMP de Sarkozy.


Prenons l'exemple de Renault, on apprend que le FSI, fond stratégique d'investissement de N.Sarkozy ne participera pas à l'investissement de la nouvelle usine de batterie electriquet. Carlos Gohn a donc revu son montage financier, et décale sa nouvelle production de 2012 à 2014 (décalé aujourd'hui, supprimé demain ?).

Voilà un projet, créateur d'emplois, ralenti par le manque d'investissement du secteur privé, peut être trop habitué à vivre sous perfusion.

Nos libéraux nous expliquerons, que c'est le coût, la protection sociale, et le manque de flexibilité du travail en France qui en sont les causes, on voit bien que c'est le rôle d'un état fort et interventionniste qui permet de soutenir ou pas l'économie d'un pays.

Les experts le disent, ce sont des raisons structurelles qui expliquent ces déficits, ce n'est pas une hausse passagère du prix des énergies ou le change euro-dollars qui en expliquent les causes.
C'est une réflexion dans son ensemble qu'il faut mener. Un état fort qui empêche la fuite de ses cerveaux, pour réellement miser sur l'innovation, la recherche, et ainsi relancer notre économie sur de bonnes bases. Peut être faudrait-il revoir les formations de nos ingenieurs, et au-delà la culture d'entreprise, un vaste chantier.

Je suis sûre que Sarkozy aurait aimé mettre quelques centaines de millions, voire des milliards de plus dans nos industries, mais il aurait fallu pour cela un état fort qui sache encore s'autofinancer.

Une logique courageuse qui sort de l'idéologie Umpiste, et puis on aurait pu reprocher au Président, de sortir un peu trop du modèle libéral qui est le notre, il ne faudrait pas pousser... Et pourtant...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…