Accéder au contenu principal

Honte à nous, ils meurent sous nos bombes en ce 14 juillet

Nos soldats meurent en Afghanistan, les populations meurent sous nos bombes en Libye.

Nos militaires meurent en Afghanistan, cinq soldats français ont été lâchement tués alors qu'ils menaient une mission de sécurisation. Une présence et un engagement toujours plus important de la France, que l'on doit à l'actuel chef de l'état.
Alors que son prédécesseur, Jacques Chirac n’engageait qu'une poignée d'hommes dans ce qui est devenu un bourbier, signifier notre désengagement progressif du territoire Afghan aujourd'hui, alors que la situation est quasiment la même qu'il y a dix ans, montre que nos stratégies sont en échec.

Qu'en sera t-il demain en Libye ?

Nous étions très majoritairement "pour" une intervention en Libye, aujourd'hui, quatre mois après, la poursuite du bombardement des populations me dégoûte.

La justification de notre intervention tenait surtout dans le fait qu'il fallait s'interposer entre Kadhafi et les populations opprimées par leur propre armée. Plus qu'une force d'interposition, la coalition est aujourd'hui responsable des morts au sein d'une population qu'elle voulait protéger.

Il y a nos soldats morts en mission, et il y a des populations, des hommes, femmes et enfants qui meurent sous les bombardements d'avions français.

Partisan d'une intervention, d'un commando, pour faire "tomber" le dictateur Libyen, arrêter les hostilités dans les plus brefs délais devrait être notre priorité. Mais nous nous installons dans la durée, alors que le parlement a approuvé le prolongement de notre présence dans ce conflit.

En ce 14 Juillet, je pense aux familles de nos soldats, aux populations victimes de ces conflits, aux enfants qui vivent dans la peur des sirènes, dans le fracas des bombes. Honte à nous !

Commentaires

  1. Je n'étais pas favorable à cette intervention en Lybie. Je sentais le piège en intervenant que dans les airs sans troupes au sol.
    Maintenant on s'enlise ... dans les airs.

    RépondreSupprimer
  2. Eva Joly a raison. Le 14 juilet c'est pour fêter la révolution par le peuple pour le peuple et le militaire n'a rien à faire dans tout ça.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…