N.Sarkozy, le garant de l'équilibre des comptes publics ??

Les Français n’ont pas besoin d’aimer Sarkozy pour le réélire

Le titre de ce billet aurait pu être "Comment Sarkozy peut être réélu". Plus que les raisons, c'est bien sur "la raison", le coté raisonnable des français sur lequel compte jouer le président sortant pour séduire à nouveau les Français.
Aidé de certains instituts de sondage plutôt positionnés à droite, d'un contexte économique internationale tendu, en 2012, c'est le coté rassurant du candidat qui va engendrer les votes.

C'est le virage de la rigueur. On voit bien la manœuvre qui a cours : avec la mise en place de la règle d'or de l'équilibre budgétaire des finances publiques, Nicolas Sarkozy cherche à s'imposer comme étant le président raisonnable, en opposition à une gauche qui serait responsable de l'explosion de la dette.

Nous ne sommes plus comme en 2008, dans l'urgence de la crise économique et financière, mais dans ses conséquences. La peur d'une situation "à la grecque" est dans l'inconscient collectif. La contagion de la "crise de la dette" touche tous les pays.

J'écrivais dans mon dernier billet, sur le budget de la défense, que le plan pluri-annuel 2009-2014 nous coûte 95 milliards d'euros, est-ce bien raisonnable ?

Les candidats de gauche doivent revenir sur le bilan de N.Sarkozy, rappeler que c'est lui le responsable de l'explosion de la dette, 300 milliards en trois ans. Une politique faite de cadeaux fiscaux, de largesses économiques, au dessus de nos moyens quand la dette de la France est passée de 600 milliards en 1995 à 1200 milliards en 2007, pour culminer aujourd'hui à plus de 1600 milliards. C'est la responsabilité de la droite au pouvoir, et de son président sortant.

Dès lors, apparaître aujourd'hui comme le garant de l'équilibre des comptes publics est une pirouette politique des plus osées, mais que l'agile Sarkozy exécutera sans complexe.

Commentaires

  1. Oui, il faudrait que les personnalités de gauche les torpillent avec cette histoire de modification de la constitution... Bien crier qu'ils se foutent de notre gueule.

    RépondreSupprimer
  2. c'est bizarre, PS et EELV n'ont pas l'air de s'opposer à ce projet...

    RépondreSupprimer
  3. Si tu parles de la règle d'or de l'équilibre budgétaire, c'est pourtant le cas !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !