Y en a marre de ces conneries !

Ce matin, deux très bons billets d'humeur de mes camarades Elmone et El Camino. Parus dans mon GReader à une minute d'intervalle, ils résument il me semble une tendance majoritaire dans l'opinion publique sur la crise de la dette qui pourrait se résumer ainsi "y en a marre de ces conneries"

Faut-il se réjouir du plan de sauvetage de la Grèce ? Surement pas ! Il n'est en tout cas pas question dans ce plan d'une remise en cause de nos vieilles habitudes. Il faut payer ? Etallons nos dettes sur trente ans, c'est la génération d'après qui payera ! C'est lamentable, et ça dénote surtout le manque de courage politique. Il n'est toujours pas question d'une taxe internationale sur les transactions financières, alors que celle-ci serait légitime alors que nous mutualisons nos dettes entre les pays.

Y en a vraiment marre, c'est aussi mon sentiment, comment faudra-t-il expliquer tout ça à nos enfants quand ils seront en âge de comprendre ?

Commentaires

  1. J'ai cru que tu parlais de Martine Aubry dans Paris Match en voyant ton titre :)

    RépondreSupprimer
  2. Pendant ce temps la génération d'avant est en vacances ...

    RépondreSupprimer
  3. Et se plaint qu'il pleut en plus ! Enfin tout est fait aussi sans notre consentement, par une poignée d'irresponsables, de lobbyistes qui se cooptent entre eux...

    RépondreSupprimer
  4. Faut sortir de l'Europe monétaire

    RépondreSupprimer
  5. J'en viens à me poser la question aussi, un gros avantage à dévaluer notre monnaie pour mieux exporter, encore faudrait-il avoir de quoi vendre...

    Avec nos feignasses d'entrepreneurs français, trop assistés, le cycle innovation, création, industrialisation est long à remettre sur les bons rails...

    RépondreSupprimer
  6. Euh...sur le côté entrepreneurs assistés tu plaisantes ? ;)
    Je pense que dans 20 ans l'histoire retiendra que l'Europe a tenté sans succès d'unifier sa monnaie et a provoqué une crise systémique amplifiée par les crises bancaires.

    RépondreSupprimer
  7. Oui, avec le recul c'est l'analyse qu'on peut en faire.

    RépondreSupprimer
  8. c'est le résultat de plus de vingt ans de néo-libéralisme conjugué au monétarisme obtus sous les applaudissements de la social-démocratie qui félicite le courage de Papandréou qui serre la vis des salariés et privatise à tour de bras..


    L'Europe protège, n'est-ce pas ? Aussi, le PS ne s'oppose pas frontalement à la prochaine modification constitutionnelle de Sarkozy qui gravera dans le marbre la fameuse "règle d'or"...

    RépondreSupprimer
  9. C'est loin d'être fait DPP. Il faut 3/5ème du vote des députés, et les socialistes n'ont pas l'intention d'y souscrire apparemment. Arrêtons et attendons de voir, ça sera le moyen à gauche de faire le triste bilan de la politique de Sarkozy...

    RépondreSupprimer
  10. Où allons nous? Je n'en sais rien mais travaillant dans l'industrie, secteur sans avenir à ce rythme, j'en entends des vertes et des pas mures comme dirait l'autre! Le futur est morose, il est clair qu'il va falloir changer tout ça un jour ou l'autre.

    RépondreSupprimer
  11. El Camino,

    Je travaille également dans l'industrie, et confirme qu'on en entend de belles oui...

    Ju,

    Oui, je crois encore que le "pouvoir" politique peut encore peser. Raison de plus pour voter utile, on ne peut plus se permettre de perdre la présidentielle...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !