Accéder au contenu principal

@despasperdus les melenchonistes n'ont décidément rien compris !

Notre camarade DPP se fend d'un billet pour nous expliquer à nous, quelques blogueurs trop pro-socialistes à son goût, que nous ne pouvons qualifier d'incompétente la droite aux responsabilités.

Il a raison de rappeler que la droite laisse filer les déficits pour mieux justifier sa politique de régression sociale. Mais en profite au passage pour assoir toujours un peu plus un argumentaire typiquement Melenchonniste, à savoir rompre avec le "neo-liberalisme', changer profondément le système, etc, en tapant une fois de plus sur le PS et l'Europe, coupables de tous nos maux.

Je dois dire que cette vieille rengaine "ils ont tord, nous avons raison" commence à m'agacer, car elle ne prend pas assez en compte la représentativité politique au sein de l'électorat.
Car ce n'est pas seuls quelques dirigeants socialistes qu'il faudrait ainsi blâmer si nous suivions cette logique, mais bel et bien toute une génération d'électeurs qui, en choisissant la droite au pouvoir depuis plus de 15 ans, montre son attachement à un système auquel chacun contribue, et pourtant tant décrié par l’extrême gauche melenchoniste.

Une introspective s'impose, le discours de culpabilisation suffit-il ?

Apparemment pas au vu des intentions de votes pour le leader du Front de gauche. J-L.Melenchon candidat à la présidentielle ne dépasse pas les 4%.

Prendra t-il ses responsabilités dans un gouvernement de gauche ? Que fera t-il entre les deux tours du scrutin présidentiel si il n'est pas qualifié ? Ira t-il jusqu'au bout de sa démarche anti-Parti socialiste ? Assumera t-il d'être une cause de l'échec de la gauche en 2012 ?

Ces questions sont pour le moment sans réponses, et expliquent peut être le manque d'intérêt de l'électorat pour le vote Melenchonniste. A force de dire qu'on n'a rien compris...



- Posted using BlogPress from my iPhone

Commentaires

  1. Bah ! Faut laisser pisser... Comme tu dis, avec 4%, ils s'imaginent maitres du monde sans même se rendre compte que si le PS adoptait leurs positions, il finirait lui même à 4%... Ou, au moins, pas assez de voix pour un second tour...

    RépondreSupprimer
  2. Se baser sur le billet d'un seul pour mettre tout le monde dans le même sac, voilà qui me semble quelque peu excessif mais bon...

    Et puis, les 4 %, on verra bien ! On a eu d'autres surprises bien plus conséquentes... en termes de sondages à la con.

    Quant à rejeter le libéralisme carnassier, je ne pense pas que cela se limite au seul PG, et pas même au front de gauche. je vois même une majorité se dégager sur le principe, par dela les clivages habituels. Et c'est tant mieux. Ainsi, au PS, il y a bien la ligne Filoche...

    RépondreSupprimer
  3. @Stef : ... ah et puis oui, une autre précision : il conviendrait de distinguer ce qu'écrit l'ami DPP de la ligne de Mélenchon. Ce ddernier n'a jamais dit qu'il ne voterait pas socialiste au deuxième tour.... Un peu de nuances (ce qui n'est pas toujours mon fort non plus, je le reconnais bien volontiers) ne fait jamais de mal. Pas même à toi... et si tu affinais un peu ta position sur le sujet ? Ou alors fais tu partie de ces gens qui considèrent que Mélenchon est un dangereux populiste que rien ne différencie de Marine le pen ?

    Déja que tu nous qualifie d'extrême-gauche... Alors que mélenchon ne me semble pas avoir renié sa ligne politique. c'est simplement le ps qui a bougé la sienne, changé son centre de gravité, en devenant au fil du temps de plus en plus proche du centre, et donc de la droite... Un parti social démocrate comme un autre, quoi... J'en suis parti moi aussi, non sans raison : je tiens à mes valeurs et le ps ne les respectait plus.

    Tout ce que je reproche au PS, c'est d'avoir rompu avec son origine historique, sociale, et son orientation sociétale, voila tout. DPP fait de même, il défend ses convictions. De là à penser que tous soient des cons au ps, je crois que tu déformes fortement ses propos, mais c'est à lui de s'exprimer là dessus pas à moi. Je ne serais pas intervenu si tun'avais pas visé dans ton billet (dans le titre même, malgré l'adresse à DPP) tous les "mélenchonnistes" sans distinction, ce qui fait preuve de bien peu de discernement. Je suis quantà moi, et Nicolas le sait, partisan d'un candidat pour toute la gauche dès le premier tour. Si possible, non pro-capitalisme... Comme Hollande et à plus forte raison Valls et Royal, qui demande le rapprochement avec le centre... Une hérésie, à mes yeux.

    RépondreSupprimer
  4. Tu me la fais à l'envers GdeC. Je ne suis pas sectaire, je n'ai pas l'habitude de ranger les gens dans des cases.
    Je rebondis dans ce billet à vos mauvaises habitudes.
    "le PS n'a pas compris la défaite de 2002, le PS n'a pas compris la politique de la droite, le PS est bien fade et timide en se limitant à dénoncer, etc, etc,...)"

    C'est vous qui prenez les gens pour des cons, du coup ils vous le rendent bien dans leurs intentions de votes. C'est limite contre-productif pour vous...

    RépondreSupprimer
  5. Il est vrai que la population ne critique jamais le PS. D'ailleurs c'est un raz-de-marée électoral en faveur du PS à chaque présidentielle.

    Le jour où le Front de Gauche aura les moyens du PS, on pourra comparer. Pour l'instant les échecs de 1995, 2002 et 2007 sont à imputer au PS et à lui seul.

    Et que le PS sous-entend que les sympathisants de l'autre gauche sont arrogants ou qu'ils n'écoutent pas leurs partenaires", c'est juste magnifique. Je dis bravo.

    RépondreSupprimer
  6. Tu as raison Rushkoff18, continuons à couper des têtes, ça ira mieux comme ça.... ?

    RépondreSupprimer
  7. Le PS peut-il oser se dire de gauche ? On ne l'entend pas souvent s'en proclamer, d'ailleurs. Les privatisations de DSK sont passées par là, entre bien d'autres choses.

    Il faudrait déjà distinguer non un monolithe, mais des PS, parfaitement incompatibles. Valls et Filoche... hum...

    Le Front de Gauche est un strict minimum, encore bien pâlichon dans sa cohérence sur bien des sujets vitaux, mais une base de progression. Car le $Y$TEM actuel est à rejeter entièrement, et pas sur des points de détail. C'est une question de survie.

    RépondreSupprimer
  8. Oui je suis d'accord avec ça Babelouest. Le front de gauche est une base de progression pour toute la gauche, il fait bouger les lignes.

    Et il est juste de dire qu'il y a beaucoup de courants au sein du Parti socialiste. Assez pour qu'il bouge lui aussi de l'intérieur.
    Mélenchon n'aurait pas dû quitter le PS, mais le faire évoluer selon moi.
    Derrière ça, y a la question du multi-partisme à la française qui ne fonctionne pas à gauche, et nous fait perdre les élections.

    On a plus les moyens de laisser la droite aux responsabilités.

    RépondreSupprimer
  9. @stef : du haut de ta superbe, j'aimerais voir ta figure un lendemain de 2012... Tiens, si le ps choisissais DSK (oups, pardon, Hollande, puisqu'il parait que c'est son nouveau patronyme... : je prédis un score tip top pour Mélenchon, sans trop prendre de risques... Car contrairement à toi, je sais de quoi je parle : j'ai été des deux côtés... Et j'ai encore des contacts au ps...

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour ton billet, ça me permettra d'y répondre "at home"... Tu as pris mon billet de manière trop personnelle... Je suis pour le débat, pas pour l'insulte même si je dis les choses avec coeur et franchise.

    Je ne dis pas que tu as tort, mais je sais une chose : on ne partage pas la même analyse du moment.

    Je précise simplement que beaucoup comme Mélenchon avant lui (c'est mon cas) ou après lui, sans pour autant le rejoindre, ont tous fait le constat qu'il est impossible pour la gauche ou les écolos du parti de faire bouger les lignes à l'intérieur... L'inertie les fait plutôt déplacer vers le centre... en raison de la composition même du PS.

    En deux ans d'existence, le FDG a été plus efficace que la gauche du PS en 10 ans ! Revenu maximal, union à gauche, Modem qui n'est plus cité par le PS, planification écologique, démondialisation : Tout ça vient du FDG...

    RépondreSupprimer
  11. Comme quoi, le PS s'accapare aussi les bons sujets... je ne sais pas quel parti politique est le plus efficace, mais l'électorat ne me semble pas demandeur de ces jeux de posture.

    Nous verrons bien.

    RépondreSupprimer
  12. @Stef : en lisant les commentaires, il me semble que tu fais, Stef, une erreur historique de fond.

    Depuis sa fondation, le PS a gagné deux présidentielles, après être passé très près de la victoire en 1974. En 1974, le PS bénéficiait de la dynamique très forte du programme commun. Même s'il a éclaté après, le PC était encore au-dessus des 10% en 1981 et il a apporté les voix manquantes pour la victoire du second tour.

    En 1988, Mitterrand a pu capitaliser sur sa personne et sur le bilan négatif de la droite, mais il a besoin du PCF pour avoir une majorité.

    Depuis, le PS perd des élections pour des raisons, à mon avis, de positionnement idéologique, mais aussi parce qu'il n'a pas réussi à trouver un leader solide et parce que les autres partis de gauche sont ridicules en voix.

    La montée du Front de Gauche, qui va sans aucun doute faire plus que 4%, est plutôt une chance pour le PS, s'il bouge un peu vers la gauche et se remuscle idéologiquement.

    Pour moi, le Front de Gauche est une chance pour tout le monde, et nous n'avons pas de temps à perdre à nous jeter des noms d'oiseaux.

    RépondreSupprimer
  13. Je ne vois pas d’erreur historique dans mes propos, je dis juste que Mélenchon se trompe.

    Le scrutin présidentiel étant ce qu'il est, ce contexte favorise inéluctablement Sarkozy. Et la gauche perdra la présidentielle une fois de plus effectivement...

    RépondreSupprimer
  14. @Stef : si, lorsque tu parles du multipartisme. C'est lorsqu'il y avait un PS fort et un PCF solide en voix que la présidentielle a pu être gagnée. Depuis, le PS n'a pas de réservoir de voix sur sa gauche, et je ne crois nullement à l'idée que ce serait aux électeurs du centre-droit de faire basculer l'élection. Sans d'autres mouvements de gauche, le PS a beaucoup plus de mal à gagner.

    RépondreSupprimer
  15. "Je dois dire que cette vieille rengaine "ils ont tord, nous avons raison" commence à m'agacer, car elle ne prend pas assez en compte la représentativité politique au sein de l'électorat."

    La représentativité...

    http://www.les-crises.fr/images/1230-representativite/representativite-democratique-bonhommes.jpg

    http://discotonio.free.fr/immo/insee_conflit_generations4.png

    ...
    le 'ils on tort, on a raison' n'est pas un argument politique, c'est un jeu rhétorique qui ne sert pas beaucoup les débats.

    Mais si on "prend en compte la représentativité politique", y'a de quoi être attéré je trouve, ou du moins se poser des questions sur le fonctionnement 'démocratique'.

    RépondreSupprimer
  16. hahahah "Se baser sur le billet d'un seul pour mettre tout le monde dans le même sac, voilà qui me semble quelque peu excessif " Très vrai donc ne pas coller les conneries de la direction du Ps aux blogs de gauche, merci.

    Sinon , oui vive le débat , mais DPP est toujours dans le même moule : vilain Ps / vilain TCE / gentil FG qui a tout inventé. C'est un peu simpliste et un peu exessif comme façon de procéder.

    quand aux données électorales que ce soit 2007, 2008, 2009 ou 2010 : l'autre gauche n'a pas fait de merveilles . C'est un peu dommage: les électeurs n'ont pas l'air d'avoir envie de faire la révolution citoyenne (ou modèle NPA) peut être ont ils tort, mais c'est ainsi.
    Bien sur les choses peuvent changer, mais pas avec des militants en mode "exclusif pur garanti a 100%" : ça ne marche plus comme ça : révolution de l'information, électorat qui change entre 2 votes ( LCR en 2007, Bayrou en 2007) ...

    RépondreSupprimer
  17. C'est vrai, @intox2007 ! Et Mathieu se rappelle le bon vieux temps où la gauche gagnait grace à une "gauche de la gauche" forte. Marchais à 15%¨et tout ça...

    Depuis 30 ans, le monde a bougé. Le mur est tombé. Mais même avant, les cocos français avaient confié tout "l'électorat populaire" au FN. Peut-être que Méluche, grâce au désistement de Besancenot fera 8% au lieu des 4 annoncés par Stef (et moi). Ca nous fera une belle jambe... Pour faire ce score, ils n'ont qu'une solution : taper sur le PS...

    Qu'ils s'occupent donc des braves gens qui ne votent pas à gauche.

    RépondreSupprimer
  18. "les cocos français avaient confié tout "l'électorat populaire" au FN." Voyons, un peu de recherche en sociologie politique et tu verrais que cette phrase, c'est du n'importe quoi.

    Tu as été sur le site du PG? Tu as lu les 200 propositions, tu peux lire le blog de Mélenchon à 20 000 signes / articles, tu peux lire les travaux de Généreux, Pinçon-Charlot ou de Schnackenburger et après tu pourras revenir "ouais j'ai tout lu et franchement il n'y a rien à en tirer".

    On critique le PS toujours sur le fond. Oui, être pour le traité de Lisbonne et pour de gauche, c'est suspect. Oui, penser s'allier au second tour avec celui qui a créer le CPE, c'est fou. Et on peut expliquer pourquoi.

    Tes deux interventions Nicolas, elles se résument à moquer les scores d'une entité qui a 3 ans d'existence. Profond comme pensée, on dirait du Ségolène Royal.

    RépondreSupprimer
  19. Et pour corroborer ce que dit Vincent, Jacques Rancière a démontré assez brillamment (et facilement...) que la représentativité n'était qu'un leurre qui renforçait cette société oligarchique.

    Et que les modèles occidentaux ne sont pas des démocraties. "Pas non plus des camps" comme Rancière dit, mais ce n'est pas parce qu'une situation pourrait être pire qu'elle en devient satisfaisante.

    La 5ème République s'enfonce chaque jour un peu plus. Et il faudrait fou ou aveugle pour ne pas voir que la plupart des citoyens considèrent ses "représentants" comme illégitimes. 2012, ce sera un référendum "Pour ou Contre Sarkozy". C'est triste mais ce sera comme ça pour une grande partie des votes pour le PS, Borloo, De Villepin, Bayrou voire Le Pen.

    Que personne ne me parle de 30% des citoyens français soir 1 français sur 3 qui adhéreraient aux idées de Hollande. Il est tard mais restons sérieux.

    RépondreSupprimer
  20. Ruskoff,

    Le PCF a trois ans d'existence ? Oui, je me moque du score, parce que des gugusses qui ne pèsent rien, se revendiquent, tu viens de le faire, représenter à eux seuls la gauche.

    Ta conclusion est pitoyable : elle montre que tu n'as rien compris aux idées des Français, tu avances sur de toi sans même te rendre compte que les Français ont largement adhéré au "travailler plus pour gagner plus".

    RépondreSupprimer
  21. Et pourtant Nicolas, on peut difficilement admettre que le PS (oui, de Hollande), que le PS soit autre chose qu'une droite molle déguisée. Seul le Front de Gauche peut faire bouger les lignes, donc même s'il n'est pas parfait c'est lui que toute la blogosphère se devrait de soutenir. Je constate avec horreur que ce n'est pas le cas.

    Pour un vrai avenir, ce sont les Décroissants et leurs amis qu'il faudrait, mais bien sûr je demande trop. Il faut toujours demander trop, pour avoir un peu.

    RépondreSupprimer
  22. Babelouest,

    La blogosphère "soutient" le candidat d'un parti qui a une chance de faire gagner la gauche. Que 10% de la gauche s'estime être seuls, à gauche, est récurent mais c'est une erreur de géographie. A gauche du centre, c'est la gauche. Et le centre n'est qu'un point.

    RépondreSupprimer
  23. Ta dernière phrase Babelouest résume tout, la politique c'est faire des compromis. Le problème avec Mélenchon, c'est qu'il est dans une éternelle opposition au PS. Il est dans la dénonciation, le combat, l'électorat ne concrétise pas son alternative politique.

    Et pour revenir au sujet de mon billet, il me semble que c'est les raisons qui font qu'il ne décolle pas dans les intentions de votes.

    RépondreSupprimer
  24. @Intox2007, @Nicolas, @tous, merci de vos commentaires.

    RépondreSupprimer
  25. Je tente une dernière remarque. Le premier qui traite Hollande de rassembleur est la risée de la classe. Seul Méluche en est un, car Martine... hum... Non, le Front de Gauche n'est pas dans une opposition au PS vaine et infertile. Il EST la Gauche. Il A un leader. Le PS n'est que l'aile de la droite la plus proche du centre, en démontrer l'évanescence au niveau social et politique est un devoir.

    Mélenchon dans le combat ? J'espère bien ! Que faire d'autre quand on est dans l'opposition ? Voter avec la droite, trop souvent, les projets de celle-ci ? Gratt gratt gratt il y a un souci, là. Soutenir mordicus l'aéroport de Notre Dame des Landes, voilà ce que les élus du PS ont comme posture, dans un grand élan néolibéral. Entériner Lisbonne, voilà leur bonne idée (houille !). Et ainsi de suite.

    Il n'y a qu'une gauche, elle est à gauche du PS. Sinon, droite pour droite...

    RépondreSupprimer
  26. Ce ne sont que des postures ! La gauche de la gauche ? l'électorat s'en moque de ces considérations idéologique... Encore une fois, l'électorat veut du concret dans l'alternative politique, pas des beaux discours...

    RépondreSupprimer
  27. Babelouest,

    Méluche rassemble qui ? Chacun des six candidats (même Baylet, tiens)(smiley) aura plus de votes aux primaires que Méluche au machin qui a validé sa candidature...

    RépondreSupprimer
  28. Ouais ! Donc, ce qui compte, ce n'est pas le programme, c'est les voix. Autant voter Le Pen tout de suite...

    RépondreSupprimer
  29. Babelouest,

    Arrête de dire tout et n'importe quoi avec Le Pen... Si les électeurs communistes (les 15% de Marchais en 81) sont partis de l'autre côté (ben oui, les électeurs de Le Pen sont essentiellement des ouvriers), c'est peut-être parce que les partis "de la gauche de la gauche" ne lui parlent plus.

    L'autre jour, je me suis pris une remarque dans la gueule par "une d'entre vous" (militante au FdB) parce que j'avais dit que Martine Aubry avait dit une connerie en promettant 30 à 50% d'augmentation du budget de la culture.

    Tu sais ce qu'il entend, l'ouvrier, ou le mec qui a bossé toute sa vie ? Qu'on veut augmenter les mecs qui font les guignols dans la rue, un mois par mois par an, pendant Avignon mais qu'on ne fait rien pour vous.

    Je me suis fait engueuler...

    Mais je vous laisse jouer avec vos propres démons : si une majorité des "petites gens" votent à droite, la gauche de la gauche a sa part de responsabilité.

    Jusqu'à preuve du contraire, c'est bien le Parti Socialiste qui essaie de virer Sarkozy du pouvoir... On a pas besoin de batons dans les rues de la part de gugusses qui ont complètement perdu de vue les réalités.

    Et celui qui est à gauche est celui qui fait gagner la gauche, pas qui la fait perdre.

    Continuez avec vos postures, les gars, de toute manière les blogs ne représentent rien.

    RépondreSupprimer
  30. La discussion qui se déroule ici est tout de même symptomatique.

    Personnellement, je crois que le seul moyen pour le PS de gagner 2012 est d'avoir un leader capable (ce qui n'a pas été le cas en 2002 et en 2007) et de parvenir à séduire les 20% d'électeurs qui vont voter pour les écologistes, le FdG et les petits candidats gauchistes. C'est d'ailleurs ce qu'a fait Sarkozy en 2007 en draguant les électeurs du FN.

    Le 1er tour, lui, se joue sur la qualité du candidat, malheureusement plus que sur le programme. Là, c'est au PS d'être capable de désigner quelqu'un de viable.

    RépondreSupprimer
  31. Mathieu,

    Ces symptomatique... Oublier le second tour... Qui se joue aussi sur la qualité du candidat.

    RépondreSupprimer
  32. @ Nicolas : oui, c'est vrai, mais cela est jugé dès le 1er tour. Souviens-toi de Ségolène Royal en 2007 : elle avait déjà des problèmes de crédibilité face à Sarkozy dès le premier tour.

    RépondreSupprimer
  33. Mathieu,

    Oui, mais elle a fait un excellent premier tour. Jospin n'arrivait pas à un tel score... Mais tu as raison, la campagne du second tour ne commence pas au soir du premier mais bien avant.

    RépondreSupprimer
  34. Un excellent premier tour à 1/4 du total des voix, c'est pas ce que j'appelle un excellent premier tour... surtout après avoir vidé l'essentiel des autres partis de gauche à coup de "votutil, votutil !!". ah, non, 25,9%, quand on est seulement deuxième et qu'il y a trois candidats de droite dans le quartette de tête à respectivement à peu près 10, 20 et 30%, j'appelle pas ça un "bon premier tour"... C'est très simple, la gauche n'avait pas pesé aussi peu (36% !) au premier tour d'une présidentielle depuis 1969. Mitterrand a gagné en 81 avec le même score mais le reste de la gauche à 20% et en 88 il faisait 34% (ce qui est très bon, par contre) avec, là encore, le reste de sa gauche à 11%.
    Quant à l'electorat PCF qui se serait mis tout à coup à voter FN, j'attends encore l'étude qui le montrera. C'est à croire que pour certains, 95% des ouvriers étaient de gauche et 80% d'entre eux votaient PCF, ce qui est une affirmation monumentalement fausse.
    Le taux d'abstention des ouvriers a augmenté en flèche depuis cette époque (ce qui laisse penser à un refuge des electeurs de gauche déçus dans l'abstention), et la droite classique s'est effondrée dans cette catégorie avec l'apparition du FN.

    RépondreSupprimer
  35. Nicolas, arrête de choisir ce à quoi tu réponds et ce à quoi tu ne réponds pas. Déjà, je te parle du Front de Gauche depuis le début. Donc oui, tu as tort: c'est bien 3 ans d'existence.

    Je ne me revendique de rien du tout. Ce que tu n'as pas compris, c'est que je me contrefous des partis. Tout ce système est largement dépassé, sauf si tu imagines que les citoyens se retrouvent dans les grands (et petits, certes) partis politiques. Je te parle de philo politique, d'Idées, pas de programmes démago et pseudo-pragmatiques (ce que tu n'as pas fait hein). Est-ce que vouloir l'économie de marché, la concurrence libre et non faussée peut être compatible avec une pensée de gauche? J'ai avancée mon idée (non ça ne l'est pas et je peux l'étayer) à toi de prouver le contraire. La discussion se fait uniquement ici pour moi. Si c'est juste la victoire qui compte, peu importe les idées, via une politique du moins pire, ce sera sans moi. Et je rejoindrai la majorité des habitants de ce pays, ceux qui ne votent pas ou votent blanc (abstentionnistes, sans-papiers, non-inscrits, etc.). Mon choix se forme en fonction des idées des candidats.

    Enfin, si je dis que les Français trouvent en majorité Royal ridicule, c'est soit de l'observation directe (que ce soit dans le quartier hlm populaire dans lequel j'ai grandi tant cherché par tous les candidats et que j'ai quitté il y a quelques mois ou parmi mes amis jeunes et moins jeunes) ou les sondages qui valent ce qu'ils valent. Que les citoyens ne se retrouvent plus dans les politiques, quelqu'un peut-il sérieusement contredire cette assertion?

    Toi par contre tu parles "des Français qui ont adhéré au travailler pour gagner plus". Ah bon, mes potes qui refusent toutes les heures supp dans leur usine cristolienne, mon père au RSA, ma mère à quelques années de la retraite ou ce que tous les chiffrent et statistiques montrent sur l'utilisation des heures supp', ce n'est pas évident.

    Essaie par contre de répondre sur tous les autres points avancés. Moi je te réponds sur tout ce que tu me dis.

    Et garde tes "gugusses" pour toi.

    RépondreSupprimer
  36. Non, Ruskoff, ça ne m'intéresse pas. Ca n'intéresse personne. Le sujet qui m'intéresse, qui est l'objet du billet du taulier, n'est pas ce que tu avances en essayant tant bien que mal de changer l'objet des débats.

    Tu veux savoir ce que je pense ? Lis mon blog politique. J'en fais plusieurs billets par jour depuis cinq ans, je ne vais pas perdre du temps à discuter avec un type inconnu.

    Je te parle bien du PCF : la base militante du Front de Gauche est bien le PCF... Mais les blogueurs FdG s'imaginent les maitres du monde alors qu'ils ne représentent rien.

    Le fond du dossier n'est pas d'imaginer une nouvelle société mais de la mettre en oeuvre. Continue à rêver.

    RépondreSupprimer
  37. Depuis quand je suis un bloggueur? Si tu veux me qualifier, à la rigueur, tu peux le faire avec "mec de gauche qui donne son avis" ou même "bagarreur issu des méchantes cités". Mais je ne suis pas un bloggueur front de gauche.

    Mes premiers messages répondaient au sujet. Tu le sais très bien. Ou alors, il n'était pas clair.

    RépondreSupprimer
  38. Mouarf !

    Le premier m'a bien amusé. Tu nous expliques qu'un parti qui n'existait pas n'est pas responsable des défaites.

    Parti qui existe maintenant grace aux militants d'un autre parti qui existait à l'époque et à un chef issu du parti qui a perdu les élections mais dont il est parti parce qu'il critiquait des machins démocratiques internes.

    RépondreSupprimer
  39. je comprend babelouest (même si moi je choisi Eva Joly)

    N'en déplaise à Nicolas, Mélenchon est le candidat de 3 partis de Gauche. Et Marine Le Pen grimpe souvent qu'avec des postures (tout le monde censé dénonce le vide de son argumentaire/programme)

    Je suis pour la posture, Mélenchon est intransigeant, très bien. on voit où le compromis a amené le PS (au bord du centre) au point que ces voteurs de Lisbonne appellent (pour certains) à rassembler jusqu'au Gaullistes (sic!).

    y'a quand même un probleme, si le ps lance un appel au centre et gaulisme plutot qu'a eelv et reste de la gauche.

    moi je pense que le PS a un probleme car il ne représente plus le socialisme, c'est pour ça que tout est flou autours de lui.

    Le socialisme est plus représentatif pour moi dans EELV (éventuellement Montebourg mais tout juste)

    cordialement.

    F2V

    RépondreSupprimer
  40. Le Mélenchoniste représente le peuple dans sa tête et oublie qu'il ne vote pas pour lui.

    RépondreSupprimer
  41. fred2vienne : tu ne parles que postuer (plus au centre moins au centre etc...).

    C'est pas la posture qui compte mais ce qu'on fait, les mesures. Le reste c'est du chat-perché.

    RépondreSupprimer
  42. romain b:
    qu'on soit pour les postures ou pas.
    pour les actes ou pas.
    Dans une élection présidentielle ça change rien puisque personne n'y est avant d’être élu donc on fait comment pour juger?

    je préfère la posture tranché d'un Méluche ou Joly à l'énonciation de mesures apparemment "dans le consensus", "en douceur", "réfléchi" de Hollande.

    Je veux une personne qui en veut, de gauche.

    Pour moi Joly était une plaie pour tous les Banksters, qu'elle prenne la tête de l'état, on va rigoler!!

    RépondreSupprimer
  43. Dans Le Monde du 27 août 2009 (!), Rémi Lefebvre, professeur à l’Université de Reims, décrivait avec justesse le PS d’aujourd’hui. Il reprenait un peu de ce que j'avais écrit écrivait dans mon blog sur la composition sociologique du Parti (élément nécessaire à connaître mais non déterminant pour expliquer ses difficultés).(voir article : 2012 : les cris de victoire de Little Nikos.)

    Même si la dernière enquête interne remonte à 1998, voilà ce que Rémi Lefebvre en retirait :

    «Ce qui ressort toutefois, c’est qu’il s’agit d’un parti vieillissant qui compte un grand nombre de retraités et beaucoup de fonctionnaires des collectivités locales ». (Je rajouterais là une possible caractéristique - à étudier - : une frange des adhérents socialistes est encore relativement bien protégée de la Crise et de ses effets dévastateurs).

    On sait aussi que «la moitié de ses membres sont des élus absorbés principalement par la gestion locale (et par leur réélection, rajoute BiBi). C’est ce lien essentiel et professionnel qui les retient à l’organisation».

    Autre précision avancée :

    «La professionnalisation des militants du PS est un phénomène plus récent. La filière de recrutement n’est plus le syndicalisme ou les réseaux associatifs. Un nombre de plus en plus important de ses adhérents vivent de et pour la politique (…). Ce système fonctionne en vase clos, dans un milieu social fermé, entre personnes liées par des intérêts professionnels et politiques qui se confondent. Loin en tout cas des groupes sociaux que le Parti est censé représenter ou défendre ».

    A propos des enseignants, Rémi Lefebvre – preuves à l’appui – disait que le PS avait lâché ses supporters numéro Un, ex-courroie de transmission, ex-relais d’opinion et ex-composante stratégique au cœur du Parti jusqu’à récemment (disons : 2007). Toute cette «désidéologisation» a entraîné «les luttes de position actuelles», ces luttes qui «n’ont de sens que pour les dirigeants»

    L’intervention de Rémi Lefebvre ne visait pas qu’à rappeler quelques vérités tues et dérangeantes du haut d’une chaire.

    Elle distillait des conseils plutôt bienvenus et salutaires (Mais cela intéresse t-il les Socialistes ?) :

    «Le PS doit réfléchir à la reconstruction d’une alliance de classes entre les catégories populaires et les classes moyennes» car «on ne sait plus qui le PS représente, qui il défend, quel est son adversaire. Il y a un déficit de conflictualisation, or la Gauche ne peut faire l’économie du conflit dans une société profondément inégalitaire ».

    Pour le billet complet : http://www.pensezbibi.com/pensees-politiques/le-parti-socialiste-enfin-a-gauche-1258

    Sur ce, je salue les Camarades : ils se reconnaitront.

    RépondreSupprimer
  44. FRed2vienne,

    Romain a raison, c'est le concret des propositions, des politiques qui compte, pas les postures.

    Camarade Bibi,

    Oui, mais l'évolution est certainement à l'image de ce qui se fait dans tous les partis. Le militant PCF n'est plus celui d'il y a trente ans, pareil au sein de l'ump.

    Et puis, leurs nombres aussi est au moins quatre fois moins important. Moins nombreux, parce que l'électeur est de plus en plus apolitique, et change son vote. Du coup plus difficile à lier les classes entre elles, effectivement...

    RépondreSupprimer
  45. "Assumera t-il d'être une cause de l'échec de la gauche en 2012 ?"

    L'échec de la gauche (2002 & 2007) est toujours du aux programme ou à la campagne du PS, certainement pas au nombre de candidats de gauche (qui est à chaque fois stable).

    Pour ma part le vote utile c'est non, du moins pas au premier tour. Si ça fait perdre le PS alors ainsi soit-il. Autrement supprimons carrément les partis gênants et laissons les 3 principaux se partager le gâteau.

    Sinon oui, le PS peut écrire ce qu'il veut dans son programme, les actes et les discours démontrent qu'ils sont du niveau d'un Papadreou ou un Obama : des capitulards qui cherchent à satisfaire à tout prix les marchés internationaux. Le PS sauce Terra Nova, non merci.

    RépondreSupprimer
  46. Je viens de lire la réponse de despasperdus son blog. Rien à dire, mon cher Stef, tu avais raison.

    RépondreSupprimer
  47. Ce n'est pas parce qu'on est minoritaire qu'on a nécessairement tort. Et le machiavélisme est-il de gauche ?

    RépondreSupprimer
  48. Machiavel est de gauche:"Les villes où les peuples gouvernent font d'étonnant progrés en peu de temps, et bien plus grand que celles qui vivent sous les princes"
    Robert Spire

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…