Missions (voulues) impossibles par le couple franco-allemand

A droite, on pourra toujours clamer haut et fort que ce sommet fût historique, que les propositions sont courageuses, tant que rien de concret n'est mis en œuvre, les mesures annoncées ne sont que de vagues propositions.
L'échec est surtout du coté Français, Nicolas Sarkozy n'a pas su obtenir ce qu'il voulait d'Angela Merkel. Du coup, ce qu'il n'obtient pas aujourd'hui, il laisse à penser que nous l'obtiendrons demain avec l'aval des 17 pays de la zone Euro. Nous sommes dans la pure posture, dans la communication de bas étage.

La situation Allemande favorisait le statu-quo de ce pseudo sommet franco-allemand. Quand l'économie en France est paralysée, avec une croissance nulle et une balance commerciale négative, croissance et exportation sont au vert en Allemagne. 10% de chômage en France contre 6% en Allemagne : les situations et les intérêts à défendre ne sont pas les mêmes.

Le couple Franco-Allemand ne s'engage sur rien. Il ne pouvait en être autrement pour Angela Merkel, et on se demande d'ailleurs ce que cherchait réellement Nicolas Sarkozy. A peine arrivera t-il à faire croire que la règle d'or, qu'il réussirait (hypothétiquement) à imposer au reste des pays de la zone Euro, puisse être une résultante positif de ce sommet.
Mais soyons sérieux, comment croire que l'on puisse imposer à tous les parlements des 17 pays de la zone Euro une règle d'or, à inscrire dans chacune des constitutions de ces différents pays, alors qu'en France, elle ne sera pas votée !

Rappelons qu'en France, nos parlementaires ont voté, pour 2011, un budget en déficit de plus de 91 milliards d'euros, et qu'il faut pour entériner la règle d'or les 3/5ème du vote de nos parlementaires. A gauche, rien ne se fera avant la campagne présidentielle de 2012, pas de nouvelle règle constitutionnelle sans leur consentement ; ce sont des mesures concrètes de réduction des déficits qui sont attendues de Sarkozy, par une remise en cause de sa politique déficitaire.

Plus qu'une nouvelle règle d'équilibre budgétaire, c'est le pacte de stabilité qui prévaut. 3% de dette d'un PIB, c'est la bonne règle budgétaire qui permet à un pays proche de l'équilibre d'avoir des marges de manœuvre par l'emprunt pour investir.
Si la volonté politique du couple Franco-Allemand ne s’arrêtait pas aux postures de communication, ils réclameraient l'obligation de faire respecter le pacte de stabilité, par de nouvelles mesures de financements des politiques publiques. Une taxe sur les transactions financières aurait pu être instituée par le couple Franco-allemand, les principales places fortes en bourse d'Europe, mais il n'en est rien. L’Allemagne ne voulait pas s'engager sur un taux de taxe des transactions financières : cette mesure ne fera l'objet que d'une simple proposition à soumettre en Septembre à Bruxelles, déjà proposée, mais jamais adoptée.

Angela Merkel ne voulait surtout pas entendre parler des Eurobons, même si l'Italie et l'Espagne y sont favorables. Pourquoi emprunter à des taux plus élevés quand l'Allemagne est le pays qui emprunte avec les taux les plus avantageux en Europe ? De la règle d'or et d'une réduction des déficits dans la zone Euro il a surtout été question.

Que dire de plus, une gouvernance économique ? Voilà encore un projet qu'aucun des 27 ne voulait jusque là, alors il faudra bien d'autres sommets pour l'instituer.

Non rien, aucune initiatives réelle, aucune mesure prise, rien ne sera mis en œuvre dans l'immédiat. Non, vraiment rien.

Commentaires

  1. Rien de rien ... On ne regrette rien !
    :)

    RépondreSupprimer
  2. C'était prévisible! A part ça tuas tout dit!

    RépondreSupprimer
  3. Clairement, les deux pays ne jouent pas dans la même cour d'école. Y a qu'à voir les chiffres : excédents commerciaux, croissance, chômage, industrie.

    Quand on a une rame plus forte que l'autre, la barque tourne en rond.

    RépondreSupprimer
  4. @ Didier,

    Oui, prévisible...

    @Captain,

    J'aime bien l'image du bateau qui tourne en rond ^^ c'est exactement ça !

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord avec toi.
    Le Président instrumente l'Europe pour sa campagne présidentielle.

    RépondreSupprimer
  6. Et en plus il n'y arrive pas ^^

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !