Monsieur 400 milliards* la constitution ne garantit rien !

Ah la règle d'or, voilà une manœuvre du président Sarkozy qui va se retourner contre lui. Si son annonce fût accompagnée d'une vraie réforme fiscale qui eut une incidence sur les déficits, nous n'aurions eu rien à redire. L'équilibre budgétaire ne se décrète pas, il se met en oeuvre.

Sur la forme tout le monde est d'accord, il faut équilibrer les comptes publics. Mais depuis quatre ans, Nicolas Sarkozy n'a eu de cesse de réduire la protection sociale, l'intervention de l'état, le nombre de fonctionnaires, sous couvert d'économies, en continuant les baisses d'impôts, la déréglementation fiscale, à coups de cadeaux fiscaux aux plus nantis.
Résultats, il n'y pas eu d'économies qui Ont réglé le problème de la dette, mais plutôt des marges de manœuvre destinées aux politiques clientélistes sans lendemain.

Monsieur 400 milliards*

Nous l'avons écrit à plusieurs reprises, Nicolas Sarkozy est responsable des quelques 400 milliards de déficits cumulés, de quatre budgets votés depuis 2007 consécutivement en déséquilibre, par une majorité absolue à droite à l'assemblée .
Dès lors, vouloir apparaître comme le garant de l'équilibre des comptes de l'état, par la seule mise en place d'une nouvelle règle inscrite dans la constitution, est très insuffisant, puisqu'on le devine par avance, complètement inefficace si elle n'est pas accompagnée de vraies mesures de redressement.

La constitution ne garantit rien.

Savez vous que la constitution garantit un emploi à chacun ? "Chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi" Et pour autant nous avons quelques 8 millions de Français inscrits en tant que "demandeurs d'emploi" travaillant partiellement pour certains, et qui pour près de 3 millions des inscrits, l'état ne respecte pas le droit au retour au travail.

Voilà un exemple de ce qui est inscrit dans la constitution, mais qui n'est pourtant pas respecté. Comme quoi la constitution ne garantit rien.

Autre exemple de loi mise en place pour se dédouaner de ses responsabilités, le droit opposable au logement a bien vu le jour sans grand résultat. Le droit opposable pour obtenir un emploi a été évoqué, mais n'a pas été mis en oeuvre puisqu'on se doute bien qu'il ne suffit pas de graver dans le marbre de bonnes intentions pour qu'elles se réalisent.

Mais vous l'aviez déjà compris avant même de lire ce billet, pour la règle d'or budgétaire il en sera de même. Reste que d'autre solutions sont possibles, on en parle ici, , ici, ou même .

Commentaires

  1. La règle d'or n'aura aucune efficacité.C'est certain tu l'a bien démontré.C'est plus un message destiné aux agences de notation comme quoi on est de bons élèves,bien sages,respectueux des usages libérales et qu'on doit nous donner une bonne note!C'est de l'infantilisation à l'échelle de la planète!

    RépondreSupprimer
  2. Reste que l'équilibre budgétaire est un objectif a atteindre. Mais là on est effectivement dans de la spéculation destinée à rassurer les spéculateurs. C'est un peu ça il est vrai...

    RépondreSupprimer
  3. Depuis 1981, 30% de l’alourdissement de la dette de l'Etat français est imputable à la gauche. Gauche et droite ont gouverné, chacune, 15 années pendant cette période.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !