Accéder au contenu principal

Syrie : Cachez cette guerre que je ne saurais voir

Il ne pourrait y avoir deux poids deux mesures dans nos réactions quant aux situations de répression de dirigeants sur leurs peuples. Moubarak, Kadhafi et Bachar el-Assad ont ce point en commun de réprimer violemment les contestations populaires. Ils bombardent, tirent, tuent leurs peuples.
Alors que la tuerie en Norvège a fait 76 morts et qu'on s'interroge sur un possible crime contre l'humanité, la répression en Syrie qui a déjà fait près de 140 morts ces derniers jours, elle, se fait à couvert face une communauté internationale sans voix.

Depuis Mars, le peuple Syrien réclame des réformes, manifeste son mécontentement face à un président sourd, qui attribue ces manifestations à "des groupes armés soutenus par des puissances étrangères"
Certes c'est le pays des frères musulmans, des alaouites, des sunnites dirigeant le Comité sécuritaire au sein du gouvernement, la situation est compliquée. Mais quand le président Bachar el-Assad félicite ses troupes, faisant peu d'état des 140 victimes au sein des populations, il tourne le dos à la communauté internationale, qui tarde à réagir.


Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, rappelle que le régime de Damas est responsable de tous les actes de violence commis sur la population. Mais à l'inverse de la Libye, le conseil de sécurité ne votera pas de résolution de l'ONU, la Chine et la Russie menaçant d'opposer leur veto.

Si tout n'est pas comparable, la situation est la même qu'en Libye, nous avons à faire à un dictateur qui tue son peuple. Quels principes dictent nos conduites ? Est-ce les moyens de la Syrie quant à son rapport de force avec la communauté internationale qui fait une différence ? Détournerons nous encore longtemps le regard ?

Commentaires

  1. A l'heure de la mobilisation des amis de la Syrie, soutenons tous ce peuple en souffrance :
    http://www.stop-homs-violence.org

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…