Deux chaines pour le prix d'une pour me foutre en rogne !

Je vais répondre à deux chaines auxquelles on me demande de donner un avis, l'une est initiée par Nicolas, inspirée d'une idée d'Agnès, l'autre par Yann. Pour la première, il est question de décliner les 10 raisons qui me mettent habituellement en rogne ; pour la seconde, la question détonne, on me demande si je serais prêt à mourir pour mon pays.

Sont interrogés,  NicolasDagrouikMelclalexSeb Musset,Romain BlachierRomain Pigenel,  CyrilCorto74Juan, DisparitusStefHomerGauche de combat, La Rénovitude,  LoloboboLe GrumeauEl CaminoDavid Burlot,  FalconhillBembellySteph, P'tit Louis,

Je commence par la seconde, parce qu'elle soulève un thème porté par l'UMP, qui fait partie des 10 raisons qui me foutent en rogne.

Ce qui me dérange dans le questionnement de Yann, c'est qu'il rebondit sur un billet de Slovar, qui lui même s'étonne d'une des dispositions avancées lors d'une convention UMP. Vous le constaterez par vous même, le parti de la majorité présidentielle stigmatise une fois de plus l’étranger avec une proposition discriminante (une dérive qui devient une habitude, ce qui fait partie des raisons qui me foutent en rogne).
Il est question ici d'une proposition formulée lors de cette convention UMP, selon laquelle on exigerait de la personne souhaitant acquérir la nationalité Française, un engagement de se battre du coté de la France en cas de conflit armé.
Et là, on marche sur la tête, à quelle époque vivons nous pour laisser à penser que demain nous pourrions prendre les armes, que l'on soit Français nationalisé ou pas d'ailleurs ! Ces gens ont-ils perdu la tête ? N'avons nous pas une armée de métier ? Qui aujourd'hui sait encore utiliser une arme depuis que le service national militaire n'est plus une obligation ? Je le dis très tranquillement, jamais je ne prendrai les armes, jamais je ne l'exigerai d'autrui ! Voilà un bon exemple de proposition typiquement de droite que d'exiger, de contraindre à l’allégeance, à rappeler des devoirs, des sacrifices, des régressions. On croit rêver ! (sinon oui, pour répondre à la question de Yann, je serai prêt à jouer au héros, à "mourir pour mon pays" si la situation l'exigeait, attentat terroriste ou autre...)

Mais passons plutôt aux 10 raisons qui me foutent habituellement en rogne. Je dois dire que je me mets très vite "gentiment en colère" au quotidien, mon sens de l'indignation est plutôt aiguisé.

1-Ce qui me fait rager le plus ces derniers mois, c'est la résignation qui s'est généralisée chez les salariés. La volte face de N.Sarkozy sur les retraites sans aucune concession, sans négociation possible, a décrédibilisé l'action syndicale. Dès lors, remobiliser les troupes à l'avenir va être des plus difficile.

2-Le manque d'impartialité des journalistes, des observateurs, des sondeurs, de "l'intelligencia" en général, qui influence au quotidien l'opinion publique... un constat d'avant la crise.
Depuis les chantres du libéralisme, les défenseurs du libre échange ont moins d'écho dans les médias, on en viendrait presque à se dire que la crise a été une bonne chose de ce point de vue là, mais aucune leçon n'a été tirée.

3-La xénophobie, le racisme, les idées nauséabondes de l'UMP, le FN.

4-Le mode de scrutin de la présidentielle qui condamne la gauche à l'échec.

5-Le manque de courage politique face à la financiarisation de l'économie.

6-L'individualisme

7-l'incompréhension entre les générations face aux changements, les conflits générationnels.

8-Les conséquences "post-soixante-huitardes" de toute une génération qui éduque mal ses enfants

9-Les vieux cons

10-... et les autres raisons

C'est brut de décoffrage, c'est sorti d'un bloc à 4h00 du matin, à prendre ou à laisser.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !