Accéder au contenu principal

Bel gagne le prologue du tour 2012

Gérard Larcher s'était empressé de se déclarer candidat à sa propre succession, soutenu par les communicants à droite, on nous expliquait qu'il était encore possible, malgré une majorité nouvelle à gauche au Sénat, que la présidence reste à droite, mais il n'en fût rien. Jean Pierre Bel est confortablement élu dès le premier tour. Un résultat électoral qui laisse à penser que l'état des forces politiques est largement favorable à la gauche, avec une droite très divisée.

Du coup, c'est à se demander pourquoi les leaders à droite s'imaginaient encore pouvoir gagner dans ce pseudo troisième tour de la sénatoriale, est-ce à dire qu'ils sont tellement habitués aux petits arrangements qu'ils crurent possible que des sénateurs nouvellement élus ne votent pas pour leur famille politique ?

L'UMP doit sérieusement repenser sa stratégie électorale, la majorité de 2007 a volé en éclat. Sur 348 votes possibles, 342 suffrages ont été exprimés, Jean Pierre Bel l'a emporté avec 179 voix contre 134 pour Larcher, 29 voix sont attribuées à la centriste, Valérie Létard, proche de Jean -Louis Borloo.

Il fallait 172 voix pour avoir la majorité absolue, Même avec les 29 voix pour la centriste, la droite Ump de Larcher aurait été largement battue.

La majorité présidentielle est affaiblie. Les centristes ont un groupe à l'assemblée nationale, ils en ont un au Sénat, ayant sagement participé à la majorité présidentielle avec des ministres au gouvernement, des candidats à la candidature de la présidentielle, il était alors légitime qu'ils présente un candidat pour la présidence du Sénat  Pour la Présidentielle les dégâts pourraient être plus lourds encore.

A l'inverse à gauche, si Mr Placé sénateur nouvellement élu pour EELV souhaitait poser candidature, il s'est désisté au profit du candidat socialiste. La dynamique est plutôt à la conquête du pouvoir par des rassemblements nécessaires pour les futurs législatives, véritable élection qui permet de former des groupes de députés à l'assemblée, des tremplins pour grossir les rangs des partis, une démarche de construction.

A droite, ils sont plutôt dans une démarche de dé-construction. Si Borloo poursuit dans cette stratégie, si Villepin se présente, avec un président Sarkozy très affaibli, les dissensions à droite avec de multiple candidatures du centre à l’extrême droite pourraient disqualifier le candidat Sarkozy dès le premier tour de la Présidentielle.

Je me demande si N.Sarkozy sent toujours aussi bien cette élection.

Commentaires

  1. Une candidature du centre à la présidentielle,Borloo ou Bayrou ou les deux, changerait la donne pour le PS s'il est représenté par Hollande(ce que je ne souhaite pas).Le centre lui pomperait des voix de ceux qui le soutiennent pour la primaire et qui le font caracoler dans les sondages!

    RépondreSupprimer
  2. Complètement d'accord avec ça Didier, Hollande n'est pas le meilleur candidat pour le premier tour...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…