Accéder au contenu principal

E.Joly-J-L.Mélenchon, la clef du scrutin présidentiel 2012

Je rebondis sur le billet de Juan (Nicolas aussi apparemment). Je résume, les écolos devraient s'allier à Hollande sans accord préalable sur le nucléaire. Parce qu'il vaut mieux participer à la victoire de la présidentielle, plutôt que de prendre le risque de ne plus peser du tout, que le candidat Hollande gagne ou pas. Une règle qui à mon sens devrait s'appliquer à tous les partenaires de gauche.

Il a raison le taulier de Sarkofrance : "Si EELV met comme préalable à tout accord un engagement de Hollande à la sortie (nécessaire) du nucléaire, nous risquons deux situations: soit on perd contre Sarko, soit Hollande gagne quand même et les écolos sont décrédibilisés."

Je vous livre mon sentiment personnel, voilà les vieilles pratiques qui sont la cause de l'échec à gauche dans ce scrutin présidentiel. Débattre en marquant ses différences entre différentes forces politiques, jusqu'au moment de l'entre deux tours de la présidentielle, empêche de dégager des positions claires et de convaincre ainsi l'électorat.

Ce n'est pas en campant chacun sur ses positions, que nous y arriverons. En agissant ainsi, nous sommes très mal barrés pour que la gauche l'emporte en 2012.
Peut être pourrons nous, au mieux, envisager de remporter les législatives, mais en aucun cas remporter la présidentielle. Je crois que N.Sarkozy sera très mal réélu, d'où la conquête du parlement par la gauche.

Moi qui ai voté Montebourg et Aubry à la primaire citoyenne, j’espère néanmoins que Hollande l'emportera en Mai prochain, mais je suis très pessimiste.

L'enjeu de ces primaires était aussi de désigner un candidat qui puisse rassembler au maximum les différents courants de gauche pour éviter l'éparpillement des voix, et éviter le scénario de 2002.
Aujourd'hui Hollande est le candidat le plus éloigné des positions, des préalables d'Eva Joly, de Mélenchon.

Le bon score de Montebourg laisse à penser que le Front de gauche fera un très bon score au premier tour. Le discours anti-nucléaire séduira également un électorat qui s'est prononcé très majoritairement pour la sortie du nucléaire depuis Fukushima,  à cela s'ajoute le discours nationaliste qui a déjà conquis une bonne partie de l'électorat.

Pour éviter le scénario du pire, il faut, et c'est de la responsabilité de Hollande, que les points de convergences soient clarifiés le plus tôt possible, comme le réclame J-L.Mélenchon et E.Joly. Ainsi nous pourrons aller au combat.

Commentaires

  1. Peut-être le parti EELV aurait-il intérêt à s'allier avec le Front de Gauche qui est pour la sortie du nucléaire, la retraite à 60 ans, la 6è République etc, au contraire du P.S.

    RépondreSupprimer
  2. Cécile Duflot a "admis" la position de FH.

    On ne peut pas dire que la clé du succès repose sur deux personnes, il y a aussi un second tour !

    Si la moitié des électeurs de Montebourg (17% à la primaire qui concerne en gros un socle de 40% des électeurs, au mieux) se reporte sur Méluche, ça fait 3,4% ! Disons 5 pour te faire plaisir... Ca ne fait pas une clé pour un scrutin.

    Dans ces négociations, il faut arrêter de subir les ultimatums, il faut aussi que les autres acceptent des propositions.

    RépondreSupprimer
  3. Nicolas,

    ça n'est pas fait pour me faire plaisir, mais dans ces élections il y a parfois des surprises, et d'autres choses qu'on voit venir à grand pas...
    Je n'ai pas de certitude, qui peut en avoir ? mais je crois que Hollande a du pain sur la planche pour convaincre encore, et cette fois tout l'electorat...

    RépondreSupprimer
  4. Stef,

    Il ne convaincra aucun écolo ni aucun FDGiste pour le premier tour avec cette mesure. Par contre il risque de faire fuir du monde au centre.

    RépondreSupprimer
  5. Donc la question du positionnement "idéologique" du candidat ressurgit, doit-on privilégier une position plus à gauche ou de centre gauche...

    Il ne me semble pas que gagner la primaire citoyenne permette à Hollande de faire ce qu'il veut de ce point de vue là. Il est de sa responsabilité aussi de s'entendre avec tous les partenaires de gauche, sinon la campagne fera des dégâts.

    RépondreSupprimer
  6. Il a été élu avec un positionnement et il devrait en changer pour enculer ceux qui lui ont fait confiance ?

    RépondreSupprimer
  7. Nicolas,

    Va falloir passer de 2 à 20 millions de votants, c'est toute la difficulté de la présidentielle...

    RépondreSupprimer
  8. je reviens sur le commentaire d'anonyme:

    Comment rassembler la Gauche à soit quand on est si flou sur ses engagements et quand les 2 autres partis de gauche sont si sûrs de ce qu'ils veulent (6e république, constituante, sortie du nucléaire, relance industrielle écologique)??

    Pourquoi brailler à tout va que l'on souhaite rassembler la gauche, quand on fait plus de pas vers le centre que vers la gauche?

    Hollande devrait la mettre en sourdine sur le rassemblement de la gauche, et continuer à réfléchir.

    Les moutons vont devoir affirmer leur positions.
    Vous penchez pour EELV? ? votez pour eux,
    Vous penchez pour Méluche? votez pour lui,

    et accrochez vous à vos espoir plutôt que de vous laisser embobiner par le soi disant vote utile anti-FN du PS.

    Montrez leur que leurs phrases vagues sont n'ont pas d'effets sur vous!!

    Boudiou, ça me met la rogne ce sujet, à moins que ce soit Hollande? ou le PS en général?...


    enfin bref, choisissez le camp de vos espérances!!!

    RépondreSupprimer
  9. Je suis d'accord avec Fred, contrairement à ce qu'on pourrait penser. Le rassemblement de la gauche se fait après le premier tour, que chacun fasse ce qu'il veut, avant... L'appel au vote utile, que je ferais peut-être, est juste une position politique comme une autre.

    RépondreSupprimer
  10. C'est moi ou Nicolas n'est pas très très bon en calcul mental ? 40% de 17%, ça fait 6.8% pas 3.4%.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai dit : la moitié des électeurs.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…