Accéder au contenu principal

Les idées de Montebourg sont plus difficiles à reprendre pour Hollande, que pour Aubry.

Les supporters du candidat F.Hollande doivent s'en réjouir : en signifiant hier que les deux candidats impétrants (qualifiés) ne présentaient pas de différences, Arnaud Montebourg souhaite faire monter les enchères de son soutien. Il a raison, le troisième homme du premier tour, en mettant dos à dos les deux candidats restants, les obligeants à se prononcer sur des points précis de son programme, il s'assure que ses idées seront portées au-delà de cette simple primaire. Il garantit que le projet présidentiel aura des accents très prononcés à gauche, il pose ses conditions.

Mais le répis est de courte durée pour les soutiens de F.Hollande, les idées de Montebourg sont plus difficiles à reprendre pour Hollande, que pour Aubry.
Si la stratégie de Montebourg oblige à mettre sur un plan d'égalité les deux candidats qualifiés, c'est pour mieux mettre en évidence les écarts et rapprochements qui justifieront l'appel à soutien.

Quelques exemples, F.Hollande a déclaré hier soir sur France3, qu'il fallait "rentrer au capital de certaines banques", ce qui fait furieusement penser au projet obscur de Merkel et Sarkozy, que de recapitaliser les banques en difficulté. Sur ce sujet, A.Montebourg est clair, pas un euros de plus du contribuable ne servira à renflouer les banques, il faut rentrer au conseil d'administration des banques par simple autorité, la fameuse "mise sous tutelle", mais certainement pas rentrer au capital comme l'explique F.Hollande.

Le député de Corrèze n'a pas pris l'engagement, comme ces trois autres camarades que sont Aubry, Montebourg et Royal, de séparer les activités des banques de dépôt et banques d'affaires, un autre point de convergence.

Quand Martine Aubry rappelle hier soir qu'il faut "une gauche forte, une gauche qui ait véritablement des lignes" elle signifie en taxant son concurrent de versatilité "il a changé d'avis sur l’éducation... sur Hadopi... sur la règle d'or... qu'elle n'a pas attendu le jeu des rapprochements d'entre deux tour pour être déjà proche des positions défendues par Arnaud Montebourg.

Commentaires

  1. je te rejoins sur la nécessité de ce rapprochement .Hommande s'en trouve à des années lumières!

    RépondreSupprimer
  2. Hollande tu voulais surement dire ^^

    RépondreSupprimer
  3. Lu ton billet avec attention mais je ne suis pas d'accord ton titre. Elle veut reprendre à son compte les idées des autres tout en continuant à traiter "Hommande" de versatile...

    Si elle bouge, elle perd sa crédibilité... Toute la difficulté est là et Montebourg le sait...

    RépondreSupprimer
  4. C'est difficile mais c'est faisable, la politique n'est qu'une histoire de compromis, nous y sommes en plein dedans...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…