Mayotte, loin des yeux loin des coeurs ? Attendrons nous qu'il y ait des morts ?

Au moment où l'on envisage d'augmenter la TVA, le 101e département français manifeste depuis plus d'un mois contre la vie chère. Le peu de relais au sein des médias de l’hexagone ne permet pas un rapport de force suffisant pour que les négociations avec le gouvernement aboutissent sur une baisse des prix concernant les produits de première nécessité.

Une revendication légitime : Sur une île où l'économie est fragile, où le chômage est important, 18%, 30% chez les jeunes de moins de 25 ans, les négociations pourraient très vite aboutir si il y avait une réelle volonté politique.
La principale revendication des "bouénis", ces mères de familles, piliers de la société mahoraise, est d'obtenir une baisse des prix sur quelques produits "seulement" de première nécessité tel que le riz, ou les bouteilles de gaz qui permettent de cuisiner au quotidien.

De fortes tensions sociales s'accroissent depuis plus d'un mois, aboutissent à des violences, des dégradations à coups de barres de fer et de cocktails Molotov, attendrons nous qu'il y ait des morts pour agir comme ce fût le cas en Guadeloupe en 2009 ?

Nicolas Sarkozy a souhaité lors d'un conseil des ministres sur la thématique de l'outre mer, qu'il y ait une "issue dans le dialogue", c'est bien le moins qu'on puisse dire ! Ils ont donc décidé, une mission diligentée par F.Fillon, d'envoyer l'ancien préfet de Mayotte pour faire des "consultations" ce 2 Novembre.

Alors que le mouvement social se radicalise, il est grand temps que le gouvernement assume ses responsabilités.

Commentaires

  1. Exact: la vie dans les DOM TOM est bien plus chère qu'en métropole, c'est inadmissible.
    Quant à cette augmentation de TVA, l'impôt déguisé le plus injuste, on n'en veux pas !

    RépondreSupprimer
  2. On n'en veut pas, oui, mais il a l'air de s'en foutre le locataire de l’Élysée...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !