Une contre offensive qui fait 38%. Une propagande à deux balles.

La primaire citoyenne étant terminée, le candidat Hollande désigné, la contre offensive médiatique annoncée par l'UMP, qui a dans les faits débuté depuis déjà plusieurs semaines, ne convainc pas.

Malgré ce qu'en disait J-f.Copé, les tenants de la propagande à droite ont toujours eu des possibilités de s'exprimer durant la primaire socialiste. Certains ne sachant cacher que ce procédé de désignation est "moderne", quand d'autres critiquant encore la méthode, s'opposaient entre eux. En fait, les anciennes postures ne fonctionnaient plus parce que les primaires étaient un succès, et qu'une certaine cacophonie à droite empêchait de reprendre la main médiatiquement.

Quand la "comm" ne suffit plus, les offensives, qui consistent à émettre des critiques sans opposer de programme alternatif que celui qu'on défend depuis cinq ans, tournent à l'erreur politique.
La convention UMP annoncée par le chef de file du parti présidentiel a donc bien eu lieu hier, organisée dans le seul but de commenter et critiquer le projet socialiste.
Alors que nous ne sommes qu'à six mois de la présidentielle, alors que l'examen du budget 2012 est en cours avec des perspectives négatives dû à l'optimisme préélectoral forcé, l'UMP ferait mieux de se mettre au travail.
Rappelons qu'après l'Espagne, la France est mise sous surveillance par l'agence de notation Moody's, qu'au nom de cette mascarade, la droite se prépare en cas de victoire en 2012, au pire projet de régression sociale. Rappelons que la note AAA n'a que très peu d'importance, le problème n'a jamais été le taux d'emprunt d'un crédit mais plutôt la capacité à le rembourser. La droite assumera t-elle enfin qu'il faut augmenter les impôts ?

Parce qu'une fois passées les contre offensives médiatiques qui font pshit, la droite n'échappera pas à la confrontation de son bilan ; la vraie offensive vient de la gauche, elle est légitime, c'est à la droite de fournir des explications, à convaincre l’électorat de continuer de lui faire confiance.

Et il y a du boulot de ce point de vue là, un sondage donne gagnant F.Hollande de 10 points d'avance au premier tour de la présidentielle, gagnant du second avec un score qui serait historique si on ne prend pas en compte 2002, un score historique du candidat de gauche gagnant la présidence de la république avec 62% des votes exprimés. Un cataclysme électoral pour la droite.

Les sondages ne font pas les élections, quand la campagne sera réellement lancée, l'éparpillement des voix se refera au profit des différents candidats des différentes formations politiques, tassant de nouveau les intentions de votes des candidats dominants.
Reste qu'aujourd'hui, la droite est en porte à faux avec l'opinion publique. Si ça pouvait faire raisonner certains (MOrano, Copé..) et de nous éviter leurs aboiements médiatiques qui ne convainquent pas... Maintenant, si ils continuent, ça peut nous arranger aussi.

Commentaires

  1. Pourquoi ne pas prendre en compte 2002 avec NS dans le rôle de JMLP ?

    RépondreSupprimer
  2. Oui Nicolas, dans ce cas, la défaite serait encore plus cinglante pour la droite...

    RépondreSupprimer
  3. "Quand la "comm" ne suffit plus, les offensives, qui consistent à émettre des critiques sans opposer de programme alternatif que celui qu'on défend depuis cinq ans, tournent à l'erreur politique."
    Tout est dit !

    RépondreSupprimer
  4. Ils sont ridicules, et ne se rendent pas compte qu'ils perdent en crédibilité....

    RépondreSupprimer
  5. Depuis un certain temps, l'ump fait tout pour aider Sarkozy à perdre les élections de 2012: MERCI monsieur Copé !

    RépondreSupprimer
  6. A force d'être continuellement dans les postures, ils se plantent de plan "comm", de stratégie...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !