Accéder au contenu principal

EPR : EELV ne veut plus négocier avec Hollande à juste raison

Si certains blogueurs ont été déçus de la prestation TV de François Hollande en réponse au plan de rigueur du gouvernement, la réaction d'EELV qui négocie en ce moment un accord électoral en vue de la présidentielle et des législatives de 2012 déclare "suspendre" les discussions, puisque le candidat socialise a pris l'engagement ce lundi soir de poursuivre la construction de l'EPR de Flamanville.

Il va falloir que François Hollande et les cadres dirigeants du parti socialiste soient un peu plus rigoureux dans le travail de rassemblement qu'il se doivent d'opérer avant le mois de Mai prochain.

Il ne suffit pas d'avoir attiré médiatiquement l'opinion publique grâce à la primaire citoyenne pour conquérir l'ensemble de l'électorat, le candidat François Hollande doit maintenant convaincre qu'il peut représenter une vraie alternative.

Comme le soulevait Yann dans son billet ce matin, sur le plan de rigueur, qui prévoit notamment une accélération de la mise en oeuvre de la réforme des retraites, F.Hollande doit clairement affirmer qu'il respectera l'engagement socialiste que de revenir à la possibilité de faire valoir ses droits dès 60 ans.

Sur l'EPR, qui est un point majeur d'un accord électoral avec EELV, le PS de F.Hollande doit céder à ce compromis politique. Les calculs face aux intentions de votes n'ont pas de place à cinq mois de l’élection, le boulot de Hollande est de convaincre tout l’électorat !

Le nucléaire sera un thème de campagne, d'autant plus si il n'y a pas d'accord avec EELV, et les français ont montré qu'il était très intéressés par la sortie progressive du nucléaire, suite à la catastrophe de Fukushima.

A très juste raison, l'EPR de Flamanville présente des dangers de conception. Passons sur les défauts de construction qui peuvent être sécurisés, Hollande y faisait référence, non le plus important est un rapport de cet été qui montre une mise en oeuvre qui ne prend pas en compte les problématiques soulevées par l'expérience de Fukushima. Une étude du professeur Hirsh mondialement renommé, commandée par Greenpeace, livre des conclusions sévères  résumées dans la vidéo qui suit :


Non, ça commence à bien faire, si Hollande ne veut pas représenter une certaine gauche molle, comme ça a été le cas durant la primaire, il lui faudra être plus offensif sur bien des sujets.

Commentaires

  1. mon comm ne passera pas comme les autres alors autant que je me fasse plaisir:

    Hollande vise au centre, faut vous le dire comment.
    Du PS il ne reste que le nom et l’emblème.
    mais c'est encore un espoir pour trop de gens, pour qu'il continue à se comporter comme ça.

    le seul truc valable que j'attend de lui c'est la réforme fiscale, et encore je voulais celle de Piketty, il l'a adoucie, on se demande c'est qui l'économiste ici.
    Il est trop tendre, on va se faire bouffer avec lui à la tête du pays.

    RépondreSupprimer
  2. finalement j'ai bien fait de me faire plaisir!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…