Accéder au contenu principal

Hollande, capitaine d'un pédalo, prêt à brader ses idées pour quelques circonscriptions ?

Une confrontation est naissante à gauche, et pourrait s'aggraver dans les prochaines semaines, si Hollande n'y prend pas garde.

C'est toute la problématique à gauche du scrutin uninominal à deux tours qu'est la Présidentielle, le premier tour sert de primaire à gauche pour départager la myriade de candidatures. Le second est l'objet d'âpres négociations avec les partenaires de gauche, surtout depuis que les législatives ont lieu quelques semaines après la Présidentielle.
 Si le parti socialiste avait imaginé avec les primaires ouvertes résorber la classique crise de leadership, il n'en est rien en réalité. Mis à part Mr Bailey du parti radical de gauche, François Hollande a été désigné parmi des socialistes. Il reste donc les autres leaders de gauche, et pas des moindres.

A coté du candidat socialiste, demeurent au moins deux personnalités politiques à gauche de renom et de premier plan,qui ont un fort écho dans les médias. J-Luc.Mélenchon pour le Front de gauche, qui n'a pas hésité ce dimanche à comparer  Hollande au "capitaine d'un pédalo dans la tempête", et Eva Joly pour EELV qui reste ferme face au PS "Nous ne sommes pas prêts à brader nos idées pour quelques circonscriptions".

De quoi parlons nous ? S'agit-il de dégager des positions claires pour François Hollande, ou d'affirmer sa fermeté face à des partenaires qui n'hésitent plus à le chahuter ?

Nous sommes en plein calcul pré-électoral. Du coup il est à craindre que le projet d'un nouvel aéroport si cher au maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault et son abandon ,conditionne l'accord d'avec EELV, tout comme la volonté de poursuivre la construction du projet EPR de Flamenville, des points de fermeté du candidat socialiste.

 Le candidat de la "gauche molle", ainsi nommé dans son propre camp, n'est t-il pas en train de se forger une image de fermeté ? Si ces deux chantiers de construction sont des projets pharaoniques, avec des coûts et des enjeux sur l'emploi, le travail avec les partenaires verts pourrait aboutir sur une alternative, si François Hollande en affichait la volonté.

Mais sachant que l'entrée à l'assemblée nationale en 2012 pour EELV et le Front de gauche n'est pas favorable pour les petits partis, François Hollande semble miser sur un accord à minima avec eux.

Pour reprendre le titre de ce billet, François Hollande semble donc décidé à pédaler à son rythme, en affichant toute la fermeté nécessaire. Cela semble être que des bénéfices pour lui, en terme de circonscriptions, et de compromis politiques, mais la campagne électorale à venir n'en sera que plus difficile.

Nous sommes bien loin de Unité2012, espérons que cela ne soit pas Marine Le Pen qui en tire parti, au risque de tout perdre ?

Commentaires

  1. Fermeté ( médiatique ) contre la sortie du nucléaire mais pas contre la voracité des marchés.

    RépondreSupprimer
  2. En Grèce, les amis de la Marine travaillent avec les amis de Sarko et de Hollande...

    La rigueur à la Hollande ou à la Sarko c'est idem.

    Bientôt en France?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…