Accéder au contenu principal

Hollande sauveur de l'Europe ?

Le titre est osé n'est-il pas ? Après N.Sarkozy en mission de sauvetage pour la Zone euro, aurons nous droit à une alternative du sauvetage des dettes européennes autrement que par la rigueur, l’austérité ? Notre François Hollande national, proposera t-il à la droite Allemande un autre plan, arrivera t-il à imposer à cette Europe franchement de droite un plan mieux financé ?
 Lady Apolline s'interroge, et interpelle des blogueurs (Arnaud MouillardRomain BlachierDavid Burlot, Yann Savidan,  SarkoFranceFalconMonsieur Poireau Seb MussetEl CaminoFabien,Antonin Moulart,  GdC,    Vlad,  Ecume) sur l'accord européen du financement de la dette par la Chine, mettant en exergue, à juste raison, que nous ne pouvons accepter de renflouer nos caisses avec l'argent d'un pays qui produit en faisant travailler des enfants, dans un pays où les ouvriers n'ont aucun droit. La conclusion du billet amène l'auteur à s'interroger sur les chances de victoire du candidat socialiste et de toute la gauche, si nous étions incapables de proposer une solution "propre" à cette problématique brûlante.

Je suis assez embêté parce que je crois qu'il nous faut éviter de confronter les différents courants de gauche (parce que certains ont de vraies réponse, les autres...), et je ne suis pas certain que cela interesse tant les français. Deux raisons à cela :

1-Nous vivons une époque où le repli sur soi prévaut quand les difficultés se font plus grandes. Un exemple, les gens se foutent bien que des salariés travaillent le dimanche, que de plus en plus de salariés travaillent les jours fériés, le 1er Novembre, ainsi que le 11 Novembre qui arrive (et pas seulement dans les grandes surfaces). Le travail des enfants n'émeut plus autant qu'avant, même si c'est bien regrettable, on le constate aussi avec nos propres dirigeants d'entreprises et d'états, prêts à toutes les courbettes avec les politiques et investisseurs Chinois (Aéronautique, ferroviaire, textile..).

2-Nicolas Sarkozy embrayera sa campagne sur des thèmes populistes, tels que la sécurité ou l'assistanat, qui lui permettront d'être plus proche des français électeurs. On dit que les candidats à la présidentielle ne gagnent pas cette élection avec un projet à l'international. Je crois que c'est juste.

Mais, essayons quand même, le sujet reste effectivement brûlant, si on s'interroge à juste raison sur le financement du FESF (plan de soutien des dettes des pays européen) par la Chine, il est surtout question de notre propre endettement, qui pourrait encore s'aggraver si la récession pointait en 2012.
Déjà les dernières infos ne prévoient plus  1% contre les 1.75% d'estimation de croissance cet été, mais seulement 0.6%. 
 Voyez les indicateurs, avec une inflation de +2.1% glissée sur l'année (de novembre 2010 à novembre 2011) et une prévision de croissance qui se contracte (avec toutes les conséquences sur le chômage), le seul moteur de croissance reste la consommation, qui reste très faible. Les conséquences budgétaires sur les comptes de l'état sont largement prévisibles, la dette va continuer à exploser !

Si le taulier de PMA a raison de dire dans son billet, qu'il aurait pu titrer "Sortir de la dette et courber l'échine" que la réponse doit être européenne, il évoque aussi notre impuissance fasse aux règles qui nous empêchent de maîtriser notre monnaie (commune). Que depuis trente ans, des lois nous obligent à emprunter à des banques privées, que nous ne pouvons plus créer de monnaie, et qu'en gros nos 1700 milliards de dettes représentent à une ou deux centaines près, les milliards d’intérêts que nous leur payons depuis trente ans.

Très bien expliqué dans cette vidéo.

En 2012, il faudra donc maîtriser nos recettes, nos dépenses, nos emprunts avec comme corollaire la politique du donnant donnant d'avec les financiers, les banquiers. C'est ça qu'il faut casser !

En fait il faut surtout modifier les règles du jeu. Faire que les banques privées ne maîtrisent plus le financement de nos politiques. On a encore du boulot, rien n'est réglé.

Commentaires

  1. Eh oui. Le problème de ce que l'on appelle (parfois abusivement) "gauche" c'est qu'il y en a qui tirent au centre (à D?!) et d'autres, en toute cohérence, à gauche... Plus ça va, plus cela ressemble à un jeu de dupes depuis 1983... que des coups de bonneteau. Faudrait-il un dictateur à gauche pour faire ce qu'a fait SKZ? tous dans le même moule et doigt sur la couture de pantalon? Et toute cette gauche qui crève la dalle mais n'a pas compris que son arme, la vraie, c'est l'urne!!! (pas funéraire. Enfion... j'espère)

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…