Accéder au contenu principal

J'envoie ma lettre ouverte à M.Hollande, Mme Joly.

L'Ecologie politique pourrait faire fondre la popularité de M.Hollande comme neige au soleil.

L'accord entre le PS et EELV sera ou ne sera pas en ce début de semaine, à la date butoir du 19 Novembre, et dans tous les cas les verts auront su porter leurs exigences. Véritable troisième force politique dans les scrutins intermédiaires, l'enjeu pour cette organisation politique est de transformer dans les élections à venir, les attentes de l'opinion publique en la mise en oeuvre de véritables politiques. Les enjeux sont grands, des objectifs nobles qui redonnent des couleurs à la politique.

Les partis dominants devraient en prendre conscience, l’hégémonie politique peut peut-être encore suffire à convaincre les militants, mais pourrait ne plus permettre de gagner des élections. Il faut encore et toujours aux partis de gauche apprendre à partager le pouvoir.

Si Nicolas Sarkozy reprend huit points dans les sondages d'opinion, la droite montre encore qu'elle sait se plier au leadership de son candidat, par contre la suprématie de François Hollande pourrait fondre comme neige au soleil, si il n'arrivait pas à rassembler la gauche.

Le PS de Mr Hollande est prévenu, il n'est pas question de jauger, à cinq mois de l'élection présidentielle, le poids de ses partenaires politiques aux intentions de votes sans prendre en compte le poids de ceux-ci quand la campagne portera leurs idées, considérées déjà légitimes dans l'opinion.

La sortie du nucléaire est un axe majeur de la convergence politique à gauche, c'est maintenant que ça se décide !

(réseau sortir du nucléaire)

Lettre ouverte au Parti Socialiste et à Europe-Écologie Les Verts

La sortie du nucléaire, pour moi c'est clair !
M. Hollande, Mme Joly,
Europe-Écologie Les Verts et le Parti Socialiste se sont donnés jusqu'au 19 novembre pour parvenir à un éventuel accord électoral.
Plus de 70 % des Français sont favorables à la sortie du nucléaire *
Ce n'est pourtant pas la direction dans laquelle s'engage M. Hollande. Les éléphants du PS rateront-ils l’occasion historique de rompre avec leurs positions et leur image de dinosaures pro-nucléaires ?
La candidate d'EELV cédera-t-elle au diktat atomique du PS, piétinant ainsi cette « responsabilité historique » de sortie du nucléaire dont elle s'est déclarée porteuse ?
La sortie du nucléaire est un impératif éthique et écologique, mais également une orientation économique incontournable. Pareils enjeux ne doivent pas être sacrifiés à la « cuisine » électorale des partis et aux tractations en vue des législatives, ni aux pressions de l'industrie nucléaire.
M. Hollande, vous persistez à promettre une hypocrite « réduction de la part du nucléaire ». Mais les quelques centrales dont vous concèderiez la fermeture sont celles qu’il aurait déjà fallu fermer de toute urgence du fait de leur vétusté et de leur dangerosité. Les nombreux réacteurs restants continueront à faire peser sur nous le risque d’un accident majeur.
Votre récent engagement à poursuivre le chantier du réacteur EPR de Flamanville n'est pas acceptable, d'autant moins qu'il s'agit d'une « tête de série » dont la construction annonce le renouvellement de l'ensemble du parc nucléaire français. Acceptez-vous donc l'accumulation, au cours des prochaines décennies, de milliers de tonnes de déchets nucléaires supplémentaires, qui resteront dangereux pour une durée des millions de fois plus longue que votre carrière politique ?
Comptez-vous continuer à dilapider le budget de l'État par dizaines de milliards d'euros dans le fonctionnement et la réfection du parc nucléaire actuel, dans son renouvellement et dans la recherche sur des chimères technologiques (réacteur à fusion ITER, réacteurs dits « de 4ème génération ») ?
Ou bien préférez-vous créer des centaines de milliers d'emplois en ré-orientant enfin les investissements vers les économies d'énergie et les énergies renouvelables, qui contribuent fortement au dynamisme économique de l'Allemagne et à sa résistance à la crise financière mondiale ?
J'attends d'un candidat à la présidence de la République qu'il s'engage clairement :
  • Pour une sortie complète et définitive du nucléaire ;
  • Pour le refus de toute nouvelle construction de réacteur et l’abandon du réacteur EPR (Flamanville, Penly)
  • Pour l’arrêt des réacteurs nucléaires ayant dépassé la durée de 30 ans de fonctionnement pour laquelle ils ont été conçus ;
  • Pour l'arrêt du « retraitement » des combustibles usés à La Hague, et de l'utilisation du combustible MOX ;
  • Pour le gel de tous les projets d'installations d'enfouissement ou de stockage de déchets nucléaires ;
  • Pour une politique énergétique ambitieuse, fondée sur la maîtrise des consommations d'énergie et sur le développement des énergies renouvelables, qui créera des centaines de milliers d'emplois comme chez nos voisins allemands, et nous aidera à sortir de la crise économique.
Pour le citoyen et potentiel électeur que je suis, vous avez le devoir d’aller au-delà des enjeux électoralistes.
Prenez la bonne décision : la sortie du nucléaire, pour moi c'est clair !



Commentaires

  1. Absolument pas d'accord avec toi,
    le nucléaire est dangereux mais on ne peut pas s'en passer du jour au lendemain.
    C'est pourquoi je préfère le discours de vérité de François Hollande.

    RépondreSupprimer
  2. On a le droit de ne pas être d'accord, mais le boulot de Hollande c'est aussi de tomber d'accord avec ses partenaires...

    RépondreSupprimer
  3. "on ne peut pas s'en passer du jour au lendemain" en effet, il faut être réaliste, on ne peut pas sortir en 10 ans (http://www.terraeco.net/Nucleaire-pour-sortir-des-idees,16461.html#cat%C3%A9gorie5 ) mais cet article ne préconise pas de temps pour en sortir... je dirais même qu'il est aussi flou sur ce point que le projet du PS ;)

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec Stef : pour gagner Hollande devra mettre toute la gauche autour de la table et devra tenir compte des questions portées par les écologistes comme très bien détaillé dans cebillet. Et devra tout autant tenir compte des questions portées par le Front de gauche.

    Faute de quoi des gens resteront chez eux lors du deuxième tour... Pas une grande masse, c'est sûr, mais une marge suffisante pour ne pas être élu. Dans cette marge il y a des gens à fort engagement politique mais aussi beaucoup de gens qui jugent seulement que "gauche et droite c'est pareil" quand Hollande ne parle pas de l'augmentation des salaires, de la réduction notable du chômage et autres points bassement matériels qui les affectent.

    RépondreSupprimer
  5. Oui d'accord avec @Partageux, il ne faut pas laisser les électeurs sur "le bord du chemin de la campagne", car la participation qui était au rendez vous en 2007 pourrait faire défaut cette fois...

    RépondreSupprimer
  6. "L'Ecologie politique pourrait faire fondre la popularité de M.Hollande comme neige au soleil."

    Ouais : c'est pour ça que Hollande a été désigné par des millions de Français, et Joly par des milliers ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Question d'organisation même du processus des primaires, voyons Romain ^^

    Sinon oui, je crois que nous avons du soucis à nous faire en terme de leadership, si nous arrivons trop divisés sur des sujets aussi majeurs...

    Quand on constate le regain de popularité de Sarkozy (+8 points à 40% d'opinion favorable), la côte de popularité de F.Hollande pourrait effectivement fondre comme neige au soleil si le réchauffement non pas climatique mais politique ne se réalisait à gauche :)

    RépondreSupprimer
  8. Vous avez-raison, entièrement d'accord. Méfiez-vous des socialistes pro-nucléaires : machistes, ce sont, presque tous, les mêmes qui défendaient DSK à tout prix. L'establishment, les lobbies pro banques, armement et nucléaire sont avec eux, vous avez vu comme certains média ont soutenu Hollande et critiqué Royal et Aubry?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…