Accéder au contenu principal

Premier tour, la menace Marine le Pen

Alors que la campagne officielle n'est pas encore lancée, déjà les écarts se resserrent entre les candidats à la présidentielle, rendant toujours plus incertain le résultat de ce scrutin aux enjeux majeurs. Un seul candidat reste stable dans les intentions de votes, c'est Marine Le Pen.

Les électeurs FN sont plus nombreux à assumer leur vote. Deux choses sont à retenir concernant les soutiens à Marine Le Pen, elle atteint des niveaux jamais atteints par son père, les intentions de votes sont stables.

Ce qui me parait le plus inquiétant, c'est que le vote Le Pen n'est plus un vote sanction, mais un vote d'adhésion.
C'est ce que l'on constate chez Harris Interactive "Que de plus en plus d'électeurs disent qu'ils voteront pour Marine Le Pen est une chose. Mais il y a un phénomène qui est aujourd'hui encore plus frappant : quand on précise aux personnes interrogées qu'elles risquent, ce faisant, d'empêcher  François Hollande ou Nicolas Sarkozy de se qualifier  au second tour, moins d'une sur cinq se dit prête à reconsidérer  son choix."

La difficulté du premier tour

Si au second tour de la Présidentielle, les candidats PS-UMP sont qualifiés, l'écart semble assez net pour considérer que Nicolas Sarkozy aura bien du mal à être réélu. (58% contre 42% dans ce dernier sondage) Le scénario du vote sanction sur le pouvoir sortant se généralisant en Europe (Grèce, Italie, Espagne) Nicolas Sarkozy pourrait être lui aussi sanctionné par le bulletin de vote.
Mais la difficulté est de se qualifier au premier tour, si là aussi on constate en cette fin de mois de Novembre, à cinq mois du scrutin, que les candidats des partis dominants sont en tête, on constate aussi une baisse des intentions de votes au premier tour. C'est ainsi que F.Hollande perd sept points dans les sondages quand son concurrent rattrape son retard, fixant les deux candidats autour des 30%.

Un trente pour-cent bien éphémère si l'on considère que le tassement des intentions de votes va continuer au profit des autres candidats  qui auront plus largement l'occasion, à jeu égal, de s'exprimer dans le cadre de la campagne officielle.

Une campagne au centre ou/et des extrêmes ?

Si la réserve de voix est évidente à gauche, elle l'est moins à droite. Reste qu'avec la nouvelle candidature de F.Bayrou, nous avons avec Hervé Morin deux candidats se répondant du centre. Centre-gauche contre Centre droit, là aussi les 30% des candidats PS-UMP vont être imputés.

Véritable Outsider avec son très stable 18%, Marine Le Pen a t-elle une marge de progression ?
En retrait depuis quelques semaines, elle aussi, se révélera redoutable sur les plateaux tv, partout dans les médias. Si elle se révèle aussi bonne, voire meilleure que son père dans le sprint final de la dernière ligne droite avant le scrutin, elle pourrait dépassait les 16 à 20% le soir du 22 Avril 2012.

Commentaires

  1. Faut voir le bon côté des choses : je préfère un second tour Le Pen Hollande que Bayrou Hollande...

    RépondreSupprimer
  2. C'est pourtant simple : affronter Marine Le Pen au second tour c'est l'assurance d'une victoire facile et assez large (mais probablement moins qu'en 2002…).

    RépondreSupprimer
  3. Tiens ! Vous trollez ici, maintenant ?

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai ça, que faites vous là ? Nous sommes d'accord Mr Goux, pour une fois...

    RépondreSupprimer
  5. J'ajoute que la "menace Le Pen" est surtout sur le premier tour... Voir le billet de Nicolas : http://www.jegoun.net/2011/11/lennemi-qui-venait-du-centre.html

    RépondreSupprimer
  6. le centre est très occupé : Hollande, Bayrou, Morin. Aux suivants.
    si ça pouvait décentrer Hollande encore… pas sûr

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour

    mmm

    Le problème, c'est que ces attaques continuelles contre le FN se sont basées sur l'assumption que le FN est plus rasciste que l'UMP et vue que l'UMP pêche actuellement sur les terrains du FN je ne suis pas sûr de ça

    Ensuite, nous sommes tous de gauche et il y a bcp parmi nous qui sont anti-européen, au moins dans sa forme actuelle

    Nous avons bien voté 'non' en 2005?

    Mais notre 'non' n'a pas été pris en compte ni par l'UMP, ni par le PS

    Le FN nous rétirerait de l'Europe et de ce fait, le FN est plus démocratique que l'UMP ou le PS

    Nous voulons tous un vrai changement mais nous continuons de voter L'UMP ou PS et après, nous nous demandons pourquoi rien n'a changé

    Je voterais pour Mélenchon si j'avais le droit mais ça fait un moment que j'arrête de trop critiquer le FN

    Oui, ça est devenu une vote d'adhésion mais c'est la faute du PS aussi

    RépondreSupprimer
  8. Annie,

    Y a t-il réellement de la place pour un centre ?

    London...,

    Sur le non au traité constitu... qui a accouché du traité de Lisbonne, c'est plus l'Europe de droite qui n'a pas pris en compte "le pourquoi" du non.
    Sur l'adhésion à la candidature Le Pen, espérons que la campagne puisse au moins servir à démonter les fausses idées du FN...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…