Accéder au contenu principal

Diversion à Toulon

Nicolas Sarkozy était en campagne sans aucun doute. Si il voulait réellement s'adresser aux français pour parler des solutions qu'il souhaitait apporter, il aurait pu le faire devant une simple caméra depuis l'Elysée ; en choisissant le show devant cinq milles personnes, il voulait surtout convaincre à coup d'applaudissements que ses justifications suffisaient à expliquer son piètre bilan.

Pourquoi choisir ce 1er Décembre pour remplir une salle d'un Zénith à Toulon, quand des annonces majeures sur un nouveau traité Européen doivent être faites par le couple Merkozy dans une semaine ? Bien au delà de la polémique sur le fait que Nicolas Sarkozy serait déjà en campagne, il était surtout question ce soir de "'confiance", de rassurer les marchés. Oui, la confiance se mesure, en ces temps troubles, en jours voire en heures. Le temps nous est compté, il fallait rassurer, parce que la pression s'est faite plus forte ces derniers jours  sur la capacité d'emprunt des pays, même de ceux qu'on considère si relativement stables de la zone euro.

Il y avait urgence à rassurer, le Zénith de Toulon permettait cette pirouette médiatique de faire écho au précédent discours  fait également à Toulon en 2008, comme un droit de réponse en forme de bilan, à l'époque où le candidat Sarkozy fraîchement élu, nous parlait de "Moralisation du capitalisme"

Quelle contraste saisissant, aujourd'hui avec un Président qui semble si fatigué de répéter en boucle les mêmes constats, avec les mêmes semblants de solutions dont on cherche encore les applications réelles.
La pédagogie somme toute nécessaire pour aborder des sujets lourds à la compréhension de monsieur tout le monde ne cache pas la vide des solutions. Il n'y avait que la grandeur d'un discours au sein d'un  zénith rempli de cinq mille personnes pour dégager une impression de puissance.
En campagne pour rassurer les marchés, en campagne pour convaincre les français de lui faire encore confiance, tout simplement en campagne.

Commentaires

  1. En campagne, évidemment !

    Sinon pourquoi déplacer 5000 personnes à sa dévotion comme il le fera en Avril pour clôturer sa campagne ?

    C'est un meeting UMP payé par le contribuable. Pourquoi se gêner, hein ?

    Je serais lui, je me présenterai le 2 avril et utiliserais mon budget électoral colossal pour faire une campagne d'enfer pendant 3 semaines...

    RépondreSupprimer
  2. Ouais... même pas besoin de faire campagne officiellement...

    RépondreSupprimer
  3. #Stef clair. Plus de précision sur le blog de Chomsky...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…