Guéant l'homme de toutes les polémiques

Ils sont de plus en plus rares ces dimanches paisibles, d'une information qui se met en parenthèse, pour laisser place à des sujets un peu plus légers au sein des rédactions. Non, le dimanche est devenu un moment de la semaine qui permet d’interpeller l'opinion, soit pour lancer des débats qui seront commentés dès le lundi matin autour d'un café, soit le moyen de lancer une polémique qui sert bien souvent de contre feu.

Ce dimanche, c'est encore dans le cadre d'une interview donné au JDD que Claude Guéant alimente la polémique.
La polémique chasse la polémique : c'est ainsi qu'il pourra dire qu'il ne faisait que répondre à une question posée par un journaliste, mais une nouvelle bévue qui lui permet, en ce premier weekend de décembre, de sortir des précédents troubles qu'il entretenait déjà depuis quelques jours sur l'immigration.

Cette fois, c'est les soubresauts des affaires de DSK qui sert d'hameçon à la manipulation. Après avoir détesté l'ancien directeur du FMI, on en viendrait presque à le plaindre (ironie).  Une vieille rumeur raconte que Dominique Strauss Kahn aurait était controlé par la police au bois de Boulogne. Claude Guéant confirme et alimente la polémique en affirmant : "monsieur Strauss-Kahn avait été contrôlé au bois de Boulogne par les fonctionnaires en charge de la surveillance de cet endroit lors d’un contrôle de routine". Problème, il n'y a aucun compte rendu administratif de ce contrôle.

Les élus socialiste réagissent légitimement face à cette dérive, Mr Guéant en fait trop ! Julien Dray allant jusqu'à dénoncer une droite "des officines" et "des ragots".

Diffamons, il en restera toujours quelque chose. Pour sûr que le ministre de l’intérieur aurait mieux fait de se taire ; lui qui connait le poids des mots, en choisissant d'alimenter la polémique, il perd toujours un peu plus en crédibilité.

Lui qui ne rechigne déjà plus à utiliser les discours de l’extrême droite, s'en soucie t-il ? Peut -être faudra t-il un jour instaurer une charte de bonne conduite de nos élus, avec interdiction de s'exprimer dans les médias le dimanche. Nous retrouverions peut être un peu plus de sérénité.

Commentaires