Accéder au contenu principal

Non à un gouvernement d'union nationale

Les français seraient, selon un sondage, favorable à un gouvernement d'union nationale. Un fantasme sondagier qui trompe un électorat perdue dans une offre politique affichée trop diverse, et une élection présidentielle qui va à l'encontre de cette idée.

A la veille de la campagne nous comptons déjà dix sept candidats déclarés. Le scrutin uninominal direct à deux tours est un premier obstacle. Le premier tour étant considéré comme une sorte de primaire qui doit faire bouger les lignes dans les clivages gauche-droite, à une semaine de l'élection du prochain président de la république, les candidats se seront écharpés affirmant toujours un peu plus leurs différences.

Le plus important : les idées.

Mais surtout, cette question posée sous forme de sondage, laisse entendre que les solutions à amener pour faire avancer le pays dépendraient d'une poignée d'homme, les "meilleurs". C'est faire peu d'état du débat politique que nous sommes en droit d'attendre.

Au delà des compétences de chacun, des convictions personnelles de chaque candidat, il serait temps de sortir de la personnalisation du pouvoir. Croire que ce sont les programmes électoraux qu'il faut appliquer, et arrêter de laisser à penser que le charisme suffit.

Non, la gauche au pouvoir, ce n'est pas la même chose que la droite aux responsabilités, oui le contexte de crise, la situation de la dette, force le trait des différences, et c'est tant mieux.

Je suis pour l'unité à gauche, mais contre une pseudo "union nationale" impossible.

Commentaires

  1. Oui...mais populaire bizarrement.

    RépondreSupprimer
  2. L'union nationale quand même au sein d'un même partie, il y a parfois de grosses dissensions??

    La droite n'est pas la gauche quand bien même il peut y avoir, par-ci, par-là des réflexions communes car tout le monde n'est pas pourri, que ce soit à droite comme à gauche ou au centre..

    Il faut une ligne conductrice claire et ensuite, il peut y avoir des concessions faites aux uns ou autres. Sarko l'a tenté tout en bloquant ce qui ne lui convenait pas et cela s'appelle hypocrisie, masques, contre-vérité mais pas ouverture...C'était le principe de la démocratie pourtant et le système du gouvernement d'union nationale à dose homéopathique.. je peine à croire que ce soit possible à dose allopathique..
    ;-)

    Merci Stef de tes encouragements ^^

    RépondreSupprimer
  3. "Union" pour quoi faire?Pour aller où?Avec qui?
    L'objectif d'abord,les moyens ensuite.Mettre la charrue avant les boeufs pour amuser la galerie n'a aucun sens

    RépondreSupprimer
  4. contre l'union nationale (j'ai aussi fait un article sur le sujet)

    mais je suis de moins en moins sûre que Hollande et Sarko soient différents

    RépondreSupprimer
  5. Tu divagues là Annie, faut pas exagérer

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…