SNCF : Usagers et professionnels tirent la sonnette d'alarme

A la SNCF, le passage à l'heure d'hiver se fera le 11 Décembre. D'importantes modifications de la grille des horaires de train entraînent une montée de cadencement des lignes. En raison de travaux, mais surtout de cette nouvelle grille d'horaire qui a pour but de faire partir les trains aux mêmes minutes chaque heure, pour à terme faire circuler quelques 200 trains supplémentaires chaque jour, usagers et professionnels tirent la sonnette d'alarme.

Ces décalages horaires ne devraient être en moyenne que de cinq à dix minutes (parfois jusqu'à 1 heure), mais cumulés sur une journée de travail, cela peut suffire à bouleverser le quotidien des professionnels, des conducteurs de trains.

En découle un accroissement de 17% de leur productivité sans aucune contrepartie ; si à terme le service au client sera amélioré, notamment avec plus de trains, la transition ne devrait pas se faire dans la douleur.

Avec la politique des "mille chantiers", on mélange les genres. On présente les raisons des retards à venir en prétextant que c'est pour le bien du service, la réalité est moins rose.
Chaque année, c'est 20% des horaires qui changent, cette année, ce sont 85% des horaires qui seront modifiés. On essaye de nous faire croire que ce 11 Décembre, ce sont les travaux d'entretien qui seront la cause de ces importants changements, en fait, la raison est avant tout financière. Et comme souvent, ce sont les salariés, et cette fois aussi les passagers des trains qui en payeront le prix, par l'annulation et les retards de leur moyen de locomotion.

C'est assez rare pour être souligné, même les usagers souhaitent faire grève pour protester contre ces modifications d'horaires.

Un préavis de grève est donc lancé, le rapport de force enclenché ! Et déjà se demande t-on si il y aura des trains à Noel et Nouvel An.? Il n'y a d'avancées possibles que dans la lutte ! La direction de la SNCF a déjà annoncé vouloir rencontrer les syndicats en début de semaine prochaine.

Gouvernement et dirigeants sont prévenus, à eux de prendre leurs responsabilités.

Commentaires

  1. Sur ce coup là je ne suis pas les cheminots (et surtout les conducteurs !)... Que ce soit 85% ou 20 % de changements d'horaires, ils font grève systématiquement chaque année au changement de cadencier. Concernant leurs conditions de travail ou productivité, ils ont des contraintes mais aussi des avantages en contrepartie... Donc pour moi, cette grève n'est pas justifiable !

    PS. Oui, la SNCF a profité du changement d'horaires pour faire le ménage dans ses trains non rentables et c'est qu'il fallait pointer !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas d'accord, il faut réagir systématiquement. Les réponses doivent être collectives sinon ce sont les salariés les plus faibles qui en payent les conséquences.
    Sur la productivité, les heures supplémentaires, l'embauche, si les syndicats ne font pas le boulot avec l'appui des salariés, en face (les directions d'entreprise) ils avanceront toujours un peu plus rognant au passage les intérêts de tous.

    Il doit y avoir des contre parties, ce que tu appelles des avantages, c'est d'ailleurs dans ces métiers particulièrement pénibles, sur les horaires de travail, que la nouvelle négociation "obligatoire" sur la "Pénibilité" obtenue dans le cadre de la réforme des retraites, qui doit aboutir sur de nouvelles compensations.

    Ce n'est pas en pointant jalousement les avantages des salariés d'autres activités professionnelles que la sienne qu'on améliore les siennes ! Mais en participant à la vie syndicale de son entreprise !

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pointe rien... Je dis juste que cette grève aurait eu lieu bigbang des horaires ou non... La SNCF/RFF ont aussi besoin d'entretenir un réseau en piteux état et cela ne pouvait se faire dans les conditions de trafic actuel. Et oui, ça a malheureusement un impact sur le travail des salariés de l'entreprise.

    RépondreSupprimer
  4. Les représentants du personnel doivent limiter l'impact sur les salariés, c'est tout ce que je dis aussi :)

    Bon dimanche dada ^^

    RépondreSupprimer
  5. Le problème est de savoir si nous voulons encore l'égalité des citoyens au regard de l'accès à des services publics de qualité. Cela fait des années que la sncf et d'autres administrations préparent leur privatisation. Même les pompiers volontaires sont menacés (Europe). Si la réforme passe quand vous aurez le feu chez vous il faudra payer pour leur intervention. Contrairement à Dada vidov (1) des commentaires) je trouve que les fonctionnaires sont bien passifs et les usagers encore plus. Il va bien arriver un moment, avec toutes ces réductions de services publics, que les contribuables de seconde zone vont exiger une diminution de leurs impôts à due concurrence de l'absence de service rendu..Mais manifestement Dada Vidov ne sait pas ce qu'est un service publique ni le principe d'égalité républicaine..

    RépondreSupprimer
  6. Politis de la semaine dernière a consacré un dossier sur ce sujet

    RépondreSupprimer
  7. Anonyme,

    Je suis d'accord avec votre commentaire, même si je crois qu'il ne faut pas accabler notre ami Dada vidov... je crois qu'il faut arrêter de confronter les populations entre elles, si le principe d'égalité doit jouer, le nivellement devrait se faire par le haut, parce que nous en avons largement les moyens...

    RépondreSupprimer
  8. Vu les conséquences pour les cheminots ET pour les usagers ( qui ont bloqué les trains à Pons ),
    le conflit avec les syndicats était parfaitement prévisible. La direction a choisi le passage en force sans dialogue, sans concertation, pariant sur l'impopularité des grèves à cette époque de l'année, et en opposant entre elles différentes parties de la population .C'est la politique du fait accompli, en pourrissant le dialogue social .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !