Accéder au contenu principal

500 signatures contre le hold-up de notre démocratie

Au nom de la démocratie Mme le Pen se plaint que le système de parrainage pour poser candidature au poste de président de la République est une entrave ? La dérive n'est-elle pas plutôt qu'il suffit seulement de quelques cinq cent signatures de maires pour que quiconque se présente ?
L'enjeu est majeur tant les conséquences sont lourdes, dès lors que le scrutin uninominal direct à deux tours solde la destinée politique d'un état. La question mérite d'être posée, le système de parrainage est-il démocratique ?


Marine le Pen pose la problématique en signifiant que le non-anonymat de la signature empêche les parrains d'assumer leurs choix. Est-ce à dire que le soutien de tel ou tel candidat n'est pas assez respectable pour être assumé ?
Au nom de quoi est-ce une atteinte à la démocratie quand ce sont nos élus qui, s'exprimant en notre nom, hésitent à apporter une sorte de garantie sur les valeurs que véhiculent les dits candidats ?

Cette pratique a posé, et pose encore problème.

Ce dispositif a été instauré en 1962 par un article de loi qui a institué le suffrage universel. A l'époque il ne fallait que 100 signataires, et leur identité n'était pas divulguée. La décision de rendre publics les parrainages a été prise en 1974, 500 signatures devenaient nécessaires.

Depuis cet époque il y a un nombre potentiel de signataires de 47 000 personnes dont 36 000 maires.

Il faut donc que moins d'1% de nos élus apportent leur soutien au candidat à la candidature, est-ce trop ? Est-ce si anti-démocratique que cela ?

J'ai même tendance à penser le contraire, qu'il faudrait plus de signataires, pour éviter les candidatures trop farfelues.

L'enjeu pour poser candidature à la présidentielle n'est-il pas aussi d'en être passé par les scrutins intermédiaires pour faire que des élus de terrains puissent permettre d'apporter leur soutien ?

La démocratie par les urnes, ce n'est pas un hold-up de la démocratie ; quand le FN n'est présent que dans quelques 85 villes de plus de 10 000 habitants, on peut se demander si il est aussi représentatif que les sondages le prétendent, puisqu'il est si peu représenté dans des scrutin pourtant plus favorables à la diversité politique.

Non, nous n'en sommes pas encore à une démocratie par les sondages, mais par les urnes.

Commentaires

  1. Bah ! Ils nous font le coup à chaque fois...

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, et l'occasion de dire que ça suffit de monter en épingle les candidatures, la représentativité politique se vérifie dans les urnes...

    RépondreSupprimer
  3. Video et petition contre le vote electronique

    http://www.ordinateurs-de-vote.org/Vote-electronique-agissons.html

    http://generation-clash.blogspot.com/2011/12/hacking-democracy.html

    RépondreSupprimer
  4. il y a toujours eu des difficultés pour le FN
    d'avoir les signatures , le nier c'est refuser l'évidence il suffit de voir les précédentes élections
    les grands partis sont trop contents d'avoir cette barrière pour les autres partis mais de s'en servir pourrait bien leur revenir en pleine figure.....

    RépondreSupprimer
  5. Ouais , on pourrait faire un roman sur démocratie ou pas ! le Tx d'adhésion des partis , la souveraineté du peuple , le mode de scrutin , le vote blanc pas reconnu , le cout des campagnes , le financement public des partis qui conduit à donner toujours plus de chances aux mêmes grands , decalage énorme entre représentation officielle au parlement , et diversité du peuple , carrierisme, parachutages , démocratie représentative et ses excés , contrôle inexistant des élus, contre-pouvoirs , rôle des médias, et leur concentration en grands groupes , Etc etc !

    Vaste programme ! évidemment jamais trop abordé par les alterneux !

    Je pense qu'on est dans une oligarchie, pas une démocratie !

    Et y'a pas d'égalité politique du citoyen ( un bien grand mot, disons plutôt électeur qui choisit ses maitres )

    Et puis si on commencait par la proportionnelle intégrale , ( on ne devrait même plus élire de boss suprême, çà fait monarchie absolue )

    Marine là dedans, bah .. disons que dans cette logique, si son parti a prouvé sa représentativité par des elections antérieures , je ne vois pas objectivement en quoi elle serait éliminée , c'est ca victimisons là une fois de plus ! Je pense que y'a d'autres moyens de combattre le FN
    Et puis dans ton lien , on voit bien que le nerf de la guerre, c'est le fric ! c'est çà la démocratie ?

    ""nos élus qui, s'exprimant en notre nom "", encore faut il ,surtout dans nos petits villages, que le candidat-maire affiche clairement a qui il donnera sa signature , bein oui, pourquoi après et pas avant d'être élu ! jamais mon maire n'a parlé à mon nom à ce sujet ! Il fait un choix personnel !

    Eh puis merde, interdisons le FN , s'il est si dangereux ! un peu de courage !

    cordialement

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…