Accéder au contenu principal

Coupables de ne pas faire campagne

Prend-elle forme cette campagne ? A entendre les membres du gouvernement commenter les faits et gestes du candidat socialiste, on se demande qui est dans l'opposition en ce moment ? On assiste même à une campagne de manipulation de l'opinion, qui consiste à envoyer jour après jour des boules puantes, des attaques sur les personnes, des commentaires désobligeants à l'encontre de cette gauche qui fait campagne.
Une stratégie de pourrissement de l'image de l'adversaire, quand candidat et programme manquent au pouvoir exécutif sortant.

Cette droite qui se cherche encore un candidat, un programme, quand le président sortant ne sait plus comment limiter les dégâts de son propre bilan, cherche dans les attaques faites à l'opposition un moyen de se faire oublier. Toute est dans la manière de présenter les choses, plus que de travail, les conseils des ministres consistent surtout à mettre en place les plans "comms".

Du coup, Nicolas Sarkozy improvise, ces derniers temps, des politiques qui puissent faire de son action, des choix pouvant être considérés plus justes chez les déçus quand il s'agit de la taxe Tobin (qui existe déjà), mais qui se révèlent très injustes socialement quand il est question de la TVA sociale.

Un début de campagne sur la réserve, timidement offensive, dans l'attente du programme de l'adversaire.

Au jeu du chat et de la souris, la distribution des rôles n'est pas encore claire au sein de l'électorat. Si le candidat F.Hollande garde une avance confortable dans la gagne contre N.Sarkozy si le second tour de la Présidentielle voyait un tel affrontement, le premier tour reste encore trop incertain, parce que la bataille des idées n'a pas encore eu lieu.

C'est cet affrontement idéologique que Nicolas Sarkozy fuit. Parce qu'il devra répondre de son bilan, parce que la gauche porte une réelle alternative que craint le Président sortant. En ne se déclarant pas, il empêche les autres candidats de dévoiler eux aussi l'ensemble de leurs programmes. Si ils le faisaient, les snippers sarkosistes (Morano, Wauquiez..) s'en donneraient à coeur joie. Il faut un juste affrontement (loyal) de programme contre programme, idées contre idées, sinon le combat est trop déséquilibré.

Le dernier exemple qui illustre ce déséquilibre, est celui de la très bonne proposition de la modulation du quotienfamilial, qui consiste à rendre plus juste l'avantage fiscal. Les snippers à droite ont de suite répondu, mais surtout Nicolas Sarkozy a lui-même commenté "des conséquences dramatiques" alors qu'il présentait des voeux à Mulhouse sans avancer d'arguments ni de contre proposition.

Il n'y a donc pas de débat, les Français attendent mieux il me semble.

Commentaires

  1. Mieux que les petites phrases, des solutions au moins...

    RépondreSupprimer
  2. l'UMP et Sarkozy sont sur la défensive, il n'ont aucun projet et un bilan médiocre. Ca fait bien peu pour nourrir une campagne électorale.

    Alors ils pourrissent le camps d'en face, mais je crois que les Français ne sont pas dupes.

    RépondreSupprimer
  3. Hello,

    pas d'accord avec toi. Tu dis "En ne se déclarant pas, il empêche les autres candidats de dévoiler eux aussi l'ensemble de leurs programmes", mais le FdG a déjà un programme, et l'expose à l'envie. Non, le soucis c'est de les socialistes ne sont toujours pas clair sur les solutions à apporter à la crise, pris entre saupoudrage sociale et économie de marché "libre et non faussée".

    Hollande n'est pas plus clair que Sarkozy sur ce point, ils jouent tous les deux la montre, pour prendre le moins de coup possible et ça, ça n'est pas digne du besoin démocratique de ce pays.

    a.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je parle de dévoiler l'ensemble des propositions, des mesures "technique"... pour les programmes à gauche, bien sûr que nous avons une alternative à porter, et quand on se prétend de "gauche" on évite de taper sur ses camarades...

      Pour le reste, si tu lis bien mon billet, il est surtout question de posture de "comm"

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…