Accéder au contenu principal

Coupables de ne pas faire campagne

Prend-elle forme cette campagne ? A entendre les membres du gouvernement commenter les faits et gestes du candidat socialiste, on se demande qui est dans l'opposition en ce moment ? On assiste même à une campagne de manipulation de l'opinion, qui consiste à envoyer jour après jour des boules puantes, des attaques sur les personnes, des commentaires désobligeants à l'encontre de cette gauche qui fait campagne.
Une stratégie de pourrissement de l'image de l'adversaire, quand candidat et programme manquent au pouvoir exécutif sortant.

Cette droite qui se cherche encore un candidat, un programme, quand le président sortant ne sait plus comment limiter les dégâts de son propre bilan, cherche dans les attaques faites à l'opposition un moyen de se faire oublier. Toute est dans la manière de présenter les choses, plus que de travail, les conseils des ministres consistent surtout à mettre en place les plans "comms".

Du coup, Nicolas Sarkozy improvise, ces derniers temps, des politiques qui puissent faire de son action, des choix pouvant être considérés plus justes chez les déçus quand il s'agit de la taxe Tobin (qui existe déjà), mais qui se révèlent très injustes socialement quand il est question de la TVA sociale.

Un début de campagne sur la réserve, timidement offensive, dans l'attente du programme de l'adversaire.

Au jeu du chat et de la souris, la distribution des rôles n'est pas encore claire au sein de l'électorat. Si le candidat F.Hollande garde une avance confortable dans la gagne contre N.Sarkozy si le second tour de la Présidentielle voyait un tel affrontement, le premier tour reste encore trop incertain, parce que la bataille des idées n'a pas encore eu lieu.

C'est cet affrontement idéologique que Nicolas Sarkozy fuit. Parce qu'il devra répondre de son bilan, parce que la gauche porte une réelle alternative que craint le Président sortant. En ne se déclarant pas, il empêche les autres candidats de dévoiler eux aussi l'ensemble de leurs programmes. Si ils le faisaient, les snippers sarkosistes (Morano, Wauquiez..) s'en donneraient à coeur joie. Il faut un juste affrontement (loyal) de programme contre programme, idées contre idées, sinon le combat est trop déséquilibré.

Le dernier exemple qui illustre ce déséquilibre, est celui de la très bonne proposition de la modulation du quotienfamilial, qui consiste à rendre plus juste l'avantage fiscal. Les snippers à droite ont de suite répondu, mais surtout Nicolas Sarkozy a lui-même commenté "des conséquences dramatiques" alors qu'il présentait des voeux à Mulhouse sans avancer d'arguments ni de contre proposition.

Il n'y a donc pas de débat, les Français attendent mieux il me semble.

Commentaires

  1. Mieux que les petites phrases, des solutions au moins...

    RépondreSupprimer
  2. l'UMP et Sarkozy sont sur la défensive, il n'ont aucun projet et un bilan médiocre. Ca fait bien peu pour nourrir une campagne électorale.

    Alors ils pourrissent le camps d'en face, mais je crois que les Français ne sont pas dupes.

    RépondreSupprimer
  3. Hello,

    pas d'accord avec toi. Tu dis "En ne se déclarant pas, il empêche les autres candidats de dévoiler eux aussi l'ensemble de leurs programmes", mais le FdG a déjà un programme, et l'expose à l'envie. Non, le soucis c'est de les socialistes ne sont toujours pas clair sur les solutions à apporter à la crise, pris entre saupoudrage sociale et économie de marché "libre et non faussée".

    Hollande n'est pas plus clair que Sarkozy sur ce point, ils jouent tous les deux la montre, pour prendre le moins de coup possible et ça, ça n'est pas digne du besoin démocratique de ce pays.

    a.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je parle de dévoiler l'ensemble des propositions, des mesures "technique"... pour les programmes à gauche, bien sûr que nous avons une alternative à porter, et quand on se prétend de "gauche" on évite de taper sur ses camarades...

      Pour le reste, si tu lis bien mon billet, il est surtout question de posture de "comm"

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…