Accéder au contenu principal

Le changement, c'est pas encore maintenant

Au moment où il serait question d'un léger coup de mou du président sortant, quand tout indique que l'avance du candidat Hollande est confortée dans l'opinion, rien n'assure pour autant que le slogan de campagne du candidat socialiste ne se précise en réalité. 
"Le changement, c'est maintenant " pourrait encore se traduire par "le changement, c'était pas encore pour maintenant".

Il y a bien sûr cet électorat de droite qui ne sait plus trop vers qui se tourner. Les déçus du Sarkozysme sont nombreux, et pas sûr qu'après avoir été séduits par le programme de l'UMP en 2007, ils ne se tournent aujourd'hui vers le candidat du Front de gauche.

Et, il y a bien sûr les farouches partisans des différentes forces de gauche qui s'imaginent encore avec le premier tour de la Présidentielle, dans une sorte de primaire citoyenne où tous les coups seraient permis. C'est la semaine des critiques sur Hollande, par Eva Joly, Mélenchon. Sauf que plus que la présidentielle, ce sont les législatives de Juin qui permettront à une majorité bien constituée de gouverner. 

 "Le changement, ils n'en voulaient pas !", ne nous y trompons pas, plus qu'un slogan de campagne, c'est l’électorat qui dira de lui même si il reconduit le président sortant. Et tout indique qu'ils soient encore nombreux à souhaiter que le candidat Hollande ne réussisse pas.

Le chemin reste long.

Commentaires

  1. je suis bien d'accord avec ton analyse, je ne me laisse pas endormir..
    Repos peut-être "après" les élections présidentielles et législatives..

    RépondreSupprimer
  2. Ouais, ne nous laissons pas endormir. La gauche est loin d'avoir gagné, Sarko va tout faire pour revenir dans la bataille malgré ce qu'on nous en dit...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…