Accéder au contenu principal

Résistons à la tromperie de Bayrou

Au moment où l'on commente encore les difficultés d'ascension du président sortant, le sommet social n'étant pas relayé positivement par la cordée de journalistes, des bulles médiatiques se créent autour de certains candidats à la présidentielle, d'autres éclatent.

Il y a Marine le Pen qu'on présente dans ce sondage comme talonnant de deux points Nicolas Sarkozy. La c'est à la droite UMP de se poser les bonnes questions. Il apparaît, que le locataire de l'Elysée, n'a plus les faveurs de toute la presse. Et surtout il y a comme une sorte de primaire qui se déroule à droite avec les candidatures de Mlepen, Sarkozy, Villepin, Morin, Bayrou, Dupont-Aignan. On peut se demander si le candidat UMP peut encore passer le premier tour.

Doubler les intentions de votes en un mois ?

Mais depuis quelques temps déjà, c'est François Bayrou qui est l'objet de toutes les attentions des journalistes. Dès sa déclaration officielle avant les fêtes de fin d'année, il est présenté comme étant le troisième homme, alors qu'il n'était crédité que de 7% d'intentions de votes.
Voilà donc un candidat propulsé par "l'intelligencia médiatique", à coup de sondages, d'articles dans toutes les rédactions, le candidat Bayrou passe de 7% à 15% d'intentions de votes en seulement trois semaines.

Si F.Hollande ne bouge quasiment pas (27%), l'ascension de F.Bayrou est rendue possible, parce qu'il y a de la place pour cette posture du "ni-ni", ni UMP, ni PS.
Mais, il y a quand même de quoi s'interroger sur la façon de présenter les choses.

Le candidat de la tromperie :  Mr Bayrou a tenu un meeting, hier à Dunkerque, ville ouvrière du Nord de la France. Après le "made in  France", nous avons eu droit à un discours de "Résistance" du président du Modem.
Une incroyable posture qu'on croirait empruntée à J-L. Mélenchon. Sauf que derrière les mots, les beaux discours, il y a zéro proposition.

Que cela soit sur le besoin de ré-industrialisation, le protectionnisme économique, ou autres sujets qui appelleraient à la "Résistance", on peut se demander pourquoi ce n'est pas le leader politique qui porte traditionnellement ces thèmes qui capitalise sur ces sujets. 

Des postures, des plans "comm", un grand foutoir médiatique qui rend cette élection de plus en plus incertaine.

Commentaires

  1. Bayrou appliquera un programme qui ne nous sera pas forcément favorable et qu'il empruntera à la droite pure....Je ne l'apprécie pas du tout. Par contre, aux législatives, Melanchon aura ma voix, c'est clair...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compte bien me rattraper aussi en Juin ^^

      Supprimer
  2. la question fondamentale est de savoir avec quelle majorité Bayrou gouvernerait-il aux soir du second tour des élections législatives ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune, il n'en a pas... Nous aurions un quinquennat des "petits arrangements" avec la droite sans aucun doute... pour le reste ce serait l'immobilisme, une sorte de cohabitation qui empêche de prendre les grandes décisions.

      Supprimer
    2. Immobilisme, Bayrou connaît c'est ce qu'il a pratiqué en tant que ministre de l'éducation nationale!
      En plus, s'il gouverne la France de la même manière que son parti alors la démocratie sera transformée en autocratie.

      Supprimer
    3. Oui, après Sarkozy, plus que marre de la personnalisation du pouvoir...

      Supprimer
  3. Pour la posture, voici la position de Bayrou : "Je n'aime pas les idéologies. Avec elles, ce n'est pas la pensée qui s'adapte au monde mais le monde qu'on tord pour qu'il ressemble au système de pensée."

    Quand vous dites "Sauf que derrière les mots, les beaux discours, il y a zéro proposition. lire ceci pour les propositions
    http://www.bayrou.fr/

    RépondreSupprimer
  4. "un candidat propulsé par "l'intelligencia médiatique"" J'ai plutôt l'impression que l'intelligentsia médiatique a été prise à revers. Combien de fois avait-elle expliqué que "le MoDem était mort", que "F. Bayrou n'avait d'avenir qu'à la condition de rejoindre la gauche ou la droite", qu' "il avait raté le coche en 2007 et que l'occasion ne se représenterait pas" ?

    Seulement, entre temps, même les gens les moins au fait de la politique se rendent compte que la gauche et la droite ont fait un grand concours d'irresponsabilité qui a envoyé la France dans le mur… se rendent compte que tous les pays qui nous entourent lancent des politiques de redressement… et que la France reste la seule avec un illusionniste comme chef de l'Etat… et un parti socialiste bien décidé à ne remettre en cause aucun des délires de ses 15 ans au gouvernement.

    Même les gens les moins au fait de la politique se rendent compte que ça urge, de remplacer les "entraîneurs" qui nous ont fait perdre. Et de revenir aux fondamentaux. Produire, instruire…

    RépondreSupprimer
  5. bonjour ,un commentaire un peux a coté du sujet mais sur second life vient de s'ouvrir de nouveaux le ps et je crois que mimile et steaf y sont attendus

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…