Accéder au contenu principal

[Coup de barre à gauche] C'est nous qui sommes consternés depuis cinq ans !

Nicolas Sarkozy n'est pas serein, quand il se fait apostropher par les journalistes lors d'un déplacement en province, il ne peut s'empêcher d'aller au delà de la simple critique des propositions de son adversaire politique. Il pourrait entrer très tranquillement dans le débat, mais préfère alimenter la controverse, faire polémique, créer la sensation en dénigrant l'opposant. Finalement, c'est lui qui n’apparaît pas serein sur cette question de la fiscalité, et il y a bien des raisons à cela !

Le coup de barre à gauche du candidat socialiste décontenance la plupart des observateurs, et en premier lieu Nicolas Sarkozy. La fiscalité est un point de clivage très important entre les deux candidats.

En privilégiant le pugilat, le combat des petites phrases (Tout ca donne une impression d'improvisation et d'amateurisme qui est assez consternante) , N.Sarkozy ne tente t-il pas une diversion pour éviter de revenir sur le bilan du quinquennat, sur ces innombrables cadeaux fiscaux, sur cette dette qu'il a alourdi de plus de 600 milliards en cinq ans, quand seuls 150 étaient dûs à la crise.

Le président sortant n'avait-il pas commencé son quinquennat par cette mesure du bouclier fiscal qui fixait le niveau maximum d'imposition marginal à 50% ? Allant jusqu'à inclure les contributions sociales CSG et CRDS faisant tomber le bouclier à 39 % ! Rien que cette mesure représenta un manque de recettes fiscales de plus de 10 Milliards/an. En affirmant haut et fort qu'il est juste d'imposer au delà  les très hauts revenus, le candidat socialiste affirme une alternative forte, et rappel que chacun doit contribuer en fonction de ses moyens.

Prenons un exemple, les PDG du CAC40, qui gagnent en moyenne 4.5 millions/an, pourront encore obtenir après paiement de leur impôt lorsqu'ils se seront augmentés de 1% près de 11 000€. Cette année, ils se sont augmentés de 34% en moyenne, ce qui ferait après paiement de la taxation à 75%, une augmentation moyenne de 374 000 € à l'année. Cela fait encore de belles augmentations de salaire, n'est-il pas ?

Sortons de cette désinformation qui consiste à faire peur au salariat français, que de prétendre qu'en imposant trop nos grands patrons, nous perdrions un peu plus encore nos emplois. C'est au contraire l'inverse qui est fait depuis beaucoup trop longtemps.

Quand Nicolas Sarkozy choisit l'augmentation de la TVA, quand il ne fait rien pour reverser les recettes supplémentaires de cette même TVA quand les prix de l'essence augmentent, il tente de renflouer les caisses de l'état qu'il a vidé depuis cinq ans par ses politiques clientélistes, destinées aux revenus les plus riches.

A l'inverse quand F.Hollande choisit de rendre aux français les recettes non prévues dues à la flambée des prix de l'essence, il est juste. Quand il choisit d'augmenter l'imposition des plus riches, alors que la précarité augmente dans le pays, que les comptes sociaux sont au plus mal, encore une fois il est juste. Ce qui est consternant depuis cinq ans, c'est que la situation de la France s'est dégradée parce que de mauvais choix sur le plan fiscal ont été faits au plus mauvais moment.

Finalement, aujourd'hui, c'est Nicolas Sarkozy qui apparaît incapable, incompétent, consternant.

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…