Accéder au contenu principal

La "France d'en bas" à convaincre ?

Source
A la lecture de cet article, on revient sur les objectifs de campagne incontournables pour Nicolas Sarkozy si il veut être réélu, à savoir séduire à nouveau l'électorat "populaire" qu'un ancien premier ministre appela en d'autre temps, la "France d'en bas". Un terme qui choqua à l'époque parce qu'il hiérarchise la population, une mauvaise habitude à droite.

Oui les séduire à nouveau, parce que c'est cette catégorie là même de la population qui a permis au locataire de l'Elysée de gagner en 2007. En axant sa campagne sur les questions d'immigration, de sécurité, du chômage, du pouvoir d'achat, Nicolas Sarkozy réussissait son hold'up démocratique.


Après n'avoir rien fait en fin d'année, pour populariser l'inscription sur les listes électorales des jeunes électeurs potentiellement moins favorables à la droite, Nicolas Sarkozy pourrait avoir l'intention de récupérer cette autre partie de l'électorat qui ne se sent ni de droite ni de gauche.

Une fraction des électeurs, qui pourrait soit s'abstenir parce que déçus, ou voter pour des "plus petits candidats" comme Melenchon ou Marine Le Pen. Ces derniers crédités respectivement d'environ 8 et 17% d'intention de votes, ont su convaincre cet électorat de ne pas voter à nouveau pour le Président sortant, il est aussi là l'enjeu de campagne pour Sarkozy. C'est là qu'il peut récupérer les quelques 5 à 10% qui lui manque par rapport à François Hollande.

Et puis, cette frange de l’électorat peut aussi ne pas se déplacer. Si la participation au scrutin de la présidentielle est à l'image de ce qu'il s'est fait en Italie et en Espagne, l'abstention devrait marquer le scrutin. Nicolas Sarkozy l'a bien compris, il fait le boulot, les calculs électoraux se mettent en place, chaque voix compte !

Nous devrions entendre souvent à gauche durant cette campagne, que l’électorat populaire, celui qui est appelé à droite, "la France d'en bas", à trop souvent été oublié par N.Sarkozy. Encore dernièrement quand il fait reposer injustement, de manière disproportionnée par rapport au pouvoir d'achat, l'augmentation de la TVA, que l’intérêt pour les français n'est pas de reconduire un président qui ne s'est jamais adressé à eux.

Commentaires

  1. Ouais. L'abstention, le plus grand danger...

    RépondreSupprimer
  2. Mercredi 15 février 2012 :

    Déportation des homosexuels : une «légende» selon le député Vanneste.

    Christian Vanneste a visiblement une obsession, l'homosexualité. Dans une vidéo intitulée «Favoriser la famille pour préparer l'avenir» mise en ligne mardi soir sur le site libertepolitique.com, le député du Nord (UMP) tient des propos qui risquent de faire polémique.

    Il y dénonce en effet ce qu'il appelle «la fameuse légende de la déportation des homosexuels». S'il reconnaît que «manifestement, Himmler avait un compte personnel à régler avec les homosexuels» et qu'«en Allemagne, il y a eu la répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à à peu près 30 000 déportés», l'élu nordiste estime également qu'«il n'y en a pas eu ailleurs. Et notamment en dehors des trois départements annexés, il n'y a pas eu de déportation des homosexuels en France.»

    Dans cette vidéo de 20 minutes, Christian Vanneste se lance par ailleurs dans une analyse ontologique - pour peu que cela soit possible - de l'homosexualité : «L'un des fondements principaux de l'homosexualité, c'est le narcissisme. Le fondement même, c'est "je refuse l'autre", le refus de l'autre sexe.»

    Puis vient l'analyse sociologique: «Vous en avez beaucoup dans le domaine de la culture et dans les médias. (...) Or, les médias sont au pouvoir...» D'où, selon le député membre du collectif Droite Populaire, une influence loin d'être négligeable sur les débats de société :

    «Avant, c'était une attitude discrète, marginale, quelquefois sujette à plaisanterie, qui n'avait pas un rôle considérable. Aujourd'hui, c'est tout à fait différent, dans la mesure même où elle est au coeur du pouvoir, où elle joue par son nombre, au sein du pouvoir, un rôle qui n'a rien a voir avec celui qu'elle joue dans la grande population (sic), où elle continue d'être marginale».

    Fin de citation.

    Christian Vanneste ne dit que des conneries.

    Pour la réalité historique, lisez cet article :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9portation_homosexuelle

    Décidément, la devise de la droite française ces derniers jours, c'est :

    "à l'extrême-droite, toute ! Nous devons siphonner les électeurs du Front National ! à l'extrême-droite, toute !"

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…