lundi 13 février 2012

La France et l'Allemagne ne sont pas la Grèce, mais...

La France et l'Allemagne ne sont pas la Grèce, mais la spirale de la dette a les mêmes conséquences.

En Grèce, la dette est passée de 263 milliards en 2008, à 355 milliards en 2011, dans le même temps le PIB grecque est passé de 233 milliards à 218 milliards, ce pays s'endette plus qu'il ne produit de richesses, avec des taux d’intérêts à 32%, la situation devient intenable.

La situation de la France et de l'Allemagne est sur ce principe identique. L'hégémonie du couple franco-allemand est permise parce que le PIB est plus important, mais l'endettement reste comme en Grèce en augmentation.

Face à cette situation, les décisions du couple Merkel-Sarkozy, sont coupables au regard de la situation Grecque. L'Allemagne qui a, il est vrai, des voyants économiques au vert (balance commerciale positive, croissance) se paye le luxe de mettre à feu et à sang la Grèce. 

En refusant de mutualiser les dettes européennes par les Eurobonds, en monnayant l'aide européenne par des plans d'austérité, la situation empire. Dans une économie de marché, la mécanique d'austérité (par la baisse des salaires, des pensions, du chômage, des suppressions de poste) augmente la dette.

Imaginez donc que Nicolas Sarkozy soit réélu, et qu'au nom d'une pseudo obligation d'austérité, il décide de baisser les salaires dans le privé de 22%, de plafonner le smic à 600 euros, de continuer à supprimer 15 000 fonctionnaires par an, et d'augmenter la TVA de 21 à 23% (beaucoup de similitudes déjà).

Dans un pays, où le seul moteur de croissance et de production de richesses reste par temps de crise la consommation, ces dernières atteintes solderaient définitivement notre destin.

Alors que l'on commence en plus à se poser des questions sur le niveau d'endettement de la BCE, il serait temps de mettre fin à cette logique d’austérité imposé par le couple Merkosie.

4 commentaires:

  1. Seul Mélenchon propose d'y mettre fin concrètement ! L'humain d'abord !

    RépondreSupprimer
  2. les Grecs n'ont toujours pas vu l'argent que les allemands leurs doivent encore de la première guerre mondiale puis de la seconde...
    Et bien sûr, ils ne nous ferons aucun cadeaux si Sarko est élu à nouveau.. Enfin, les allemands, eux-même, risquent de plonger si nous plongeons..

    Quelle est donc cette "grande intelligence" occulte" cachée dans les recoins obscurs du cerveau "Sarko-Merkel"???
    ça me fait froid dans le dos !!!

    RépondreSupprimer
  3. Το όνομά μου είναι Ελένη ... είμαι Ελληνίδα ... Ελλάδα ...
    Πόσο παράξενη τρυφερότητα;
    Η Πατρίδα μου γράφεται μόνο με κεφαλαία ΑΘΗΝΑ μητέρα, νονά!
    Αποφάσισα στο μάτι της κάμερας, να τερματίσω την ζωή μου.
    Έλουσα με βενζίνη τον εαυτό μου θυσία στην πυρά!
    Επειδή δεν θέλω να την παραδώσω, για μια χούφτα ευρώ.............

    Je m'appelle Hélène...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/je-mapelle-helene/

    Je m’appelle Hélène…Je suis grecque… la Grèce… quelle étrange tendresse ?
    Ma ville natale ne s’écrit plus en lettres capitales
    ATHÈNES mère, marraine !
    J’ai décidé sous l’œil de cette caméra
    De mettre fin à mes jours
    De m’arroser d’essence et de m’immoler par le feu
    Parce que je n’ai pas envie de te céder
    Pour une poignée d’euros
    Ni de concéder une goutte d’hydrogène et deux gouttes d’oxygène pour combler un trou que l’Europe a creusé pour nous abuser toutes les deux.
    Athènes, mère, marraine !
    Je n’ai pas envie que tu meures
    Je n’ai pas envie qu’on t’assiste
    Pour respirer, manger ou bouger
    Je n’ai pas envie de te confier à un tiers
    Ni te mettre entre les mains de quelques pervers europhiles… des financiers déguisés en justiciers pour te sous-traiter comme une vulgaire marchandise avant de te retirer tes organes vitaux et te vider de ton sang et jeter tes mémoires dans les poubelles de l’histoire…
    Pour eux, ta vie ne vaut pas un euro
    Et un euro qu’est-ce que ça vaut ?

    RépondreSupprimer

Modérez vos commentaires !