Accéder au contenu principal

Le programme de F.Bayrou est celui de N.Sarkozy

"En lisant son programme, je suis saisi par la peur du vide", c'est l'amabilité qu'avait asséné François Hollande à François Bayrou il y a de cela quelques jours. Une sorte d'escarmouche en réponse à cette complainte si typique du candidat centriste, qui consiste à jouer la victime de la bi-polarisation de la vie politique en France.

Le candidat du PS semblait rappeler que si la campagne du candidat du Modem n’intéressait pas, c'était surtout parce qu'elle n'était pas intéressante.
Que le programme de F.Bayrou ressemble beaucoup trop à celui de N.Sarkozy, avec le gel des dépenses de l'état, l'augmentation de la TVA, etc..


Du coup, faute de propositions qui soient séduisante pour l'électorat, François Bayrou reprend la stratégie de Nicolas Sarkozy, qui consiste à aller sur le terrain des valeurs, en donnant la parole au peuple. Quelle belle idée que ce recours au référendum, une idée en vogue que F.Bayrou n'hésite pas à exploiter, à s'accaparer.

De l'opportunisme en politique, il semble bien qu'il faille en avoir, la proposition est forte mais n'était pas divulguée lors de la présentation du programme. Soyons pragmatiques, il n'est jamais tard pour bien faire. En proposant de mettre en place un référendum dès les législatives de Juin, F.Bayrou marque les esprits.

Et on retrouve un patchwork de propositions qui ne sont pas vraiment nouvelles, déjà avancées par d'autres candidats, et qui peuvent séduire un large éventail de l'électorat. On retrouve le non cumul des mandats, la réduction du nombre de ministres et de parlementaires, la reconnaissance du vote blanc, la suppression des micros-partis. Interrogerait-il les français sur chacune des propositions, ou en posant la question, sont-ils pour une moralisation de la vie politique ? La question semble absurde, tant le consensus pour que de telles modifications est évident.

Nous sommes donc dans la même manœuvre électoraliste que celle de Nicolas Sarkozy, qui consiste à donner l'impression que la candidat est proche du peuple alors que le fond de son programme (augmentation de la TVA, etc..) n'est pas populaire au sein de l’électorat. En posant une question à laquelle une très forte majorité peut répondre "oui", on augmente le sentiment d'adhésion. Comme on dit "La ficelle est un peu grosse".

Commentaires

  1. Comme François Bayrou l'a dit dans son discours : "Il est vain de demander à l'assemblée de réformer l'assemblée. Il est vain de demander au sénat de réformer le sénat." Bref, il est vain de demander aux politiques de changer leur manière de faire de la politique. C'est pourquoi il faut s'adresser directement au peuple de France. Le referendum a ici tout son sens. Par ailleurs je n'ai pas entendu d'autres candidats annoncer pour aussi tôt la fin des micros partis.

    RépondreSupprimer
  2. c'est sur que le but de Bayrou n'est pas d'attirer les électeurs en leur faisant miroiter la lune (emplois aidés, taux de croissance pêchés nul ne sait où...). Il ne les prends pas pour des gogos. Du coup, une fois élu, il ne risque pas d'éloigner plus encore les Français de la politique en raison de promesses non tenues
    quant aux 12 points de son référendum (oui/non à l'ensemble ou point par point?), effectivement, d'autre les proposent, mais qui les mettrais effectivement en place? faudra-t-il attendre 5 ans pour avoir la proportionnelle? 5 ans pour interdire le cumul des mandats?
    L'avantage de Bayrou est qu'il n'a pour l'instant pas de députés à froisser en restreignant leur nombre, ou en leur interdisant le cumul des mandats. Il est donc pleinement libre d'agir.

    RépondreSupprimer
  3. Petite remarque sur "la proposition est forte mais n'était pas divulguée lors de la présentation du programme."

    C'était précisément l'objet de la réunion de samedi : la présentation de la 4ème partie de son programme (4 thèmes, 4 forums : Economie, Education, Solidarité, Démocratie). Il est donc assez logique qu'il ait fait quelques propositions fortes sur la démocratie française ;-)

    Par ailleurs, la réduction des dépenses publiques et l'augmentation des recettes (50 milliards de chaque côté) ne sont pas à proprement parler un "programme" ou une "proposition" : c'est un constat d'évidence, de nécessité, celle de l'équilibre recettes / dépenses pour assurer l'indépendance de la France face aux marchés financiers.

    Que cela ne soit défendu que par F. Bayrou (c'est vrai pour l'équilibre budgétaire comme pour la moralisation de la vie publique) est atterrant sur l'aveuglement volontaire, ou la tentative de mystification, de ses concurrent(e)s. Comme en 2007, d'ailleurs, et hélas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @FrédéricLN,

      Il "promet" l'équilibre budgétaire pour fin 2015 comme la plupart des candidats...

      L'anonyme,

      L'argument est bon, il est vrai.

      Benoitdd,

      Difficile de gouverner sans majorité à l'assemblée...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

Laurent Berger isole un peu plus la CFDT

Au moment où la CGT a voté sa résolution le "syndicalisme rassemblé", le nouveau leader de la CFDT déclare ne pas vouloir défiler avec la CGT le 1er Mai. Quelle honteuse stratégie que de vouloir écarter médiatiquement le premier syndicat de France en terme de représentativité qu'est la CGT.
La fougue, la jeunesse, le manque d’expérience du jeune dirigeant n'excusent pas tout, se rend t-il compte qu'il isole un peu plus la CFDT ?

Une stratégie perdante
Si ça peut satisfaire dans un premier temps ceux qui ne sont pas toujours en accord avec les positions de la CGT, il faut connaitre et bien comprendre ce qu'est le syndicalisme. Une organisation syndicale seule ne peut rien ! Peut-être dans quelque cas où le syndicat est majoritaire au sein d'une entreprise, mais en général, les organisations syndicales sont obligées de s'entendre. Que ce soit pour le vote d'un budget de Comité d'Entreprise ou des négociations salariales par exemple, la plus par…

Racisme ordinaire : La discussion "à la con" du boulot

J'ai encore eu une discussion "à la con" hier avec l'un de mes collègues de travail. Il était question au début de la conversation du terroriste français ayant participé à l'attaque du site gazier d'In Amenas en Algérie. De fil en aiguille, la discussion a dérivé sur les problèmes d'intégration en France de certaines communautés, pour finir par stigmatiser carrément les "Arabo-musulmans".

Alors ça m'a fait penser à une discussion à laquelle j'ai participé dernièrement sur Facebook où il était question pour les uns de combattre systématiquement les idées qui mènent au fascisme, pour les autres d'éviter au contraire de parler de ces choses là, qu'en dé-diabolisant le FN, ça le banaliserait.

La banalisation des idées du FN explique justement que j'ai pu avoir cette discussion "à la con" hier sur mon lieu de travail. Il y a quelques années, ces discussions existaient déjà mais ces échanges ne se faisaient pas ouverteme…

La règle des pollueurs des océans, c'est "pas vu, pas pris". (Bonne baignade quand même)

Ça peut intéresser de connaitre les dix plages les plus respectueuses de l'environnement... Dans l'inconscient collectif on s'imagine que nos eaux le long de nos côtes françaises sont propres, loin des plages en chine véritables décharges à ciel ouvert. Mais si la pollution est moins visible, elle n'en est pas moins réelle.
Du coup, avant de vouloir faire la leçon à la terre entière, nous devrions déjà être nous même irréprochable et c'est loin d'être le cas.

Je vis près de Bayonne, et ça peut m'arriver de me baigner à Anglet ou à Biarritz, et surprise en ce début d’Août, l'eau est pleine de détritus.
Pas simplement des eaux usées, des bouchons, plastiques flottent à la surface, une recherche sur le net plus tard, j'apprends que la ville de Biarritz rejette dans l'océan ses eaux usées lorsque son système d'assainissement est saturé lors d'épisodes de fortes pluies. (un conseil rincez vous bien en sortant de la baignade car oui il y a des…