Accéder au contenu principal

Sarkozy candidat ? On en veut plus !

Oui, on peut facilement affirmer que les Français n'en veulent plus. Si les sondages d'opinion ne font pas le résultat des élections, ils permettent quand même de mesurer, la côte de confiance d'une personnalité politique, les avis favorables ou non sur un sujet particulier. Ici, avec Nicolas Sarkozy, on bat les records d’impopularité !


On peut aussi penser que l’électorat puisse reconduire le président sortant, malgré cette impopularité.
Considérant, qu'il aurait des qualités, voire des compétences pour mener à bien son mandat d'élu, il est là aussi étonnant de constater que l'électorat ne lui fait plus confiance sur bien des sujets.

source

A la question, souhaitez vous que Nicolas Sarkozy soit candidat ? 63 % des personnes interrogées répondent qu'il ne sont pas favorables à cette candidature.

Mais comme toujours Nicolas Sarkozy n'écoute pas les français, il lui reste donc à faire campagne pour manipuler l'opinion essayer de convaincre. 

Commentaires

  1. Nan mais il est obligé d'y aller hein, il est en mission pour le PEUPLE
    http://elysee.blog.lemonde.fr/2012/02/14/1765/

    RépondreSupprimer
  2. Où sont passés vos idéaux ?

    Pour les observateurs, une seule galère, un seul mystère :
    La couleur de l'adversaire : la droite lâche ou la tâche à gauche.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/02/ou-sont-passes-vos-ideaux/

    RépondreSupprimer
  3. L'énergie du désespoir mais j'attends le dernier résultat des élections pour y croire totalement...

    Bonne journée Stef !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Christie, oui faut y croire tout de même ^^

      Supprimer
  4. Mardi 14 février 2012 :

    La rémunération totale des patrons du CAC 40 a flambé de 34 % en 2010.

    La crise ? Quelle crise ? En 2010, les quarante dirigeants du CAC 40 ont touché en moyenne une rémunération totale de 4,11 millions d’euros, options et actions comprises, soit un bond de 34 %.

    Le cabinet Proxinvest qui a compilé ces chiffres n’hésite pas à parler de «hausse spectaculaire».

    Dans le détail, voici comment se décompose leurs émoluments : 995.000 euros en rémunération fixe (24% du total), 1.374.000 en variable annuel (33%), 647.000 en options (16%), 574.000 en actions (14%) et 524.000 euros en autres éléments comme les avantages en nature et des jetons de présence d’administrateur (13%).

    Si la rémunération de ces présidents exécutifs n’atteint que 50% de la rémunération de leurs collègues britanniques, 70% de leurs homologues italiens, 80% de leurs voisins espagnols, suisses ou allemands, elle est 16% plus élevée qu’en Hollande, en Belgique ou en Irlande, et même 150% supérieure à la Scandinavie.

    Après trois années de baisse, nos grands patrons français se sont donc bien rattrapés, même si ce cru reste en-deçà des 5 millions d’euros de 2006.

    En 2010, onze dirigeants français ont donc passé la barre socialement acceptable fixée par Proxinvest, à 240 SMIC annuel, soit 4,6 millions d’euros.

    Les voici dans l’ordre :

    1- Jean-Paul Agon (L’Oréal – 10,7 millions d’euros),
    2- Bernard Arnault (LVMH – 9,7 millions d’euros),
    3- Carlos Ghosn (Renault – 9,7 millions d’euros),
    4- Bernard Charlès (Dassault Systèmes – 9,5 millions d’euros),
    5- Franck Riboud (Danone – 7,7 millions d’euros),
    6- Maurice Levy (Publicis – 6,2 millions d’euros),
    7- Christopher Viehbacher (Sanofi-Aventis – 6,1 millions d’euros),
    8- Arnaud Lagardère (Lagardère SCA – 4,9 millions d’euros),
    9- Henri de Castries (AXA – 4,9 millions d’euros),
    10- Lars Olofsson (Carrefour – 4,8 millions d’euros).

    Mais ce n’est pas tout.

    En effet, ces données «n’incluent pas le complément de retraite sur-complémentaire dont ils bénéficient presque tous sans informer sur leur coût pour l’entreprise», précise Proxinvest.

    http://www.20minutes.fr/economie/879690-remuneration-totale-patrons-cac-40-flambe-34-2010

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !

Posts les plus consultés de ce blog

[Copé doit virer] Vers une raclée historique de la droite

J'écrivais en commentaire d'un billet du blog "Partageons mon Avis" que Copé fait du Sarko. Qu'il faudrait continuer à dénoncer cette façon de faire de la politique, et que cela explique selon moi en partie les raisons de la défaite du président sortant. Que cela pourrait expliquer l’échec de la droite aux prochaines législatives de Juin.

Copé n'a pas sa place à la tête de l'UMP

La "droitisation" des discours des leaders de la droite dite républicaine, dans l'espoir de récupérer l'électorat du Front national, est un flagrant échec, et persister dans cette stratégie est une grave erreur.

Je me demande si J-f Copé a bien sa place à la tête de l'UMP, quand il accuse les français fêtant la victoire de F.Hollande de ne pas porter assez de drapeaux français !? Qu’espère t-il encore sinon de se rabaisser à tenter de récupérer une fois de plus l’électorat de Marine le Pen. C'est juste lamentable. Faut-il rappeler que ce vote d’extrême dr…

Moins on en sait, mieux c'est...

Je rentrais du boulot quand j'ai entendu cette annonce à la Radio : le nouveau programme de sciences économiques est en consultation, et "le chômage" disparait des manuels scolaires.

Alors une fois rentré, je m'installe devant le clavier et tente de me renseigner.

Et j'apprends que le nouveau programme de seconde en sciences économiques et sociales (SES), est à l'étude jusqu'au 12 Mars par le ministère de l'éducation nationale. Il est question d'enlever des thèmes abordés par les professeurs, qui font l'objet d'explications aux élèves sur les questions de société, d'emploi, de discrimination, de précarité, des inégalités de revenus, de la valeur ajoutée et sa répartition ou encore des conditions de travail...

L'association des professeurs de sciences économiques et sociales (Apses), déplore que"le ministère ait demandé d'enlever des questions comme la discrimination à l'emploi ou le chômage et imposé deux fois celle du ma…

L'avenir/la fin du nucléaire est avant tout politique

300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l'océan Deux ans après la catastrophe de Fukushima, on cherche mois après mois à estimer la quantité d'eau contaminée qui se déverse dans l’océan pacifique.  On sait très exactement l'estimer, mais la pression est forte au Japon depuis les dernières élections de décembre dernier pour minimiser l'impact. Face à l’inquiétude de la population et la mobilisation des associations anti-nucléaire, le gouvernement Japonais a officiellement communiqué ce 7 Août, le chiffre de 300 tonnes/jour d'eau radioactive rejetée dans l’océan. C'est la veille, que la NRA, l'autorité de régulation nucléaire Japonaise, déclarait Fukushima en "situation d'urgence".
C'est donc contraint que le nouveau premier ministre Shinzo Abe , a admis "un problème urgent qui suscite beaucoup d'inquiétude dans la population"il ne pouvait dire moins que ça ! Issu du Parti libéral-démocrate de droite, il prône le redé…