Des candidats inaudibles


Des enquêtes d'opinion avaient déjà révélé que les français étaient déçus par la campagne présidentielle, qu'ils la jugeaient peu intéressante.
Alors que la première préoccupation des français est le chômage qui n'arrête plus d'augmenter, seuls les discours sécuritaires semblent faire écho. Depuis quelques jours les médias s'astreignent à l'égalité de temps de parole, si bien qu'après avoir été inondés d'émissions politiques sur toutes les chaines de television et ondes radio, nous n'avons plus aucune prise de parole des candidats à des heures de grande écoute.

Dès lors, pour les parties de l’électorat encore indécises, celles qui ne sont pas vraiment politisées, celles qui peuvent changer d'avis la dernière semaine de campagne, celles qui travaillent du matin au soir sans avoir le nez rivé sur la timeline de son compte Facebook ou Twitter, c'est le moment du grand vide de la campagne.
Un moment où c'est la folie d'un homme à Toulouse qui accapare toutes les audiences médiatiques, ou la polémique plus vendeuse, l'information spectacle prend le pas sur les priorités politiques.

Le réveil risque d'être difficile.

Commentaires

  1. C'est clair,on n'entend pas grand chose d'intéressant.. Beaucoup de polémiques sans réponses satisfaisantes..Des agressions bien orchestrées à droite et une réponse très faible à gauche.. Mélenchon reste encore le plus offensif..

    Le PS devrait se réveiller, il serait temps..

    RépondreSupprimer
  2. Jeudi 29 mars 2012 :

    Depuis 2004, le nombre de pauvres ne cesse de croître.

    La France a 13,5 % de sa population qui vit en dessous du seuil de pauvreté monétaire (c'est-à-dire moins de 950 euros par mois pour une personne seule). Ce chiffre, qui représentait 8,2 millions de personnes en 2009 (dernières statistiques disponibles), n'a fait que se détériorer depuis 2004 (12,6 % à l'époque).

    Plus inquiétant, la très grande pauvreté est elle aussi en augmentation : depuis 2004, le nombre de personnes vivant en dessous du seuil de 40 % du niveau de vie médian (640 euros pour une personne seule) est passé de 2,5 % à 3,3 % de la population totale, soit 2 millions de personnes. Or à ce niveau d'exclusion, les chances de sortir de la pauvreté deviennent très minces.

    Samedi 24 mars 2012 :

    La fortune de Nicolas Sarkozy a progressé de 30 % depuis son élection en 2007.

    Le Président-candidat évalue son patrimoine personnel à un peu plus de 2,7 millions d'euros, contre 2,1 millions au début de son quinquennat.

    Presque 650.000 euros de plus qu'en 2007. En cinq ans, le patrimoine personnel du chef de l'Etat aura progressé de près de 30 %. Comme l'indique l'édition de ce samedi 24 mars du Journal Officiel, Nicolas Sarkozy dispose désormais d'un patrimoine d'un peu plus de 2,7 millions d'euros. Une fortune qui se décompose de la façon suivante : contrats d'assurance-vie (2,58 millions dont 2,3 auprès de la banque HSBC France), diverses collections (autographes, montres, statuettes) estimées à 100.000 euros, ainsi que 56.919 euros crédités sur le compte courant ouvert au nom du couple, toujours auprès de HSBC France.

    http://www.challenges.fr/elections-2012/20120324.CHA4646/la-fortune-de-nicolas-sarkozy-a-progresse-de-30-depuis-son-election-en-2007.html?google_editors_picks=true

    RépondreSupprimer
  3. Tout à fait d'accord Christie ! C'est Mélenchon qui fait la meilleure campagne pour l'instant. Et l'effet semble croissant... Il faudrait je pense un meilleur dialogue entre le PS et le FdG.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le rapprochement est maintenant inéluctable... nous avons maintenant grâce au Front de gauche une majorité de l'électorat (dans les intentions de votes) à gauche, c'est bon signe...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Modérez vos commentaires !